• Lectures

    Les braises, Sandor Maraï.

    Traduit du hongrois par Marcelle et Georges Régnier. “Ils restaient sous le figuier de longues heures et écoutaient la mer dont le bruit leur était familier. Ne bruissait-elle pas comme la forêt chez eux ? L’enfant et la nourrice songeaient que, dans l’univers, tout se tient.“ Un général à la retraite s’apprête à accueillir dans le château familial, au beau milieu de la nature et des forêts, un ami de jeunesse qu’il n’a pas revu depuis 41 ans. Après une partie de chasse décisive celui-ci a en effet disparu sans explication. Depuis, la vie a passé mais les deux hommes semblent avoir attendu ces retrouvailles comme un point d’orgue essentiel…