Lectures

La douleur, Marguerite Duras.

Les femmes détournaient leurs regards, elles crachaient sur le sourire épanoui de clémence et de clarté. Ignoraient l’enfant. Tout se divisait. Restait d’un côté le front des femmes, compact, irréductible. Et de l’autre côté cet homme seul qui avait raison dans un langage que les femmes ne comprenaient plus.

Un recueil de textes courts, cahiers de guerre plus ou moins fictionnels sur la période de 1944-47. J’ai été estomaquée par le premier texte qui donne son nom au livre et que je trouve admirable de factualité brutale.
Les autres textes m’ont mis mal à l’aise et finalement déplus : ils me semblaient moins francs, moins pris dans l’urgence d’écrire.

Un bel exemple finalement de cette ambivalence constante qui fait que je ne sais jamais si j’apprécie cette auteure ou non.
Merci @nicolascartelet : encore une excellente idée de lecture !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *