Lectures

  • Misogynie
    Lectures

    Misogynie, Claire Keegan.

    Traduit de l’anglais par Jacqueline Odin.Sabine Wespieser Editeur “Il l’avait observée à cet instant et avait vu quelque chose de hideux sur lui-même qu’elle lui renvoyait, par son regard.“ Un 29 juillet dans la vie d’un homme. Un jour particulier et assez pesant pour lui on le sent bien. Petit à petit en suivant le fil de ses pensées et de ses gestes quotidiens, on remonte à la source de ce qui aurait pu être un sursaut salvateur et n’est que l’histoire d’un renoncement. Il s’agit d’un très court texte offert par l’auteure à son éditrice. Un récit au plus près d’une journée dans la vie d’un homme qui a…

  • Les choses
    Lectures

    Les choses, une histoire des années soixante, Georges Pérec.

    @editions1018 “Dans le monde qui était le leur, il était presque de règle de désirer toujours plus qu’on ne pouvait acquérir.“ Un jeune couple amoureux commence sa vie professionnelle et s’installe dans un petit appartement parisien. Très vite, ils s’entourent d’amis et se prennent à rêver à “l’étape d’après”. L’étape où ils auront un appartement plus grand, des habits plus à la mode, des vacances plus exotiques, l’aisance de ceux qui sont arrivés. Mais comment atteindre cet état de grâce ? Comment ne pas perdre en chemin ses idéaux, son temps libre, sa liberté ? Quel livre passionnant et glaçant à la fois ! La forme et le fond se…

  • L'eau rouge
    Lectures

    L’eau rouge, Jurica Pavičić.

    Traduit du croate par Olivier Lannuzel.@agulloeditions “En entendant cette plainte, Vesna ressent cette même piqûre qu’elle n’aime pas. Elle sent une résistance furieuse à l’égard du désespoir des autres, et cette résistance vire tout d’un coup à la rage.“ Croatie, 1989. Une adolescente disparait après une fête de village sur la côte Dalmate. Ses proches sont dévastés et l’enquête ne donne rien. Peu à peu, alors que le communisme reflue et que la guerre s’installe, cette disparition très médiatisée perd de son importance et chacun s’adapte comme il le peut aux nouvelles réalités.Le roman suit dans le temps et en variant les angles les effets que l’absence inexpliquée de cette…

  • Vert en poésie
    Lectures

    Poésie en vert

    Pour changer un peu la tournure de mes #lundipoésie je vous propose deux ou trois poèmes que j’aime ayant en commun une couleur : aujourd’hui, le vert ! Vert, Maurice Carême (1960)“Je parlerai du vert,Du vert volant des arbres ;Je parlerai des veines vertesDes jeunes filles sous les arbres ;Je parlerai du ventEt du vert émeraudeDes lisières de l’aube.Je parlerai du vert que j’aime,Du vert ardentDes baisers scellés dans les champs,Du vert qui me retrouve enfantTraversant sans fin mes printemps.” Romance somnambule, Federico Garcia Lorca (1928)Traduction Alice Becker-Ho“Vert c’est vert que je te veux.Vert le vent. Verts les rameaux.Nacelle voguant sur l’eauCheval par les monts rocheux.La taille drapée de noirAu balcon rêvant…

  • Dem
    Lectures

    Dem, William Melvin Kelley

    Traduit de l’anglais par Michelle Herpe-VoslinskyEditions La croisee Un homme blanc de classe moyenne aux Etats-Unis dans les années soixante. Il gagne bien sa vie, habite dans un bel appartement, a une jolie épouse et un jeune enfant. Il passe son temps à admirer ou envier ses collègues (y compris les plus virilistes et déviants) et à craindre les “Noirs” – cette population singulière qui lui semble particulièrement menaçante.Un événement va faire voler en éclat le joli récit qu’il se fait de sa vie : sa femme accouche de jumeaux. L’un est blanc comme lui et l’autre noir comme l’amant de sa femme. Punaise, quel bouquin barré ! Tout part…

  • Le lac magique
    Lectures

    Le lac magique, Yaël Cojot-Goldberg.

