• Lectures

    Disappearing earth, Julia Phillips.

    Au beau milieu du Kamchatka, terre isolée aux confins de la Russie, deux petites filles disparaissent. C’est le point de départ dramatique d’une investigation structurée en 12 mois autour de 12 personnages féminins tous liés – même d’une façon lointaine – à cet événement. J’ai mis du temps à rentrer dans ce roman parce que chaque mois semble d’abord fonctionner comme une nouvelle autour d’un personnage féminin saisi à un moment critique de sa vie. Je n’arrivais pas à comprendre la vision d’ensemble, là où l’histoire s’en allait. Ces portraits sont extrêmement vivaces, souvent poignants. Ce qui m’a le plus frappé c’est finalement la solitude de toutes ces femmes et…

  • Lectures

    Jouir, en quête de l’orgasme féminin, Sarah Barmak.

    Traduit de l’anglais par Aude Sécheret. Ce livre est le fruit du travail d’investigation personnelle d’une journaliste canadienne. Elle y compile les résultats de différentes études cliniques sur la sexualité et l’orgasme féminin et les met en relation avec sa propre réflexion sur le sujet, ses conversations avec ses ami(e)s et différentes pratiques thérapeutiques visant à développer une sexualité satisfaisante pour les femmes. Cette lecture ne m’a pas vraiment convaincue même si elle a été plaisante : je l’ai trouvée joyeusement bordélique et assez incohérente. Mais bon, l’auteure dit rechercher avant tout à provoquer une réflexion/des conversations sur ce sujet et non pas à convaincre… Son but est louable, parler…

  • Lectures

    Les poèmes de Primo Levi

    Un #lundipoésie très fort avec les mots de Primo Levi dont j’aime énormément la poésie.Ce recueil, “A une heure incertaine”, rassemble ses textes poétiques de début 1943 juste avant son arrestation et sa déportation à Auschwitz à 24 ans jusqu’à la fin janvier 1987 peu de temps avant sa mort.Vous y retrouverez le fameux “Si c’est un homme” qui donne son nom au texte le plus connu de l’auteur mais également beaucoup de poèmes tournés vers la vie. J’ai choisi de vous partager le poème “Au commencement” (écrit le 13 août 1970 et traduit ici par Louis Bonalumi) dont j’ai retrouvé toute la force vitale en le relisant dernièrement. “Frères humains pour…

  • Lectures

    L’été des charognes, Simon Johannin.

    “On avait encore quelques étés pour que les visages soient rouges, pour que le sang nous frappe les tempes et fasse battre en nous le temps qu’il nous reste. On avait encore de quoi vivre un peu. C’était comme quelques carcasses qui nous tournaient autour, avec chacune ses petites mouches et leur baluchon de tristesse. Il suffisait d’avancer dans l’existence pour ne plus voir qu’au travers de la nuée, et d’avoir toujours des insectes entre les yeux et le reste.” Bon. Ben ça va être difficile d’en parler. Ce bouquin est une vraie baffe. Peut-être qu’elle est salvatrice mais ça ne la rend pas plus agréable. Grosso modo ça parle…

  • Lectures

    Par le vent pleuré, Ron Rash.

    Traduit de l’anglais par Isabelle Reinharez. “C’est là que les romans se trompent si souvent, se trompent sciemment, a-t-elle remarqué lorsqu’elle a rouvert les yeux. On fait certains choix et l’on s’éteint sans avoir jamais pu vérifier s’ils étaient bons ou mauvais.” C’est le Sumer of love mais il n’a pas encore atteint la bourgade des Appalaches où vivent deux frères adolescents. Une jeune fille débarque alors de Floride, envoyée au vert par sa famille pour quitter ses mauvaises fréquentations.Elle va offrir au plus jeune des deux frères un nouveau monde à explorer… Entre désir, rivalité, alcool, musique, drogues et nature cet été aura pourtant des conséquences dévastatrices que l’on…

  • Lectures

    Moon of the crusted snow, Waubgeshig Rice.

    “He kicked up frozen shrapnel each time he raised a foot. A fine powder lay underneath. The conditions made him think of the specific time of year. There’s a word for this, he thought, trying to remember with each high step across the hard snow. His knees raised as if to rev his mind into higher gear. He looked up to the lumpy clouds in the hope that the word would emerge like a ray of sunlight through overcast sky. “Onaabenii Giizis,” he proudly proclaimed out loud. “The moon of the crusted snow.” His words fell flat on the white ground in front of him and he wondered which month…

  • Lectures

    La poésie de Njabulo Ndebele

    Je découvre le poète Njabulo Ndebele grâce à l’anthologie “Poèmes d’Afrique du Sud” paru chez @actessud en 2001 en partenariat avec l’UNESCO.Un texte profondément marqué par l’histoire de son pays et dont la portée est universelle.Bonne découverte et bon début de semaine! “Allez-y en douceur avec moi de grâce doucement, tout doux;N’encombrez pas ma tête d’images apprises de mon passé;Laissez-moi d’abord l’éprouver:N’exposez pas mes rites sculptés au British Museum, ils disent bien peu de chose;Laissez-moi d’abord les éprouver.C’est le conte de fées en moi le livre d’histoire qui est le vrai conte de mon être.Allez-y en douceur avec moi, de grâce doucement, tout doux.”

  • Lectures

    Une famille presque normale, M. T. Edwardsson.

    Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. “Je me suis endormi avec une grosse boule dans la poitrine à cause du fossé qui s’était creusé entre Stella et moi, entre ceux que nous étions jadis et ceux que nous étions devenus, entre les images que j’avais de nous et la réalité telle qu’elle se présentait aujourd’hui.“ Une jeune femme de 18 ans est accusée de meurtre. Le livre rapporte en trois parties comment cet événement va à la fois faire imploser et revivre une famille : le père, pasteur de son état, la mère avocate et l’adolescente en question. J’ai trouvé ce polar très agréable à lire : il y a…

  • Lectures

    Midi, Cloé Korman.

    “En feuilletant un peu la pièce de William Shakespeare je sais aussi que je pourrais trouver cette phrase, prononcée par un naufragé : “Celui qui meurt a payé ses dettes.” Je ne sais pas si c’est vrai. Certaines dettes sont beaucoup trop élevées pour qu’on en vienne jamais à bout.“ Un été à Marseille. Deux jeunes filles de 18 ans animent un stage de théâtre pour enfants au côté d’un metteur en scène local.Entre la découverte de la ville, de la liberté et du désir se faufile en douce une réalité brutale. La réinterprétation de la Tempête de Shakespeare va mettre au jour la violence que subit une petite fille.…

  • Lectures

    Crazy Brave, Joy Harjo.

    “Though we have instructions and a map buried in our hearts when we enter this world, nothing quite prepares us for the abrupt shift to the breathing realm.“ Comment – alors que je lis des auteur(e)s amérindiens avec appétit depuis presque 20 ans – ai-je pu ignorer l’existence de Joy Harjo ?! J’en reste perplexe et un nouveau monde s’ouvre à moi… Je fonce faire l’emplette de ses recueils de poésie. L’auteure retrace ici son enfance et ses chemins de vie jusqu’à ce qu’elle plonge enfin dans la Poésie pour être pleinement elle-même.Un parcours amérindien malheureusement classique marqué par le racisme, la pauvreté, la violence masculine, l’alcool…mais aussi par la…