Lectures

Noces, L’Été, Albert Camus.

La tête retentissante des cymbales du soleil et des couleurs, quelle fraîche bienvenue que celle de la salle pleine d’ombre, du grand verre de menthe verte et glacée ! Au-dehors, c’est la mer et la route ardente de poussière.

es textes courts, habités et brûlants pour se souvenir de l’été disparu, de ses plaisirs simples et pourtant métaphysiques.

Merci @pauline_boet pour ce beau conseil!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *