• 5 ans
    Pensées

    5 ans

    5 ans, c’est fou ! 5 ans que je me suis dit que je ne prenais plus le temps de faire des photos, que c’était dommage de laisser filer comme ça quelque chose qui me mettait en joie. 5 ans que je me suis dit qu’en tout cas ça ne m’arriverait pas avec la lecture : pas question de laisser l’urgence quotidienne bouffer ce loisir vital ! 5 ans que j’ai eu le déclic : je vais photographier chaque bouquin que je lis. Ça sera toujours une photo de prise, une routine créative et un aide-mémoire visuel pour naviguer dans mes souvenirs de lectrice… 5 ans que, petit à petit,…

  • Insoumises
    Lectures

    Insoumises, Conceição Evaristo

    Traduit du portugais (Brésil) et édité par Paula_Anacaona Treize portraits de femmes noires et brésiliennes : la vie n’est pas tendre avec elles mais elles résistent, se battent et construisent un avenir indépendant pour elles et pour leurs sœurs. L’auteure joue le rôle d’intervieweuse, une oreille admirative, compatissante et lucide sur une société qui leur fait encore trop souvent affront. C’est le deuxième recueil de Conceição Evaristo lu grâce @palir_au_soleil qui ne cesse de me faire découvrir d’autres écritures grâce au bookclub #cemoiscionlit !J’ai beaucoup aimé ces textes, leur sincérité et leur brutalité féroces.Je confesse cependant une petite préférence pour “Ses yeux d’eau” qui ajoutait à la critique sociale une touche de rêverie et de…

  • Poursuite
    Lectures

    Poursuite, Joyce Carol Oates.

    Traduit de l’anglais par Christine Auché.@editionspoints “En tant que fille, on apprend à ne pas offenser les inconnus en les envoyant promener. Surtout les hommes. Les inconnus, mais aussi les employeurs. Et durant sa scolarité, qui lui a paru durer une éternité, les professeurs.“ Au lendemain de son mariage, une jeune femme chute sous un bus. Accident ou tentative de suicide ? La question hante son mari qui s’interrogeait déjà sur les secrets de sa compagne, celle-ci ayant des cauchemars récurrents.Des bribes de souvenirs remontent, propulsés par le choc, ils entraînent avec eux toute l’angoisse d’une enfance dramatique. Mari et femme “enquêtent” dans une tentative de se défaire du passé.…

  • Je ne suis pas encore morte
    Lectures

    Je ne suis pas encore morte, Lacy M. Johnson.

    Traduit de l’anglais par Héloïse Esquié.@editions1018 “L’histoire est un piège, une énigme, un paradoxe. La terminer, c’est créer une porte.” L’auteure a vécu sous l’emprise d’un homme dangereux. Elle l’a quitté. Il ne l’a pas supporté, l’a kidnappée, séquestrée et violée.Elle a réussi à s’enfuir puis à écrire pour s’extraire encore et encore de ce piège. Ce très court texte est perturbant. L’auteure creuse et fouille, dissèque avec une économie de mot les grandes étapes de sa vie. Elle n’y trouve bien sûr pas d’explication à ce qui lui est arrivé.Elle se sert de ses mots pour s’approprier son histoire, la prendre à bras le corps tout en la mettant…

  • Miss Islande
    Lectures

    Miss Islande, Auđur Ava Ólafsdóttir.

    Traduit de l’islandais par Eric Boury.Editions Zulma “Je me livre à un exercice de calcul mental. Si je travaille neuf heures et que je dors sept heures, il m’en restera chaque jour huit heures pour lire et écrire. Si j’ai envie d’écrire la nuit, personne ne m’en empêchera. Personne non plus ne m’y encouragera.“ Dans l’Islande des années 60, une jeune femme quitte la campagne pour la capitale afin de devenir écrivain.Autour d’elle gravitent d’autres personnes en quête de création et de liberté : son amie d’enfance devenue épouse et mère de famille sans avoir pour autant assouvi sa soif d’écriture qu’elle dissimule, son ami marin qui, lui, dissimule son…

  • Oeuvres
    Lectures

    Oeuvres, Alejandra Pizarnik.

