• Pensées

    Miam !

    J’ai choisi de vous offrir ces quelques fraises de mon jardin en tant qu’introduction à un sujet crucial : la nourriture en littérature !  Depuis ma tendre enfance avec le délicieux Charlie et la Chocolaterie, j’apprécie ce que la nourriture confère comme pouvoir d’évocation à la littérature.   Entre le festin de Babette, les gâteaux dévorés par Max Liebermann dans la Vienne du début de siècle, le cuisinier tantrique imaginé par Martin Suter, les beignets de tomates vertes de Fannie Flagg voire même la très classique madeleine de Proust j’ai voyagé et trouvé un foyer nourricier dans certaines de mes lectures.  Aujourd’hui, j’ai deux questions pour vous :  Si vous ne reteniez…