Lectures

Arcadie, Emmanuelle Bayamack-Tam

// EN VACANCES//

Ma lettre au monde, je l’ai déjà écrite : elle est enfouie six pieds sous terre, dans un pré en pente douce où les vaches paissent en tintinnabulant, et elle traversera le temps aussi sûrement qu’une sonde spatiale ; ma lettre au monde tient en quelques objets : une plume de geai, des coquillages, les effluves chyprés du parfum d’Arcady, une cigale en bakélite, et un noyau de pêche un peu alvéolé mais contenant en germe tout un été sans fin ; ma lettre au monde tient en quelques mots, que mes frères humains n’auront aucun mal à traduire, quoi qu’il soit advenu de la langue dans l’intervalle qui nous sépare de son exhumation : l’amour existe.

Farah, embarquée là par ses parents, mène son enfance au sein d’une communauté prônant l’amour libre et l’autarcie. Elle grandit en liberté dans un cadre bucolique où chaque singularité est accueillie, où la joie des corps est naturelle. Mais le paradis terrestre va être peu à peu troublé : Farah s’attendait à grandir femme mais son corps hésite entre les deux genres, son amour fou pour le leader charismatique des lieux en prend un coup le jour où la tolérance de la communauté est mise à l’épreuve…

Un livre comme un fruit défendu : délicieux, forcement un peu décevant mais très attachant!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *