• Lectures

    Vango T2, Timothée de Fombelle.

    “Le trouble ressenti par Vango prouvait que sa vie entière tenait dans sa vengeance. Ce désir le faisait avancer. Il continuer à vivre pour cela. Certaines très vieilles maisons tiennent encore grâce au lierre qui les détruit.”  La quête de Vango se poursuit et l’emmène dans les Etats-Unis des années 30 où il recroisera la route de ses alliés et celle de ses ennemis avant qu’ils ne soient tous de nouveau emportés dans la tourmente de la guerre. Le jeune héros devra se poser de grandes questions sur les souvenirs, la vengeance, l’amour et les liens qui comptent.  J’ai autant adoré que le premier tome, ce roman est pour moi un vrai plaisir de…

  • Lectures

    Ténèbre, Paul Kawczak

    “Toutefois, une question pragmatique demeurait : comment arrêter, dans la réalité d’espaces immenses, les frontières d’un continent invisible à l’œil blanc ?“ En 1890, un jeune géomètre belge embarque pour le Congo avec pour mission d’en tracer les frontières rectilignes au bénéfice du roi et de la richesse de l’Europe. Il embarque sur le fleuve pour remonter vers le Nord et ses terres encore préservées, seulement armé de quelques outils et de sa connaissance des étoiles. A ses côtés, des travailleurs bantous largement exploités et un tatoueur chinois versé dans l’art de la découpe humaine. Toutes ses connaissances et convictions vont se déliter dans la moiteur de la jungle et…

  • Lectures

    L’ombre du chardon (T2), Aki Shimazaki.

    “Il floconne toujours. Un instant, je lève les yeux vers le ciel gris. La même scène me revient à l’esprit : je cours dans la neige en serrant un bébé. C’est un garçon nouveau-né. Il est enveloppé dans une couverture beige. Sa petite main tient fermement une tige de hozuki à deux fruits.“ Bouquiniste spécialisée en ouvrages de philosophie la semaine et entraîneuse le vendredi soir, Mitsuko élève son fils métis et autiste avec sa mère. L’arrivée d’une cliente et de sa fille vont transformer leur équilibre quotidien. Un très court livre tout en douceur et en poésie qui fait le portrait d’une femme forte et de son secret. Hôzuki…

  • Lectures

    Vigile, Hyam Zaytoun.

    ” – Si tu reviens, mon amour, qu´est-ce qui en toi aura changé ? Et si je me prépare au pire, parce qu’on me l’a demandé, parce que c’est toujours comme cela que je fais, depuis toute petite, et sans pouvoir faire mieux, je sens, en même temps, tellement présent cet entêtement fou, cette énergie d’amour et de colère, que ces mots tant de fois chuchotés me donnaient à connaître, il y a presque vingt ans. En mon corps le même souffle, le même battement du cœur. Je vais me lever, longer le couloir, pousser la porte de la chambre. Je poserai la main sur ta poitrine et peut-être tu frémiras : – Je suis ta…

  • Lectures

    Vango T1, Timothée de Fombelle.

    “Avant tout il fallait voir le monde. Il sentit que c’était cette rapidité qui faisait la force de cette rencontre. Des vies qui se touchent plus fort quand elles se bousculent, parce qu’elles passent avec élan.” Tout jeune homme sur le point d’être ordonné prêtre, Vango est accusé de meurtre. Il prend la fuite pour échapper à la police. Il est également poursuivi par d’autres personnes mystérieuses, aux intentions peu aimables. Vango ne sait rien de son passé. Il a grandi auprès de “Mademoiselle” sur une île italienne sauvage et s’interroge sur ses origines. Dans sa fuite, il croisera la course folle du monde des années 30… J’ai lu ce…

  • Lectures

    Les poèmes d’Andrée Chedid

    Pour ce #lundipoésie je reviens à Andrée Chedid dont j’ai à nouveau acheté un recueil @librairie_la_flibuste 😊 J’y ai retrouvé un poème que j’aimais énormément et qui me touche encore plus maintenant que j’ai une petite fille.Il s’agit du poème Brève Invitée que l’auteure dédie à sa fille dans le recueil “Seul, le visage” publié en 1960. “Ma lande mon enfant ma bruyèreMa réelle mon flocon mon genêt,Je te regarde demain t’emporteOù je ne saurais aller.Ma bleue mon avril ma filanteMa vie s’éloigne à reculons,A toi les oiseaux et la lampeA toi les torches et le vent.Mon cygne mon amande ma vermeilleA toi l’impossible que j’aimaisA toi la vie, sel et soleil,A toi, brève…

  • Lectures

    Ça fait longtemps qu’on s’est jamais connu, Pierre Terzian.

    “Encore enveloppées de rêves, les têtes se dressent. Lentement. Les consciences fragiles. Même les pires garnements sont comme tombés du ciel. Tout échevelés. Assis sur leur matelas. Inoffensifs. Certains viennent directement vers moi, pour un câlin.Juste avant le dodo, je leur criais dessus dessus. Les larmes ruisselaient. On efface tout. On cicatrise. On se paie une deuxième chance.” L’auteur débarque au Québec pour y rejoindre son épouse et y poursuivre son métier d’écrivain. Pour gagner un peu d’argent il commence à faire des vacations dans les garderies Montréalaises et se trouve ainsi plongé sans avertissement dans le tumulte enfantin de la ville. J’ai dégusté ce récit bouillonnant de vie, mêlant…

  • Lectures

    La poésie de Madeleine Riffaud

    En ce #lundipoésie particulier où le déconfinement nous enivre autant qu’il nous angoisse, je vous propose un poème militant pour des lendemains qui chantent.Il est écrit en 1946 par Madeleine Riffaud, poétesse de 21 ans au passé de résistante et d’activiste déjà intense. Elle le dédie à Paul Eluard. “La liberté c’est ce cours d’eauQui vient passer sur ta maison.Tous les gens de la rue y puisent à pleins seauxLes filles fatiguées y viennent se baignerLe soir, quand la sirène ouvre les ateliers.Et l’on y lave, aussi, les vestes de travail..Je te regarde face à faceEt je vois l’eau du fleuveAux hublots de tes yeux..Tu t’en vas sur le fleuve,Avec le fleuve,…

  • Lectures

    Les recettes de la vie, Jacky Durand.

    “Pour moi, tu es le maître du feu; un magicien quand tu fais gonfler la brioche ; un perceur de coffre-fort quand tu ouvres les huîtres ; un roi mage quand tu fouettes la crème Chantilly et que tu fais fondre pour moi du chocolat noir. La cuisine embaume la brioche qui dore et l’orange pressée. C’est la saison des sanguines. Tu les pèles à vif et me laisses placer les tranches sur une assiette. Tu ajoutes quelques gouttes d’eau de fleur d’oranger. Tu dis que ça te rappelle l’Algérie.” Un hommage vibrant d’amour et d’appétit pour un père généreux, plus doué pour la cuisine que pour les conversations intimes.Julien…

  • Lectures

    La poésie de Cécile Coulon

    Pour ce #lundipoésie je retourne à cette très belle anthologie publiée chez @editions.bruno.doucey qui me semble parfaitement appropriée pour ce mois de Mai… J’ai choisi le poème “Une fois par jour” de Cecile Coulon, extrait de son recueil Les ronces. Je n’ai jamais rien lu de cette auteure à part ce poème qui me donne envie de poursuivre ma découverte ! “Une fois par jour quelqu’un que je ne connais pasMe demande mon avis sur des chosesQui ne me regardent pas,– Comment faire pour se remettre d’une rupture –– Est ce que je dois avoir honte de ce que je suis –– Peut-on tout pardonner –Des questions de ce genre, des questions comme des…