• Lectures

    Over the Rainbow, Constance Joly.

    Une fille raconte son père, tâche d’attraper par les mots l’enchanteur insaisissable de son enfance, père divisé et homosexuel mort du SIDA. Avec un mélange de pudeur respectueuse et de sincérité déchirante, elle marche sur le fil du témoignage sans jamais chuter ni dans l’anecdotique ni dans le larmoyant. J’ai beaucoup apprécié ce texte émouvant sans être envahissant (alors que j’avais parfois eu du mal avec le lyrisme dans “Le matin est un tigre”). Il m’a aussi fait repenser avec plaisir au témoignage d’Alysia Abbott dans son livre FairyLand qui m’avait beaucoup apporté. Merci beaucoup @jolyconstance69 pour cet envoi inattendu et très apprécié !

  • Lectures

    Une immense sensation de calme, Laurine Roux.

    “J’ai caressé ses traits figés sur sa peau froide. Il me semblait que je devais le faire. Une caresse pour une vie. Mes doigts parcouraient son visage et je pouvais sentir tout ce qu’elle avait été. Avec ma main, je lui disais Je prends. Elle me donnait sa droiture et sa fatigue, je lui disais Je prends. Son passé et ses blessures, je lui disais Je prends. Elle me donnait sa beauté et les rares joies arrachées à la vie. Je prenais. Son courage et sa vertu. C’était tout ce qui me restait. Longtemps ce serait mes seuls bagages.“ Dans un pays de neige qui ressemble fort à une Russie…

  • Portraits de femmes

    Portrait de femme : Aphrodissia

    Bienvenue @ledevorateur qui a choisi de nous parler d’Aphrodissia, héroïne de Marguerite Yourcenar pour ce quatrième #portraitsdefemme partagé. La veuve Aphrodissia est l’héroïne de la nouvelle éponyme, dans le recueil Nouvelles orientales de Marguerite Yourcenar. C’est une nouvelle très courte : dans un village grec, les habitants s’apprêtent à brûler le corps de Kostis le Rouge. Ce bandit a enfin été attrapé, il ne volera plus, il ne tuera plus.Quand les villageois sont venus annoncer la nouvelle à la veuve Aphrodissia, dont le mari, le vieux pope Kostaki a été assassiné six ans plus tôt par Kostis, elle a manqué tout leur révéler : Kostis était son amant. Au creux de son bras, un…

  • Lectures

    Tamanoir, Jean-Luc A. d’Asciano.

    “Un clochard ne meurt jamais de mort naturelle, coupe Malscazoni. Il meurt assassiné par le froid, le manque de logement, la spéculation. Il meurt assassiné par le Grand Capital.“ Au cœur du Père Lachaise, deux hommes -membres d’une association d’aide aux SDF- sont assassinés. Un clochard, témoin des faits, s’enfuit dans la nuit avec son chat. Le lendemain, le Tamanoir – enquêteur privé pour le moins singulier et pourvu d’un nez mémorable – découvre le fait-divers dans le journal.Il va s’immerger dans le monde interlope de la rue, découvrir un business mafieux autour des sans domicile fixe et basculer joyeusement dans un occultisme saisissant. Si ce bouquin commence comme un…

  • Lectures

    Le prix des âmes, Emmanuelle Pol.

    “Mi-amusée, mi-horrifiée, elle s’était précipitée dans la salle de bain pour scruter longuement son reflet dans le miroir, s’attendant à y découvrir dieu sait quoi de sale, de déchu, de flétri. Mais elle n’y avait rien trouvé d’autre qu’une jeune femme un peu décoiffée, un peu cernée par l’heure tardive. Se pouvait-il que rien ne transparaisse ? Dans un éclair elle s’était souvenue du jour où elle avait perdu sa virginité. Elle avait tout juste seize ans. Rentrant sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller ses parents, elle avait eu exactement le même réflexe et couru s’observer dans la glace, avide de découvrir sur son visage les marques…

  • Non classé

    La poésie de Lydie Dattas

    Un #lundipoésie vibrant et spirituel avec les poèmes de Lydie Dattas que je viens de découvrir au gré d’une promenade en librairie… J’ai été percutée par les poèmes rageurs et somptueux du “Carnet d’une allumeuse” qui racontent l’adolescence d’une jeune fille à l’intelligence redoutable et à la beauté remarquable.Exaspérée et stimulée par sa féminité en devenir, elle raconte les paroles qui enferment en voulant complimenter, le pouvoir naissant de la séduction, les règles et leur désastre et la poésie déjà, qui régente sa vie. Je vous en partage les dernières lignes et vous encourage vivement à lire ces textes ! “Dans la bibliothèque de la nuit je range le premier livre. Qu’il…

  • Lectures

    Toiles de maître, Hannelore Cayre.

    “Des tours entouraient ce que dans les années 70 on appelait une agora; une branlette d’architecte qui, en élaborant sa maquette, avait dû prévoir comme un démiurge que le bon peuple se rassemblerait en son centre pour « communiquer ». Aujourd’hui, on appelait ça une dalle et on y dealait du shit.“ Un avocat tout juste sorti de prison se retrouve au beau milieu d’une affaire de tableaux spoliés à des familles juives durant la seconde guerre mondiale. Entre un contrôle fiscal commandité par un pair malintentionné, des fréquentations toujours louches et une forte tendance à la consommation d’alcool il va être emporté dans un tourbillon de rencontres équivoques. Ce…

  • Lectures

    Ça raconte Sarah, Pauline Delabroy-Allard.

    “Ça raconte Sarah, sa beauté mystérieuse, son nez cassant de doux rapace, ses yeux comme des cailloux, verts, mais non, pas verts, ses yeux d’une couleur insolite, ses yeux de serpent aux paupières tombantes. Ça raconte Sarah la fougue, Sarah la passion, Sarah le soufre, ça raconte le moment précis où l’allumette craque, le moment précis où le bout de bois devient feu, où l’étincelle illumine la nuit, où du néant jaillit la brûlure. Ce moment précis et minuscule, un basculement d’une seconde à peine. Ça raconte Sarah, de symbole : S.” La narratrice élève sa fille seule et flotte dans une vie sur pilote automatique… jusqu’au jour où elle…

  • Lectures

    Caché dans la maison des fous, Didier Daeninckx.

    “Au cours des jours qui suivirent, Denise avait placé ses pas dans ceux du poète pour aller à la rencontre de ces êtres singuliers que la société ne voulait pas entendre, qu’elle voulait empêcher d’émettre d’insupportables vérités.” Durant l’occupation nazie Denis Glazer, jeune femme juive, trouve refuge à l’asile psychiatrique de Saint Alban en Lozère où sont également abrités le poète Eluard et son épouse Nusch. Deux médecins, Lucien Bonnafé et François Tosquelles, y font acte de résistance tout en inventant une nouvelle approche des malades sans entrave et dans l’échange. Découverte de la poésie pour la jeune femme, de l’art brut pour le poète et de l’Autre de façon…

  • Lectures

    Lune captive dans un œil mort, Pascal Garnier.

    “Chacun de son côté avait fait le tour de sa propre vie et constaté qu’arrivé à un certain âge, l’indépendance devient une sorte d’esclavage.“ Martial et Odette, retraités avec un peu d’argent, s’installent aux Conviviales – nouvelle résidence sensément paradisiaque du Sud de la France. Ici, on vous promet sécurité et divertissement.Enfin, pour l’instant il n’y a qu’eux et le gardien-jardinier donc forcément ce n’est pas trépidant… Mais passé les premiers moments et avec l’arrivée de quelques voisins tout cela pourrait aisément tourner à la fête ou bien au désespoir le plus dramatique ! J’ai été surprise par ce livre sans façon qui vous embarque dans une atmosphère de plus…