    J’ai découvert vendredi en librairie qu’ @ypsilonediteur avait eu l’excellente idée de publier les poésies d’Alejandra Pizarnik en un seul recueil ! Petit, très dense et plein d’une beauté exigeante c’est le livre de mon #lundipoésie.La traduction est de Jacques Anset. Je vous propose trois courts extraits qui m’ont immédiatement happée et je repars piocher dans cette merveille… Dans l’Arbre de Diane (1962)“Un faible ventPlein de visages pliésQue je découpe en forme d’objets à aimer“.Dans Les travaux et les nuits (1965 )Rencontre“Quelqu’un entre dans le silence et m’abandonne.La solitude à présent n’est pas seule.Tu parles comme la nuit.Tu t’annonces comme la soif.“ Vert Paradis“Si étrange j’ai étéQuand voisine de lointaines lumièresJe réunissais des…

  • Le complexe de la sorcière
    Lectures

    Le complexe de la sorcière, Isabelle Sorente.

    @editionsfolio “J’ai toujours su, au fond de moi, que l’absence de silence, d’obscurité, de retraite, faisait courir aux femmes un danger mortel.” Ce récit très personnel est une quête. Pour mieux se comprendre, l’auteure enquête sur ce que les chasses aux sorcières ont pu inscrire comme traumatisme dans l’esprit des femmes, un traumatisme transmis de génération en génération de façon plus ou moins dissimulée. Elle interroge ce qui se joue entre un homme et une femme quand celle-ci veut préserver sa spiritualité ou quand on lui demande de se justifier.Elle tisse des fils, invente des liens, en ravage d’autres et mêle à sa réflexion l’introspection que porte sa psychanalyse. Elle…

  • Ses yeux d'eau
    Lectures

    Ses yeux d’eau, Conceição Evaristo.

    Traduit du portugais (Brésil) par Izabella Borges.Editions des Femmes Antoinette Fouque. “Parfois, en fin d’après-midi, avant que la nuit ne devienne maîtresse du temps, elle s’asseyait sur le seuil de la porte et, ensemble, nous contemplions la danse des nuages dans le ciel. Les uns se transformaient en moutons ; les autres, en chiots; d’autres encore, en géants endormis. Il y en avait qui restaient des nuages ou des barbes à papa. Ma mère étirait alors son bras jusqu’au ciel, capturait ce nuage, le coupait en tout petits morceaux et les mettait rapidement dans nos bouches. Il fallait faire vite avant que le nuage ne se dissolvent et que nos…

  • Le fils de la veuve
    Lectures

    Le fils de la veuve, Gil Adamson.

    Traduit de l’anglais par Lori Saint- Martin et Paul Gagné.@editions_bourgois Au début du XXème siècle un couple vit retiré du monde dans une cabane au cœur des Rocheuses avec leur fils de 12 ans. Lorsque la mère meurt soudainement, le père confie son fils à une religieuse amie de sa femme et décide de reprendre vols et vagabondages pour amasser un pécule qui devrait mettre son fils hors du besoin.La religieuse s’attache à l’excès au jeune garçon, lui donne un autre prénom, le scolarise, l’éduque aux usages de la ville, tache de le “civiliser”… et, si celui-ci semble accepter cette nouvelle vie, il rêve toujours de revenir au cœur de…

  • Amalia
    Lectures

    Amalia, Aude Picault.

    Dargaud Amalia est une employée modèle, une épouse patiente et une mère de famille aimante. Elle est aussi épuisée.Son quotidien la grignote insidieusement, sans grand coups d’éclat, entre charge mentale et course intérieure pour être “à la hauteur”.Un jour, elle tombe. Cette chute et le repos obligatoire qu’elle déclenche vont permettre à Amalia de ré-apprivoiser sa vie. J’aime tellement Aude Picault. Ses histoires sont aussi pures que sa ligne de dessin. On pourrait les croire naïves et vites lues mais elles touchent justes et s’enracinent.Amalia ne peut pas m’être inconnue. Son cheminement, raconté tout en douceur et rondeur, est pour moi bien plus efficace qu’une palanquée de textes alarmants sur…