• Lectures

    Octobre on voyage en imaginaire

    Je suis ravie de participer à la nouvelle initiative de @riendetelque qui, après #juilletjevoyageenlivres , lance #octobreonvoyageenimaginaire ! Je vous présente donc trois bouquins singuliers. Abattoir 5, Kurt Vonnegut.Kurt, auteur, invente Billy, alter ego littéraire auquel tout est possible. Il réchappe du bombardement de Dresde comme son auteur certes mais peut aussi naviguer dans le temps comme il le souhaite et rencontre un peuple extraterrestre qui l’observe pour mieux comprendre les humains.C’est loufoque, drôle et mélancolique à la fois : un OVNI fantastique ! Qui a peur de la mort ? Nnedi Okorafor.Dans une Afrique post apocalyptique deux peuples s’affrontent. Une jeune fille rejetée car née d’un viol découvre ses pouvoirs et sa force spirituelle. Son…

  • Lectures

    Le colis, Anosh Irani.

    Le colis, Anosh Irani.Traduit de l’anglais par Mélanie Basnel.Edtions Philippe Rey “Quand Madhu allait encore à l’école, quand elle portait encore un uniforme de garçon, elle avait entendu l’histoire d’un triangle quelque part, loin, et de gens qui se faisaient aspirer dedans puis envoyer dans un autre monde. Le quartier rouge, c’est exactement pareil. La plupart des prostituées avaient été forcées d’atterrir là, quelques-unes étaient venues de leur plein-gré, mais toutes s’étaient perdues dans ce trou noir. Il vous dépouillait progressivement jusqu’à vous réduire à une créature sans nom, sans passé, incapable de trouver la sortie.” Dans le quartier rouge de Bombay, une hijra – née dans un corps de…

  • Lectures

    L.A. Bibliothèque, Susan Orlean.

    Traduit de l’anglais par Sylvie Schneiter.Editions du Sous-sol Le 29 avril 1986, la bibliothèque centrale de Los Angeles a brûlé pendant plus de sept heures d’affilée. 500 000 livres ont été détruits et plus de 700 000 abîmés et l’on ne sait toujours pas si l’incendie était criminel ou non.L’auteure part de cet événement très peu médiatisé – arrivé le même jour la catastrophe de Tchernobyl – pour “mener l’enquête”. Elle ne cherche pas tant à démêler ce qui a pu déclencher l’incendie (n’attendez donc pas de suspense véritable dans ces pages) qu’à rendre visible les multitudes de vies qui se croisent dans un tel lieu. Entre déclaration d’amour à…

  • Lectures

    La fête de l’ours, Jordi Soler.

    Traduit de l’espagnol par Jean-Marie Saint-Lu.@editionsbelfond “On sait qu’Oriol, voyant la guerre perdue, avait laissé sa femme à Barcelone et que, cherchant à quitter l’Espagne, il avait erré de-ci de-là avec son frère jusqu’au moment où, sa blessure le faisant de plus en plus souffrir, il avait accepté d’être interné dans ce baraquement où il récupérait avec quatre-vingt-quinze autres soldats républicains, prostrés sur des lits semblables au sien, ou à même le sol, affligés de blessures et d’infirmités diverses, certains amputés d’un membre, manchots, boiteux, borgnes, désastreux bataillon de soldats grièvement blessés et moribonds.“ L’auteur, élevé dans le souvenir héroïque de son grand-oncle disparu lors de la guerre d’Espagne, découvre…

  • Les doux mots du dimanche

    Volubile

    Un terme entre fleur et parole pour #lesdouxmotsdudimanche : volubile. En botanique, est volubile une plante trop fragile pour se tenir d’elle-même et s’enroulant en conséquence sur une autre pour qu’elle lui serve de support. Le liseron, par exemple, est une plante volubile.Lorsque cet adjectif est associé à une personne (ou par extension sa manière de s’exprimer) c’est pour souligner sa tendance à parler beaucoup, avec aisance et rapidité. Quelqu’un de volubile c’est quelqu’un de loquace, de bavard. Le mot vient du latin volubilis qui décrit quelque chose qui tourne facilement, qui s’adapte, puis qui change voire qui est inconstant. On a souvent pu dire de moi que j’étais volubile, de façon…

  • Lectures

    Les enfants s’ennuient le dimanche, Jean Stafford.

