Lectures

Le jour des chiens, Alicia Gimenez Bartlett.

Traduit de l’espagnol par Marianne Million.

Garzón ne se trompait pas, dans le fond. Un grand supermarché présente tout de même un aspect légèrement redoutable. Je ne l’avais jamais vu sous ce jour auparavant, mais sous l’influence de Garzón je devais admettre qu’il y a de ça. Ces rangées de conserves et de boîtes brillantes, sans souillure, inertes, entre lesquelles on se déplaçait en poussant un chariot, génèraient une certaine angoisse existentielle.

Deuxième volume de cette série policière se déroulant dans les années 90 à Barcelone : l’inspectrice Petra Delicado et son collègue Firmin Garzón se retrouvent confrontés au meurtre sordide d’un inconnu avec pour seul témoin le chien de celui-ci.

J’ai retrouvé avec plaisir l’impertinence et l’humour de l’enquêtrice ainsi que ses réflexions désenchantées sur le monde.
L’enquête est assez datée mais toujours agréable et particulière.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *