• Lectures

    “La petite bête qui monte ça me terrorifie, paroles d’enfants à un psychanalyste”, Eric Didier

    Un #lundipoésie saisissant avec un petit livre singulier publié chez @lenouvelattila : “La petite bête qui monte ça me terrorifie, paroles d’enfants à un psychanalyste” par Eric Didier. Il ne s’agit donc pas d’un livre de poésie à proprement parler mais bien d’un recueil de mots d’enfants plus ou moins grands, saisis au vol par le psychanalyste dans toute la puissance du langage. Tour à tour émouvants, glaçants, enchanteurs ou sans appel ces mots laconiques ont une force d’évocation remarquable qui me donne envie d’en parler ce matin. Je vous partage ici quelques-uns de ces aphorismes pour qu’ils vous accompagnent en ce début de semaine. N’hésitez pas à vous procurer cet ouvrage. “L’existence me…

  • Lectures

    Poésie algérienne

    Happée par les mots de Jean Senac, je poursuis ma découverte de la poésie algérienne de langue française avec l’anthologie “Quand la nuit se brise” publiée @editionspoints.Un recueil choisi sur les bons conseils de @laweshlitteraire! Il rassemble des textes explicatifs permettant de mieux découvrir cette poésie marquée par l’Histoire ainsi que de nombreux poèmes d’auteur(e)s plus ou moins connu(e)s. Je continue de le lire peu à peu et d’en absorber la variété et l’intensité. J’ai choisi de vous faire découvrir le poème “L’angoisse” de Kamel Abdou publié en 1986. “Dis mèreDis-moi que nous avons le droit d’aimerLe droit de rencontrer d’autres yeuxSans avilir le RegardIl faut croire mèreQue toi et moi pourrons…

  • Lectures

    Les poèmes de Marie Uguay

    Un #lundipoésie avec une poétesse québécoise dont je découvre le talent grâce @editionsboreal : Marie Uguay. Je veux retenir d’elle l’incandescence et la justesse de ses mots au-delà du “mythe” que sa mort précoce a pu construire. Je vous présente un poème extrait du recueil “L’Outre-vie”, puisse sa beauté réchauffer votre début de semaine. “maintenant nous sommes assis à la grande terrasseoù paraît le soir et les voix parlent un langage inconnude plus en plus s’efface la limite entre le ciel et la terreet surgissent du miroir de vigoureuses étoilescalmes et filantes plus loin un long mur blancet sa corolle de fenêtres noires ton visage a la douceur de qui pense à autre choseton…

  • Lectures

    Les poèmes de Silvia Baron

    Un #lundipoésie en excellente compagnie avec les poèmes de Silvia Baron Supervielle, poétesse argentine écrivant en français. Je la connaissais en tant que traductrice notamment d’Alejandra Pizarnic et je viens de la découvrir dans ses propres mots. Je vous propose deux extraits qui m’ont particulièrement touchée de son recueil “Un autre loin” que je vous encourage à feuilleter avec attention.Bonne semaine ! “(…) Je voudrais partir plus au fondPour que nul éclair ne m’aperçoiveEt que je sois sauvée de l’assautSauvage du passé La brume du rivage qui avanceEnveloppe mes épaulesPénètre dans le vêtementQui me retient Est-ce ainsi que l’on partAvec la mémoire qui cesseLes pas qui passent sans s’arrêterLes heures effacées (…)“…

  • Lectures

    La poésie de Jean Sénac

    Un #lundipoésie algérien avec les textes de Jean Sénac, poète pied-noir homosexuel et militant pour l’indépendance algérienne. Très admiratif de René Char et Albert Camus mais aussi de Jean Genet, sa poésie est à la fois marquée par sa foi chrétienne, son attachement profond à une Algérie indépendante et sa sensualité. J’ai découvert récemment ce poète à l’identité complexe et aux textes qui bataillent et cherchent la lumière. Je vous propose deux textes du recueil “Pour une terre possible” paru @editionspoints. “Les mots roulent dans la chaircomme des galets bien rondscomme des cris polisune langue de fond Tes mots sont des mots sans phrasesqui savent jouer à vivre La mort a coupé le…

  • Lectures

    Duo Poétique : Joy Harjo et Raymond Carver

    Un #lundipoésie “in english” ce matin (et sans traduction en plus !) avec un #duopoétique amérindien et américain : Joy Harjo, poétesse Muscogee et Raymond Carver poète américain.Les élans du cœur et ceux de la nature se croisent et s’ignorent parfois superbement… Cricket Song, Joy Harjo (2013) “Tonight I catch a cricket song,Sung by a cricket who wants the attention of another–My thinking slides in the wake of the cricket’s sweetLonging. It’s lit by the full moon as it makes a pathOver the slick grass of the whitest dark,I doubt the cricket cares his singing is swinging starlightTo the worry that has darkened my mind.It is mating season.They will find their way to each…

  • Lectures

    Duopoétique avec Andrée Chedid et Constantin Cavafis

    Un #lundipoésie avec le retour du #duopoétique en compagnie d’Andrée Chedid et de Constantin Cavafis. Deux poètes méditerranéens dont les mots me touchent beaucoup. Entre sensualité et force de conviction leurs poésies sont solaires et pleine de vitalité. Le Feu, Andrée Chedid (dans le recueil Rythmes) “Le FeuS’empare de toutes matièresEn ses flambées Réduit en cendresCe corps cet arbreCet oiseau cette jument EnfinDépossédé et libreLe FeuRepart à la conquêteD’autres et d’autresEmbrasements.“.Rappelle-toi mon corps, Constantin Cavafis (dans le recueil En attendant les barbares traduit du grec par Dominique Grandmont) “Mon corps, rappelle-toi non seulement combien tu fus aimé,non seulement les lits où tu t’es allongé,mais aussi ces désirs qui pour toibrillaient ouvertement dans les yeux,qui…

  • Lectures

    Les poèmes de Roberto Juarroz

    Un #lundipoésie argentin avec les textes incroyables de Roberto Juarroz. Ce poète est pour moi une sorte d’oracle, pas forcément le plus joyeux qui soit mais dont les mots prennent de l’épaisseur et du sens à chaque relecture. Expert des bibliothèques, traducteur d’Antonin Artaud, exilé sous Perón, directeur de revue poétique, tous ses recueils de poésie portent le même titre : Poésie verticale. Ils sont ensuite numérotés.Le recueil paru chez @editionspoints rassemble une sélection de poèmes traduits et présentés par Roger Munier. Je vous présente le poème 7 du recueil Poésie verticale VI. ” Comment aimer l’imparfaitsi l’on écoute au travers des chosescomme le parfait nous appelle? Comment parvenir à suivredans la chute ou…

  • Lectures

    Duo poétique : Jacques Prévert et Yannis Ritsos.

    Un #duopoétique sans doute improbable à première vue : Jacques Prévert et Yannis Ritsos. Entre le poète parisien à la gouaille populaire et le poète grec militant pourtant, les ponts se font sans difficultés notamment autour de leur soif de liberté.Je vous partage deux poèmes contrastés où les rôles semblent inversés. Celui qu’on connait léger penche vers le dramatique et celui qu’on sait éprouvé trouve l’énergie de vivre dans un détail.Ce ne sont pas des poèmes joyeux mais ils me touchent beaucoup. Je vous souhaite une semaine pleine de beauté. Sang et Plumes, Jacques Prévert (1951)“Alouette du souvenirc’est ton sang qui couleet non pas le mienAlouette du souvenirj’ai serré mon poingAlouette du…

  • Lectures

    Duo poétique : Jim Harrison et Kenneth White.

    Après un dimanche bien pluvieux et bien novembresque revoici une double dose de poésie et de nature avec le #duopoétique : Jim Harrison et Kenneth White. Deux grands poètes contemporains liés à la terre et amoureux du mouvement, un écossais et un américain, deux observateurs occidentaux marqués par l’Orient et ses enseignements. L’île sans nom, Kenneth White (2005)Traduit par Marie-Claude White. “Le bruit du silence iciEst un kerrak-rrok-rrokPrononcé par des oiseaux noirsLe vide sans fin du cielEst empli de nuages lentsVenus du fond de l’océanMéditation est et n’est pas le mot qu’il fautUne lumineuse concentrationTandis qu’un millier de vagues bleuesSe brisent sur l’horizon. “ In Après Ikkyu, Jim Harrison (1996).Traduit par Jean-Luc…