    Traduit de l’anglais par Jean-Gérard Chauffeteau et Veronique Beghain.Editions Do “Un jour, quelqu’un avait dit qu’elle avait un côté sec – ce qui est très prisé dans le bois de chauffage mais ce qui est beaucoup moins ravissant chez une si belle femme.“ Huit nouvelles pour découvrir l’univers assez froid et clinique de Jean Stafford.Une vieille femme solitaire et acariâtre accepte le cadeau d’un enfant, une promenade entre jeunes fiancés se termine en veillée mortuaire, une jeune femme accidentée se concentre sur la protection de son cerveau durant une intervention chirurgicale, deux sœurs âgées se remémorent leur enfance dans la crainte du jugement de leur tutrice, une femme d’une beauté…

  • Lectures

    Les fous de Bassan, Anne Hébert.

    Les fous de Bassan, Anne Hébert.Editions Points “Dans toute cette histoire il faudrait tenir compte du vent, de la présence du vent, de sa voix lancinante dans nos oreilles, de son haleine salée sur nos lèvres. Pas un geste d’homme ou de femme, dans ce pays, qui ne soit accompagné par le vent. Le souffle marin pénètre nos vêtements, découvre nos poitrines givrées de sel. Nos âmes poreuses sont traversées de part en part. Le vent a toujours soufflé trop fort ici et ce qui est arrivé n’a été possible qu’à cause du vent qui entête et rend fou.“ Dans un petit village isolée de Gaspésie où une communauté protestante…

  • Lectures

    Hold your own, Ka(t)e Tempest.

    Un #lundipoésie porté par un souffle intemporel et la voix puissante de Kate (Kae) Tempest, Hold your own publié @picadorCes poèmes reprennent le mythe de Tirésias, jeune homme transformé en femme durant 7 ans pour avoir dérangé l’accouplement de deux serpents. Redevenu homme il est pris à parti par Zeus et Héra lors d’une querelle de couple concernant la sexualité, Héra le rend aveugle et Zeus, pour se faire pardonner, lui donne un pouvoir de divination. Cette réinterprétation du long chemin d’un Tirésias contemporain est sensationnelle !Sensuels, enragés, engagés les mots de Kae Tempest hypnotisent et électrifient à la fois.Ce chant de soi est un cri d’amour au monde. Les transformations de l’âme…

  • Lectures

    Mon Top 20 (du jour)

    Allez, j’ai passé la semaine à piaffer d’impatience et j’ai enfin eu le temps de rassembler physiquement les 20 bouquins de ma bibliothèque qui ont été de vraies étapes pour moi… c’est forcément bordélique, frustrant, incomplet mais aussi réjouissant, stimulant et émouvant ! Un grand merci @unlivrechacune pour cette belle idée qui m’aura rappelé pleins de souvenirs et qui permet de découvrir plein d’autres bouquins en allant consulter les autres #🙌top20 des camarades ! De haut en bas et de gauche à droite :• A quoi penses-tu ? Laurent Moreau.• Un dernier verre avant la guerre, Dennis Lehane.• Imaqa, Flemming Jensen.• Une chronologie, Diane Arbus.• Surfacing, Margaret Atwood.• Aveux et Anathèmes, Emil Cioran.• Middlesex,…

  • Lectures

    Le chant de corbeau, Lee Maracle.

    Traduit de l’anglais par Joanie Demers.Mémoires d’encrier “Toute mort prématurée faisait en sorte que chacun perdait un bouffon, un herboriste, un guérisseurs spirituel ou un philosophe qui semblait comprendre le code de conduite, la Loi, de même que le lien unissant les membres d’une famille. Tout le monde était utile à la communauté, chaque personne agissant comme un secteur du cercle familial sur lequel reposaient la santé et le bien-être de tous. Bref, toute personne disparue était une pièce manquante du cercle pour laquelle il n’y avait pas de substitut.“ Au Canada dans les années 50, la politique d’assimilation bat son plein et les pensionnats autochtones recourent à une grande…