• Lectures

    Yannis Ritsos

    Pour ce #lundipoésie je reviens au beau recueil bilingue de Yannis Ritsos publié aux #editionsletempsdescerises : “Tard, bien tard dans la nuit”J’ai envie de vous faire connaître le poème Le Révolté écrit en juillet 1987. “Des gens, soi-disant désintéressés, cherchaient à le protéger (Protégés eux-mêmes par son nom).Ne fais pas ci,Ne fais pas ça – lui disaient-ils ; ne t’expose pas,Ne dénoue pas tes lacets ou ta ceinture devant eux,Ne te rend pas régulièrement victime de ton honnêteté.Lui,Il leur souriait avec compréhension et saisissait avec deux doigts seulementUn à un leurs “Non” et il les jetaitÀ la poubelleEn même temps que ses habits.Et ainsi tout nu, beau,Révolté,N’ayant plus que ses chaussures trouées (à forceD’escalades),Il…

  • Lectures

    La poésie de Constantin Cavafy

    Un #lundipoésie songeur avec Constantin Cavafy, poète grec à la fois complexe et solaire. Elevé en Grande-Bretagne, il n’a rien publié de son vivant, faisant circuler ses textes auprès de ses amis, les retravaillant sans cesse, les détruisant parfois. Il a mené à la fois une vie d’apparence bourgeoise et confortable (il était fonctionnaire et courtier) et une vie marqué par le secret lié à son homosexualité. Sa poésie amoureuse est, à mes yeux, universelle. Sa sensualité en est lumineuse. Je vous propose trois poèmes que j’aime particulièrement (dans la traduction de Dominique Grandmont). Leur origine“Leur plaisir coupable vient de connaître son assouvissement.Ils se sont levés du lit et s’habillent à la…

  • Lectures

    La poésie de Yannis Ritsos

    Pour ce #lundipoésie qui veut croire au printemps, je partage avec vous les poèmes de Yannis Ritsos – poète grec saisissant.J’ai découvert il y a quelques semaines son dernier recueil “Tard, bien tard dans la nuit” écrit en 1987/88 et c’est une révélation!Ce recueil est plein de mélancolie et de douceur, de constats attristés mais sans résignation et enfin d’une confiance renouvelée dans la vie et l’écriture.C’est un bijou à chérir. Et tout de suite le poème intitulé “Le poète”Traduit du grec par Gérard Pierrat. “Il a beau plonger sa main dans les ténèbres,Sa main ne noircit jamais. Sa mainEst imperméable à la nuit. Quand il s’en ira (car tous s’en vont…