    @editionsduseuil L’auteure part pour un an vivre en famille au Canada. Avant de s’installer à Montréal, ils vont passer un mois d’été dans la nature des Laurentides.Elle y rencontre un groupe de femmes de tous âges qui vont, tous les matins, se baigner nues dans un lac isolé. Rejoignant cette troupe pour leurs immersions rituelles elle va peu à peu se délester de ses angoisses et de ses regrets… J’ai beaucoup aimé ce livre. Il partage sans prétention et avec sincérité le cheminement d’une femme pour s’autoriser à être elle-même. Au gré des pages il m’a donné une envie folle de faire partie de cette troupe… il me reste à…

  • Après
    Lectures

    Après, Nikki Gemmell.

    Traduit de l’anglais par Gaëlle Rey.@au_diable_vauvert_editions “Ma mère, mon ennemi naturel.” La mère de l’auteure, vieillissante et souffrant de douleurs chroniques, met fin à ses jours sans prévenir ses enfants. C’est un cataclysme qui bouleverse toute la famille et qui va être l’occasion pour l’auteure d’interroger les relations qu’elle a entretenu avec sa mère en les couchant sur le papier.Entre détestation et fascination, affection et brutalité, de l’enfance à la maturité leurs échanges ont toujours été plus que tumultueux. Peut-on comprendre sa mère ? Que faisons-nous réellement pour les personnes vieillissantes lorsque nos propres vies d’adultes nous submergent ? Et la douleur dans tout ça ? Et la dépendance aux…

  • Nox
    Lectures

    Nox – T1 Ici-bas, Yves Grevet.

    Pocket_jeunesse Dans la ville basse, on vit dans le noir constamment : la nox. Pour avoir un peu de lumière, on pédale (ou on fait pédaler les enfants) pour générer de l’énergie. Dans la ville haute, on ignore les pauvres crasseux de la ville basse ou alors on se raconte la menace qu’ils représentent et on frissonne d’appréhension. Dans la ville basse, la milice règne pour maintenir chacun à sa place et se nourrir sur les plus faibles.Trois adolescents sont à l’âge où leurs choix deviennent déterminants : quelle faction rejoindre ? quels récits croire ? à qui faire confiance ? est-il possible de circuler entre la ville basse et…

  • Rouge en poésie
    Lectures

    Rouge en poésie

    Pour changer un peu la tournure de mes #lundipoésie je vous propose deux ou trois poèmes que j’aime ayant en commun une couleur : aujourd’hui, le rouge ! Coquelicots en juillet, Sylvia Plath (1965)Traduction Valérie Rouzeau.“Petits coquelicots, petites flammes d’enfer,Vous ne faites pas mal?Vous tremblez. Je ne sais pas vous toucher.Je mets les mains dans les flammes. Rien ne brûle.Et cela m’épuise de vous regarderTrembler comme ça, rouge vif et froissés comme une bouche.Une bouche que l’on vient d’ensanglanter.Oh petites jupes sanglantes ! (…)” Presque dans un album, Anna Akhmatova (1961)Traduction Sophie Benech.“Tu entendras le tonnerre et tu penseras à moi,Tu te diras : elle souhaitait les orages…Une bande de ciel sera…

  • Les noces sauvages
    Lectures

    Les noces sauvages, Nikki Gemmell.

    Traduit de l’anglais par Dorothée Zumstein.@editionsbelfond “Aux yeux de Snip, les personnes sans curiosité sont comme les maisons sans livres : quelque chose en elles génère le malaise.” Une jeune artiste peintre hérite de sa grand-mère et, sur la demande de celle-ci, part retrouver son père dans l’outback australien pour le questionner sur l’explosion de leur famille.Entre son besoin viscéral d’indépendance et l’urgence de comprendre d’où elle vient, elle devra traverser plusieurs étapes initiatiques pour pouvoir imaginer un avenir qui lui ressemble. Après le désert glacé de l’Antarctique dans “Traversée”, je suis partie pour le désert de sable rouge de l’Australie!J’y ai retrouvé une “héroïne” indépendante, forte, plutôt égoïste et…