Lectures

La poésie de Pauline Delabroy-Allard.

Un #lundipoésie après un week-end tout gris ; les mots de Pauline Delabroy-Allard et son nouveau recueil @icono.pop : Maison tanière.
Un petit livre qui mêle poèmes et photographies et qui a été composé dans la fameuse maison.
C’est une retraite solitaire en deux épisodes : un été 2017 accompagné par les disques vinyles et un été 2019 à songer en observant les plafonds. Photographies et textes s’épaulent ou s’unissent pour donner à sentir les jours qui filent….
J’ai choisi de vous partager deux textes, un par été.

Samedi 5 Août (2017)
there it is
james brown
insoutenable à écouter
je n’arrive même pas au bout de la side one
j’enlève le disque
silence voilà silence ta gueule putain
je voudrais entendre ma fille vivre près de moi
trois semaines que je n’ai pas récité
la comptine qui la fait rire
trois semaines que je n’ai pas épié
le feu d’artifice que font ses yeux
ma fille
ma toute petite fille
ma toute petite fille qui pétille
je parle aux chattes comme je parle à l’enfant
avec la même grosse voix pour les disputer
avec la même voix câline pour les rassurer
je deviens sans doute un peu folle
perdue dans ma lignée
plus de mère plus d’enfant
la solitude brute avec mon reflet de vieux matou
le silence sans comptine me fait miauler à la mort
à la tombée du jour
vieille maman mammifère
qui cherche en tournant en rond

Samedi 20 Juillet 2019
“ici pas de silence
la maison est plus vivante que moi
elle est plus vigoureuse plus affairée
elle m’entoure
elle me veille
moi qui garde le lit les lits les livres
elle me soigne comme une mère
comme une mère comme un père
mes parents gardaient aussi les lits les livres
la maison me protège
elle me borde le soir
elle me caresse le front le matin
je pense à eux mon père ma mère
avec la maison à mon chevet
il y a longtemps que je n’ai pas entendu
la voix de mon père la voix de ma mère
je sais comment faire
un coup de téléphone
c’est simple si simple
mais parfois cette question
me déchire en deux
me foudroie en pleine rue
m’attache au sol au lit aux lits
comment je ferai
quand je ne pourrai plus jamais
jamais jamais jamais
entendre
la voix de mon père la voix de ma mère”

ses chatons noyésicono.pop🙌💜Répondre

luparjuSamedi 20 Juillet 2019
“ici pas de silence
la maison est plus vivante que moi
elle est plus vigoureuse plus affairée
elle m’entoure
elle me veille
moi qui garde le lit les lits les livres
elle me soigne comme une mère
comme une mère comme un père
mes parents gardaient aussi les lits les livres
la maison me protège
elle me borde le soir
elle me caresse le front le matin
je pense à eux mon père ma mère
avec la maison à mon chevet
il y a longtemps que je n’ai pas entendu
la voix de mon père la voix de ma mère
je sais comment faire
un coup de téléphone
c’est simple si simple
mais parfois cette question
me déchire en deux
me foudroie en pleine rue
m’attache au sol au lit aux lits
comment je ferai
quand je ne pourrai plus jamais
jamais jamais jamais
entendre
la voix de mon père la voix de ma mère”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *