• Lectures

    Hold your own, Ka(t)e Tempest.

    Un #lundipoésie porté par un souffle intemporel et la voix puissante de Kate (Kae) Tempest, Hold your own publié @picadorCes poèmes reprennent le mythe de Tirésias, jeune homme transformé en femme durant 7 ans pour avoir dérangé l’accouplement de deux serpents. Redevenu homme il est pris à parti par Zeus et Héra lors d’une querelle de couple concernant la sexualité, Héra le rend aveugle et Zeus, pour se faire pardonner, lui donne un pouvoir de divination. Cette réinterprétation du long chemin d’un Tirésias contemporain est sensationnelle !Sensuels, enragés, engagés les mots de Kae Tempest hypnotisent et électrifient à la fois.Ce chant de soi est un cri d’amour au monde. Les transformations de l’âme…

  • Lectures

    L’autre moitié du songe m’appartient, Alixia Gallienne.

    Un #lundipoésie lumineux avec le recueil d’Alicia Gallienne : L’autre moitié du songe m’appartient.Editions Gallimard J’ai enfin pris le temps de lire les textes d’Alicia Gallienne et c’est une belle découverte. Si certains textes m’ont laissée de marbre ou semblés trop romantiques à mon goût, certains m’ont saisie. Je vous en partage un ici (et quelques lignes d’un autre) et je vous encourage à feuilleter ce recueil. La main personnelle“J’ai écrit jusqu’à devenir mon propre voleurJ’ai écrit jusqu’à l’effacement de ce que j’écrivaisJe me sens comme dépossédéeMais ce n’est que de moi-mêmeJe suis la main qui se démunit de raisonJe suis la main qui pointe à l’horizonEt qui a fait feu de…

  • Lectures

    Les poèmes de Lorand Gaspar.

    Dernier #lundipoésie pioché dans la bibliothèque de mon père avec les poèmes de Lorand Gaspar et son recueil Patmos…Des mots de l’été, de la mer et du temps qui passe. Je vous propose deux extraits et vous encourage à découvrir ce recueil 😊 “(…) en toi la barque des nuits d’ététout à coup dérive et tu regardes sur ta mainla lumière des étoiles déjà mortes.Quelqu’un te prend la bouche pour parleret c’est la même soif au dedansà la même soif puisée – (…)”.“(…) 3.dans les tiroirs de la chambreparfumés de sauge et de thymremuent les bruits de l’autre étéquelques cailloux et bois poliset la crasse des siècles surle noble profil d’Alexandrequi a…

  • Lectures

    Les poèmes de Tarjei Vesaas.

    // VACANCES// Un #lundipoésie norvégien (encore une découverte faite dans les étagères de mon père) âpre et saisissant avec les textes de Tarjei Vesaas.Le recueil “Être avec ce qui s’en va” est traduit par Eva Sauvegrain et Pierre Grouix et publié aux Éditions Rafael de Surtis. Je vous partage le poème “Au long du chemin difficile”. “Au bord du chemin difficilepleuvent d’étincelants soleilscomme si rien n’existait.Nous avons le vaste espace à notredisposition mais n’en avons pas l’usage.Il est plein de tempêtesque nous ne comprenons.Un incendie se déclare,toujours aussi énigmatique.Dans les tombes reposenttous nos anciens souvenirs.Nous les appelons,sans obtenir de réponse.Ils ne nous voient pas,ils voient loin, loin devant nous.” Si cette écriture…

  • Lectures

    Ce que je sais, Nii Ayikwei Parkes

    // VACANCES// Un #lundipoésie avec les textes de Nii Ayikwei Parkes et son recueil “Ce que je sais” traduit par Sika Fakambi chez Joca Seria.J’avais adoré son roman incroyable “Notre quelque part” paru chez @editionszulma et, si je suis moins saisie par ses poèmes, je suis ravie de les avoir lus. Je vous partage ici le poème “Les types comme moi” qui m’a beaucoup touchée et que je garde en moi comme un trésor précieux. “Ma mère m’a prévenu contre les types du genre relaxcomme moi. Les types aux penchants alanguis, l’œil vif,qui n’aiment rien tant que passer leur soiréeà goûter le monde au coin d’une rue, une tranche aigre après l’autre. Les types en…

  • Lectures

    Pain perdu, Guy Goffette.

    De passage très rapide chez mes parents, j’ai pioché dans la bibliothèque de mon père le recueil “Pain perdu” de Guy Goffette pour un #lundipoésie plein de désir. Je vous partage le poème “La grande marée” pour commencer la semaine en beauté.Bonne lecture ! “Ainsi nous avions pris rendez-vousPour cette nuit depuis des annéesEt rien, ni le soleil, ni la pluie,Ni les orages de l’amour, ni Ce vieux sac de larmes que l’on traîneTous, avec son ombre dans la nuque,Rien n’a pu nous faire oublier le jourEt l’heure de la grande marée Qui monte dans les chambresEt roule sur le corps des rêveursComme un drap, rien, pas mêmeL’effroi d’être emportés vivants Au…

  • Lectures

    Petite régression, Kenneth White.

    Un #lundipoésie pour sortir de la ville avec les mots de Kenneth White et son poème “Petite régression”. “Petite régressionUne fois sorti de la villeAu bout du macadamOù les fougères se déploientVieilles et cramoisies sous la pluieOù les ronces en pagailleS’entassent et se multiplientLaissez-moi m’étendre un peuDans ces broussailles détrempéesRegarder un instantLe nuage gris qui passeEt saluer sans faire de bruitCe passereau tout crotté.” Bonne semaine !

  • Lectures

    Aller simple, Erri de Luca

    Un #lundipoésie avec les mots d’Erri de Luca dans son recueil Aller simple, en version bilingue et traduit de l’italien par Danièle Varlin.Editions Gallimard Des textes assez mélancoliques, parfois même un peu amers, dont la simplicité et l’acuité sont touchantes.Je vous partage le poème Deux. “Quand nous serons deux nous serons veille et sommeil,nous plongerons dans la même pulpe comme la dent de lait et la deuxième après, nous serons deux comme sont les eaux, les douces et les salées,comme les cieux, du jour et de la nuit,deux comme sont les pieds, les yeux, les reins,comme les temps de la pulsationles coups de la respiration.Quand nous serons deux nous n’aurons pas de…

  • Lectures

    Les nouveaux anciens, Kae Tempest

    Un #lundipoésie longtemps attendu avec Les nouveaux anciens de Kae Tempest. Cela fait longtemps que j’ai envie de découvrir sa voix. J’ai passé des mois à me demander si je l’écoutais ou si je la lisais, et si je la lisais en anglais ou en français… du coup je restais en lisière bien inutilement. Samedi, j’ai vu le bouquin sur la table du libraire je l’ai pris sans réfléchir et tant mieux. Ce texte est bluffant (il est traduit par D’ de Kabal et Louise Bartlett et publié chez @larche_editeur que je découvre bien tard aussi) et m’a instantanément emportée. Je me le suis lu à voix haute, j’ai basculé dans les ruelles de…

  • Lectures

    Juste après la pluie, Thomas Vinau

    Un #lundipoésie “Juste après la pluie” avec les mots de Thomas Vinau publié chez @almaediteur. J’ai saisi l’occasion et emprunté ce recueil à la bibli. Ce n’est pas une grande rencontre mais j’y ai trouvé des petits plaisirs cachés dans les pages… Art Brut“C’est quoi les fraises des bois ?Des bonbons sauvages “ L’homme mesure“L’homme mesureÇa le rassureC’est une drôle de manieIl a mesuré la terreL’eau même l’airEt puis le cielPeut-on mesurer le cielEt son usurePeut-on mesurer l’usure du cielL’enfant pose la questionL’homme se retrouve bien bêteMesuré mais museléL’homme mesureL’enfant luiDémesure “