Lectures

La face nord du coeur, Dolores Redondo.

Traduit de l’espagnol par Anne Plantagenet.

Attention, attention : ce roman est un “prequel” à la trilogie du Baztàn que je vous conseille instamment de lire avant de vous lancer dans ce roman pour en profiter pleinement (La trilogie est d’ailleurs en poche chez @folio_livres 😊)

En 2005, l’inspectrice Amaïa Salazar, marquée par son enfance sous l’ombre d’une mère dangereuse et d’un père lâche, est une jeune sous-inspectrice brillante invitée à se former au siège du FBI à Quantico. Elle y rencontre l’agent Dupree – profileur exceptionnel – et se retrouve embarquée à ses côtés, alors que l’ouragan Katrina s’apprête à dévaster la Nouvelle-Orléans, à la poursuite d’un tueur en série passant à l’acte lors de catastrophes naturelles.
Le récit entremêle le désastre, la moiteur et la mort dans la ville détruite et le récit d’épisodes glaçants de l’enfance d’Amaïa au Baztàn. Lorsque l’enquête initiale est peu à peu contaminée par une autre affaire, l’équipe réalise qu’elle se bat contre des forces obscures…

Quel polar palpitant et prenant! J’avais déjà beaucoup aimé la trilogie, son héroïne complexe et les liens intenses entre la nature, les croyances et les enquêtes mais je trouve que ce combo trouve son apogée dans ce volume. L’ambiance apocalyptique de l’après Katrina est extrêmement bien rendue, le trouble grandissant au sein de l’équipe des enquêteurs est habilement construit et c’est un grand plaisir d’enfin comprendre des éléments clés de la vie d’Amaïa et les origines de sa relation singulière avec Dupree.

Un grand merci @babelio_ et @la_serie_noire pour l’envoi de ce bouquin : ce soir je rencontre l’auteure pour échanger sur ce polar ! Je suis ravie !

2 Comments

  • Stéphane Furlan

    Merci pour votre chronique ! J’ai beaucoup apprécié ce roman. Le début m’a rappelé Le silence des agneaux dans la relation entre Amaia et l’agent Dupree qui évoque celle entre Clarice Starling et l’agent Crawford. L’enquête sur le compositeur emporte aussi l’intérêt, d’autant plus quand elle se déroule à La Nouvelle Orléans pendant l’ouragan Katrina. Comme vous, j’ai trouvé que le choix de cet environnement apocalyptique ajoute beaucoup de tension dans la narration, tout comme les intrigues secondaires teintées de fantastiques avec des références au Vaudou et à la sorcellerie du pays Basque. Bref, je recommande !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *