• Lectures

    Octobre on voyage en imaginaire

    Je suis ravie de participer à la nouvelle initiative de @riendetelque qui, après #juilletjevoyageenlivres , lance #octobreonvoyageenimaginaire ! Je vous présente donc trois bouquins singuliers. Abattoir 5, Kurt Vonnegut.Kurt, auteur, invente Billy, alter ego littéraire auquel tout est possible. Il réchappe du bombardement de Dresde comme son auteur certes mais peut aussi naviguer dans le temps comme il le souhaite et rencontre un peuple extraterrestre qui l’observe pour mieux comprendre les humains.C’est loufoque, drôle et mélancolique à la fois : un OVNI fantastique ! Qui a peur de la mort ? Nnedi Okorafor.Dans une Afrique post apocalyptique deux peuples s’affrontent. Une jeune fille rejetée car née d’un viol découvre ses pouvoirs et sa force spirituelle. Son…

  • Lectures

    Nous autres, Evgueni Zamiatine.

    Traduit du russe par B. Cauvet-Duhamel. “Ça va mal. Il s’est formé une âme en vous.”Une âme ? Quel mot étrange et depuis longtemps oublié !« C’est… très grave ? balbutiai-je.— Incurable, tranchèrent les ciseaux.“” Un homme des temps futurs, prénommé D-503 et constructeur d’un vaisseau spatial sur le point de décoller pour aller évangéliser les civilisations extra-terrestres, tient son journal intime. Il y relate sa vie dans un état totalitaire idéal afin d’encourager d’autres société à adopter les mêmes habitudes.Dans sa société le temps et les activités des individus sont organisés heure par heure et se font collectivement, tout est prévisible; les constructions sont en verre transparent pour que…

  • Lectures

    Le sanctuaire, Laurine Roux.

    “Le vacarme de l’eau recouvre mes pensées. C’est exactement ce dont j’ai besoin. Me perdre dans quelque chose de plus grand, un flux sans fin, capable de venir à bout des rocs et des montagnes, une eau qui sache conserver la trace des temps anciens, ère de fougères géantes et de reptiles volants, temps que les glaciers ont gardé intact, preuve que le monde restera monde malgré l’homme et ses cataclysmes, et qu’à l’image des dinosaures nous devrions nous en tenir à cette vérité première : nous ne sommes pas grand-chose sur Terre.” Les oiseaux sont soudainement devenus une menace, transmettant un virus qui semble avoir décimé les hommes. Un…

  • Lectures

    Ursula Le Guin

    Ça y est, c’est le bon jour ! Je me lance dans de grandes nouveautés : je vais pour la première fois lire un texte d’Ursula Le Guin et pour la première fois me joindre au club de lecture #cemoiscionlit mené par @expeditions_litteraires alias @palir_au_soleil 😊 Youpi tralala !Et vous, vous lisez quoi ?

  • Lectures

    Parable of the sower, Octavia E. Butler.

    “All that you touch You Change.All that you Change Changes you.The only lasting truth is Change.God is Change.“ Dans la Californie des années 2020, le monde tel qu’on le connaissait s’est écroulé entre désastre écologique, crises sanitaires, disparités immenses entre pauvres et riches et violences accrues. Lauren, fille de pasteur, vit dans une communauté fermée de pauvres un peu moins pauvres car ils ont toujours un toit et qu’ils ont réussi à maintenir une entraide leur garantissant de quoi se nourrir et se protéger de l’extérieur. Elle est hyperempathique, ce qui veut dire qu’elle ressent physiquement la douleur et le plaisir des autres. Il lui faut pourtant cacher cette singularité…

  • Lectures

    De visu, Jim Crace.

    Traduit de l’anglais par Maryse Leynaud. Le monde d’avant n’existe plus depuis que l’Amérique a été touchée par le Flux, maladie mortelle qui a tué une grande partie de la population et démantelé l’activité économique du pays. Les survivants se hâtent vers l’Est et l’océan atlantique pour tenter une traversée vers des terres dont on dit qu’elles ont été épargnées et sont un pays de cocagne.Un homme et une femme ayant perdu leurs compagnons se rencontrent, traversent de nombreuses péripéties et tentent de trouver l’apaisement dans un univers où la violence et les privations gouvernent les hommes. Je suis contente d’avoir lu une dystopie qui, tout en étant sombre à…

  • Lectures

    Chroniques du pays des mères, Elisabeth Vonarburg.

    “Le mot est inexact. Il peut être dangereux d’employer des mots inexacts.– Ce n’est qu’un mot, protesta Lisbeï– À force d’employer des termes inexacts, l’inexactitude finit par contaminer nos idées et les transformer.“ Dans un monde venu après le nôtre, les hommes naissent très peu nombreux et la société est devenue une matriarchie.Les femmes sont le point de référence du monde : le pouvoir, la religion, le langage, les relations familiales sont déterminés par les femmes, par leurs relations et par la nature de leur fertilité (qu’elle soit littérale dans le fait d’avoir des enfants ou bien plus largement dans leur capacité à créer).Lisbeï, jeune enfante promise au puissant statut…

  • Lectures

    Moon of the crusted snow, Waubgeshig Rice.

    “He kicked up frozen shrapnel each time he raised a foot. A fine powder lay underneath. The conditions made him think of the specific time of year. There’s a word for this, he thought, trying to remember with each high step across the hard snow. His knees raised as if to rev his mind into higher gear. He looked up to the lumpy clouds in the hope that the word would emerge like a ray of sunlight through overcast sky. “Onaabenii Giizis,” he proudly proclaimed out loud. “The moon of the crusted snow.” His words fell flat on the white ground in front of him and he wondered which month…

  • Lectures

    Et toujours les forêts, Sandrine Collette.

    A paraître le 31 Décembre. “Peu à peu, les chemins s’effaçaient sois les amas de bois mort, les trajets n’étaient que de longs enjambements et de longs détours. Tout était sec et brûlé. Tout était gris et jaune et brun. Parfois Corentin s’arrêtait devant une ronce calcinée, touchait les épines qui tombaient. En haut des collines, il contemplait le paysage en se retenant de trembler. Le monde était une immense poussière.“ Le monde tel qu’on le connait a disparu, brûlé dans un feu probablement atomique. Les êtres vivants sont tous morts, plus un bruit sur la terre et plus de soleil.Quelques humains cependant ont survécu, dans des caves ou dans…

  • Lectures

    The Power, Naomi Alderman.

    “She cuppeth the lightning in her hand. She commandeth it to strike.“ Back cover : All over the world women are discovering they have the power. With a flick of the fingers they can inflict terrible pain – even death. Suddenly every man on the planet finds they’ve lost control. The day of the girls has arrived – but where will it end ? A total blast! This book is a must read : with a simple trick it is able to discuss our whole society…No wonder Margaret Atwood supported it!Thanks @3_babes_and_a_book