• Lectures

    Derniers jours d’un monde oublié, Chris Vuklisevic.

    Editions Folio “Le matin où les étrangers arrivèrent sur l’île, la Main de Sheltel fut la première à les voir. Elle allait revêtir son masque quand, par la fenêtre, elle aperçut un point sombre à l’horizon. Un mirage, crut-elle ; un tremblement de la chaleur sur l’eau. La mer était vide, bien sûr. Rien ne venait jamais de l’océan.Elle ne lança pas l’alerte.“ Longtemps après la catastrophe, les habitants rescapés d’une île ont structuré leur société autour de trois forces qui s’équilibrent et qui les régissent : le Natif qui gouverne, la Bénie qui protège et la Main qui donne et prend la vie.Lorsqu’un bateau de pirates est aperçu à…

  • Lectures

    Pain perdu, Guy Goffette.

    De passage très rapide chez mes parents, j’ai pioché dans la bibliothèque de mon père le recueil “Pain perdu” de Guy Goffette pour un #lundipoésie plein de désir. Je vous partage le poème “La grande marée” pour commencer la semaine en beauté.Bonne lecture ! “Ainsi nous avions pris rendez-vousPour cette nuit depuis des annéesEt rien, ni le soleil, ni la pluie,Ni les orages de l’amour, ni Ce vieux sac de larmes que l’on traîneTous, avec son ombre dans la nuque,Rien n’a pu nous faire oublier le jourEt l’heure de la grande marée Qui monte dans les chambresEt roule sur le corps des rêveursComme un drap, rien, pas mêmeL’effroi d’être emportés vivants Au…

  • Lectures

    De pierre et d’os, Bérengère Cournut.

    Editions Le Tripode “Durant ma longue nuit d’Inuit, j’ai appris que le pouvoir est quelque chose de silencieux. Quelque chose que l’on reçoit et qui – comme les chants, les enfants – nous traverse. Et qu’on doit ensuite laisser courir.” Une fracture de la banquise sépare soudainement une jeune fille inuit de sa famille. Seule dans le froid et la nuit arctiques, elle se met en marche pour survivre. Au gré des rencontres et des épreuves physiques comme spirituelles, sa singularité et son lien avec les esprits se révèlent… Encore un superbe roman de Bérengère Cournut !J’avais adoré “Née contente à Oraibi” qui se passait chez les Indiens Hopi et…

  • Lectures

    La chute, Albert Camus.

    Publié en Folio “Où commence la confession, où l’accusation ? celui qui parle dans ce lieu fait-il son procès, ou celui de son temps ? Est-il un cas particulier, ou l’homme du jour ? Une seule vérité en tout cas, dans ce jeu de glaces étudié : la douleur, et ce qu’elle promet.“ Dans un bar à Amsterdam, un homme se confie à un autre en un long monologue. Il a tutoyé les sommets, joui de la vie sans retenue, sûr de son droit, sûr de sa singularité, sûr de sa valeur et de sa puissance.Et puis, un soir, parce qu’il n’a pas agi à un moment critique, sa vie…

  • Lectures

    La femme de l’allemand, Marie Sizun.

    Publié chez le Livre de Poche “La chose terrible en elle, la chose mystérieuse, abominable, peut à tout moment se réveiller. Mais c’est peut-être aussi cette présence de l’ombre qui fait d’elle un être magique.” Après la guerre, une petite fille vit seule à Paris avec sa mère. Une mère aimante et fantasque, marquée personnellement et socialement par sa relation amoureuse avec un officier Allemand, le père de la petite fille.Alors que les comportements de sa mère se dégradent et basculent dans la psychose, les rôles s’inversent : la fille va tenter avec tout son amour de créer un cadre apaisant pour elles deux mais aussi de grandir en se…

  • Lectures

    Rose Royal, Nicolas Mathieu.

    Editions Actes Sud “Sa voix avait résonné, limoneuse et brune, et dans son visage impassible, la pupille flambait, prise entre une paupière paresseuse et un cerne lourd; on aurait dit l’éclat d’une bougie à travers une meurtrière.” Deux nouvelles bien noires et bien serrées.Dans la première, Rose a la cinquantaine et ras le bol des hommes qui veulent diriger son existence. Elle se construit une vie indépendante et boit des coups au bar du Royal le soir après le travail. Un jour, elle y fait la rencontre de Luc…Dans la deuxième, un juge mis à la retraite s’emmerde à Colmar. Sa rencontre avec un petit voyou paumé va lui redonner…

  • Lectures

    Chômage Monstre, Antoine Mouton.

    Un #lundipoésie tourbillonnant, bégayant, hésitant et qui va de l’avant avec les textes d’Antoine Mouton dans son livre Chômage Monstre.Editions La Contre Allée Que fait le langage quand notre corps travaille pour quelqu’un d’autre? S’efface-t-il ou bouillonne-t-il impatiemment ? Et quand on marche ? La pensée et les mots s’arriment-ils à nos pas?Un flot de poésie qui charrie des questions essentielles… Extrait de Dire/Entendre/Penser“La parole il n’y a personne dedans ou bien tout un peuple mais qui se tait qui se tient dans l’embrasure du langage avec mille oreilles appliquées contre luiOn voudrait que le silence se déclare sur la liste des résidents “ Extrait de Après quoi/ Chômage Monstre“Comment vivre à…

  • Lectures

    Aucun souvenir assez solide, Alain Damasio.

    Editions Folio “Elle relayait encore aujourd’hui une cinquantaine de messages par jour pour des phares isolés à demi opaques, des vieilles balbutiant leurs demandes au flambeau, des orphelins que personne ne livrait et qui se nourrissaient d’oiseaux, des psychopathes dont elle avait mis un an à décrypter le charabia bariolé et qui n’avaient qu’elle pour transmettre leur vision du monde à une ville qui s’en foutait comme de sa première lampe.” Dix nouvelles qui nous plongent dans un nouveau monde pas si lointain du nôtre : celui qui pourrait advenir si nos inconsciences et nos travers perduraient, si nous laissions les choses aller sans réfléchir au monde que l’on souhaite.Ici,…

  • Lectures

    Presqu’îles, Yan Lespoux.

    @agulloeditions “Il a hâte de se coucher. Il se dit que demain sera un autre jour, mais il sait aussi qu’il se dit ça tous les jours et que, depuis quelques temps déjà, ce sont toujours les mêmes.“ Dans le Médoc rural, solitude, ennui, amitié, fierté, violence, rêve et désespoir se côtoient.Dans une collection de 33 textes courts, comme autant de portraits croqués sur le vif, c’est l’universalité des hommes attachés à leur terroir qui apparaît. J’ai été surprise par la taille très courte de ces textes. L’ambiance est imprimée avec beaucoup de finesse et en très peu de mots. Je suis pourtant souvent restée sur ma faim, c’était trop…

  • Lectures

    Dans les rapides, Maylis de Kerangal.

    “De ce côté-ci, on dit que c’est sombre et chatoyant, peuplé de jeunes types rageurs et goguenards, de junkies romantiques, de dandys trash, de crétins, de petites frappes frustes et électriques, d’abominables petits poseurs bidons, de chiens fous, de macs qui sniffent la bonne pioche et se pourlèchent les babines devant cette jeunesse qui ne respecte rien, irrévérencieuse, jusqu’au-boutiste, tellement vivante, par là ça chante sans voix et sans solfège, à toute allure, des trucs binaires ultra-primaires, par là ça sent la sueur et l’animal, la drogue, l’alcool, la violence et le sexe, par là ça se fout du monde mais ça s’y plante au milieu pour le faire savoir.“…