Lectures

Autumn, Ali Smith

We have to hope, Daniel was saying, that the people who love us and who know us a little bit will in the end have seen us truly. In the end, not much else matters.” 

Été 2016, une jeune femme écossaise vient passer quelques jours chez sa mère alors que le pays est ébranlé par le référendum sur le Brexit. Elle en profite pour rendre visite à Daniel, centenaire et en maison de repos, qui a été la figure tutélaire de son enfance. Avec lui, elle a découvert la force de l’imagination et des mots, la joie de l’impertinence et de la libre pensée et la force vitale de l’Art.  

Entre scènes cocasses pleine de “nonsense” et longs monologues intérieurs nourris de jeux de mots, l’auteure partage ses convictions féministes et politiques avec beaucoup de joie! 

Le livre m’a également permis de découvrir la peinture de Pauline Boty, rare artiste femme du pop art, étoile filante pleine de verve dont les hommes ont préféré retenir la plastique plutôt que les oeuvres ou les idées. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *