• Lectures

    La Biblio des Confins #3

    Allez hop, ma dernière lecture à voix haute ayant eu l’air de trouver des oreilles,  je persiste donc et je m’attaque à du lourd!  Pour cette troisième contribution à #labibliodesconfins (une idée généreuse @alremacle ) j’ai choisi de lire un extrait d’un de mes livres fétiches : les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar.  Ce livre est pour moi une source d’inspiration et de réconfort depuis plus de vingt ans, à la fois une sorte d’oracle et de pilier qui ne cesse de me nourrir.  J’aurais pu en lire des pages et des pages à voix haute tant la langue est belle et le propos profond mais, pour ne pas vous…

  • Lectures

    Les îles, Anne Brouillard. (Le pays des Chintiens T2)

    J’avais tellement aimé le premier volume – La Grande Forêt – de ce récit au pays onirique des Chintiens que j’avais acheté dès sa sortie le volume 2 tout en me le gardant pour un jour où j’aurais besoin de doux et de rêverie…Je n’ai pas été déçue !Killiok le chien noir, Véronica son amie, Vari Tchesou le magicien, Suzy le Cheval, les chats Mystère et Miroir, les corneilles Kwé et Kwè, les bébés Mousse partent du Pays du Lac Tranquille dans une aventure à destination du Pays des Iles et c’est délicieux !Ils n’arriveront pas à destination, ce serait trop simple, mais aurons eu le plaisir de découvrir la…

  • Lectures

    La poésie de Paul Fort

    Un #lundipoésie avec un poète que je connais peu et que je découvre en farfouillant dans nos étagères : Paul Fort et ses ballades françaises. Vous connaissez peut-être sans le savoir (comme moi) pour ses textes chantés par Georges Brassens tels que la Complainte du petit cheval blanc ou bien La Marine.C’est aussi lui qui a écrit “Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite. Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite. Il va filer.” que vous avez peut-être appris à l’école. Le recueil mêle prose, chronique, échanges théâtraux et courtes canzones. Le tout est surprenant, parfois daté et inégal mais la découverte est plaisante. J’ai choisi pour vous…

  • Lectures

    Etat de nature, Jean-Baptiste de Froment.

    “C’est donc cela, un fils, songea Claude : quelqu’un qui nous contredit?” La France ronronne et s’emmerde. Sa Présidente, dite La Vieille, s’éteint peu à peu et Claude – haut responsable administratif du pays se voit pousser des ailes tardives et se prépare à lui succéder.Le renouveau (ou pas) viendra peut-être d’un coin de France oublié de tous – la Douvre. Ce département quasi-désert devient de façon improbable une arène politique où s’affrontent ancienne garde, jeune préfète ambitieuse et sincère et groupuscule gauchiste à tendance radicale… J’ai beaucoup aimé ce roman (que je viens juste de finir au soleil) qui mêle dans une langue ironique et maitrisée une clairvoyance politique,…

  • Lectures

    Dans la course, Ann Patchett.

    “Il avait l’intonation parfait, jusqu’aux inflexions lyriques des fins de phrases. On se retournait pour regarder ce jeune Noir réciter à un homme blanc plus âgé le discours de Jackson à la Convention. Jackson, au premier rang, le regarda par-dessus ses lunettes, curieux de voir qui contrefaisait sa voix. Il fit un signe de tête à Teddy qui sourit et lui répondit d’un geste discret, mais enthousiaste. Le public se demanda si le jeune homme se moquait de Jackson ou s’il était fou. Après tout, il y avait, en général, au moins un cinglé dans ce genre de conférence ! Ce jeune homme mettait-il mal à l’aise l’homme plus âgé…

  • Lectures

    La Biblio des Confins #2

    Je poursuis mes contributions à #labibliodesconfins (une bien belle initiative de @alremacle ) !L’idée est toujours de lire à voix haute des passages de livres inspirants, livres refuge ou livres aventureux pour partager et faire croître nos imaginaires… J’ai choisi pour ce deuxième enregistrement de vous lire un autre auteur Italien : Antonio Tabucchi.J’ai choisi un des courts textes de son recueil “Rêves de rêves” (traduit de l’italien par Bernard Comment). J’aime beaucoup l’idée de ce recueil qui raconte les rêves de peintres, musiciens ou écrivains célébres imaginés par Tabucchi. J’ai choisi pour vous le rêve imaginaire de Robert Louis Stevenson. Une fois de plus n’hésitez pas à me dire si c’est agréable (ou…

  • Lectures

    Le plongeur, Stéphane Larue.

    “Au bout de dix minutes de frottage et de décrassage, j’étais presque aussi trempé que si on m’avait enfermé dans un lave-auto en marche. Mes mains se ratatinaient déjà dans la gibelotte du dish pit, le bout de mes doigts était éraflé par la laine d’acier, mes bras s’enlisaient jusqu’aux coudes dans l’eau brune et graisseuse. La vapeur d’eau faisait coller sur mon visage les miettes de nourriture et les éclats d’aliments calcinés qui revolaient sous le jet du gun à plonge. Je comprenais peu à peu pourquoi Dave voulait se débarrasser de ce travail. Mais ça faisait mon affaire, de ne pas avoir le temps de penser à mes…

  • Lectures

    La poésie de Guillevic

    Un #lundipoésie dans cette ambiance singulière… je voulais vous apporter de la beauté et de la douceur et j’ai trouvé que les mots de Guillevic, une fois de plus, étaient parfaits.Guillevic, c’est un poète breton, catholique et communiste. Son écriture peut sembler très exigeante au premier abord mais elle vaut le coup qu’on s’accroche un peu car elle est très généreuse. J’y puise très régulièrement quelques phrases qui me regonflent ! J’ai choisi pour vous un extrait de son poème “Le temps” extrait du recueil “Terraqué” publié en 1942.Je vous laisse vous y abreuver… “Un autre temps parfois vient se donner en nousLe volume ou le poidsEt nous voici pareilsA la pomme…

  • Lectures

    La biblio des confins

    Grâce à une superbe initiative de @alremacle j’ai le plaisir de contribuer à #labibliodesconfins ! L’idée est de lire à voix haute des passages de livres inspirants, livres refuge ou livres aventureux pour partager et faire croître nos imaginaires… J’ai choisi d’y participer en vous lisant un passage du livre “Les villes invisibles” d’Italo Calvino (traduit de l’italien par Jean Thibaudeau). J’ai découvert ce livre cet été sous le soleil de l’Ardèche et il m’a autant fait réfléchir que rêver. J’y suis revenue ces derniers jours pour m’évader du quotidien. C’est une première expérience pour moi qui adore les voix et les livres. J’espère que cela sera agréable à écouter et que vous aurez…

  • Lectures

    L’ombre de la baleine, Camilla Grebe.

    Traduit du suédois par Anna Postel. “Ma mère parle toujours trop. On dirait que les mots jaillissent de sa bouche sans passer par son cerveau. Comme des oiseaux qui s’échappent d’une cage.” Les corps de jeunes hommes sont repêchés au large de Stockholm. Un adolescent rebelle est poursuivi par un dealer dont il a “perdu” la cocaïne disparaît et se planque sur une petite île où il s’est fait embaucher comme auxiliaire de vie. Sa mère le recherche éperdument. Les enquêteurs en charge de ces dossiers sont tous les deux à une période critique de leur vie qui les amène à s’interroger sur les liens familiaux.Le livre est structuré en…