Lectures

Oracle : Rayonner

Bon, même si je pense que j’en ai perdu pas mal avec mes élucubrations samedi dernier, je retente le coup et je vous présente la deuxième carte de mon oracle #puiserdansleslivres.  Le maître-mot est donc cette fois-ci “rayonner”. Rayonner avec l’idée de chaleur, de don, de liens, de circulation d’énergie positive. 

Les livres ont cette force incomparable (comme un bon repas partagé à mon avis 😊) d’avoir des ondes étendues. On vous parle d’un livre avec chaleur, on vous le prête ou on vous le donne, vous êtes touché(e)s par l’attention et le livre, cela vous donne envie de transmettre ce plaisir à votre tour et c’est le début d’un cycle vertueux. Ou bien, et c’est un délice, vous tombez seule(e) et par “hasard” sur le livre parfait pour ce moment de votre vie, le livre qui vous fait vibrer de joie, qui vous propulse dans un élan enthousiaste. 

Les six livres que j’ai sélectionné sont précieux pour moi. Ils ont nourri ma confiance en la vie et mon appétit pour la dévorer. Certains m’ont été donnés, d’autres sont le fruit de découvertes solitaires. Je les ai tous beaucoup offerts.  

Petit-bleu et Petit-jaune, Leo Lionni. Petit-bleu et Petit-jaune sont très amis, ils jouent tellement ensemble qu’un jour ils deviennent Petit-vert. Leurs parents les reconnaitront-ils ? Un classique de l’enfance à nouveau, si simple et si évident. La première représentation de l’amitié dont je me souvienne et à laquelle j’ai pu m’identifier.   

Les nourritures terrestres, André Gide. Un texte solaire, morcelé comme un long courrier à “Nathanaël” pour l’encourager à s’émerveiller du monde, accueillir ses désirs et à vivre en hédoniste. J’ai lu ce livre à 16 ans et j’ai été marquée pour toujours par son lyrisme et sa joie de vivre. J’y reviens régulièrement.  

L’inespérée, Christian Bobin. Une dizaine d’histoire courtes d’un écrivain terrassé par la beauté et l’amour. Oui, dit comme cela c’est mièvre. Un ami cher me l’a offert pour mes 16 ans et ce livre m’a touchée en plein cœur. Il m’emporte moins maintenant mais je suis attachée aux belles émotions qu’il m’a fait ressentir. 

Montedidio, Erri de Luca. Le récit d’une enfance napolitaine entre vie de quartier truculente, dureté de la misère, découverte de la beauté des mots et de l’amour de femmes. Ce livre est un concentré de vie. Sans idéalisme mais avec espoir, l’auteur nous fait voir les pépites qui vibrent dans la crasse du quotidien. 

Olive Kitteridge, Elisabeth Strout. Olive est l’épouse du pharmacien, une mère étouffante et un prof de math pas très sympathique. C’est aussi le fil rouge de ce roman en courts fragments qui raconte la vie d’une ville du Maine. C’est elle qui nous permet de découvrir une incroyable de galerie de personnages et d’aborder une multitude de thèmes plus ou moins gais. Mais pourquoi Olive du coup ? Parce qu’elle est terriblement attach(i)ante et sincère et qu’elle me redonne à chaque relecture (même de quelques pages) l’envie d’aimer mes contemporains. 

Le sel de la vie, Françoise Héritier. L’auteure anthropologue recense au gré d’une sorte de méditation livresque toutes les petites choses qui ont donné du sel à sa vie : des gestes, des émotions, des images, des souvenirs. Une amie sincère m’a donné ce livre qui a beaucoup résonné en moi. Il m’a agacé à la première lecture mais il s’est révélé un cadeau important car il me donne envie de porter la même attention aux petites sources de joie de mon quotidien.  

Et vous, quel est le livre qui vous fait rayonner ? 

Bon week-end ! 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *