• Non classé

    Crapahuter

    Allez, haut les cœurs, voici un mot pour #lesdouxmotsdudimanche dont la sonorité me donne systématiquement envie de rire : crapahuter. Crapahuter est un verbe du premier groupe qui nous vient de l’argot militaire et qui décrit l’action de progresser, par reptation et sauts, en terrain difficile. Le verbe est dérivé du nom “crapahut” vocable venant de l’école militaire Saint Cyr : exercice à pied, marche en terrain difficile. Le tout provenant sans doute d’un jeu de mot sur le terme crapaud avec une diérèse (en voilà un autre mot qui sonne bien) ludique… Bon… je sais pas vous mais c’est un peu ce que j’ai l’impression de faire ces derniers jours non…

  • Lectures

    La biblio des confins

    Grâce à une superbe initiative de @alremacle j’ai le plaisir de contribuer à #labibliodesconfins ! L’idée est de lire à voix haute des passages de livres inspirants, livres refuge ou livres aventureux pour partager et faire croître nos imaginaires… J’ai choisi d’y participer en vous lisant un passage du livre “Les villes invisibles” d’Italo Calvino (traduit de l’italien par Jean Thibaudeau). J’ai découvert ce livre cet été sous le soleil de l’Ardèche et il m’a autant fait réfléchir que rêver. J’y suis revenue ces derniers jours pour m’évader du quotidien. C’est une première expérience pour moi qui adore les voix et les livres. J’espère que cela sera agréable à écouter et que vous aurez…

  • Lectures

    L’ombre de la baleine, Camilla Grebe.

    Traduit du suédois par Anna Postel. “Ma mère parle toujours trop. On dirait que les mots jaillissent de sa bouche sans passer par son cerveau. Comme des oiseaux qui s’échappent d’une cage.” Les corps de jeunes hommes sont repêchés au large de Stockholm. Un adolescent rebelle est poursuivi par un dealer dont il a “perdu” la cocaïne disparaît et se planque sur une petite île où il s’est fait embaucher comme auxiliaire de vie. Sa mère le recherche éperdument. Les enquêteurs en charge de ces dossiers sont tous les deux à une période critique de leur vie qui les amène à s’interroger sur les liens familiaux.Le livre est structuré en…

  • Photographie

    Associated Nostalgia, Eugenia Maximova

    Un #jeudiphotographie de retour dans les Balkans avec une photographe dont j’aime énormément le travail, Eugenia Maximova. Il y a quelques temps je vous avais parlé de son recueil Kitchen Diaries qui ouvrait une porte sur l’intimité des vies de familles et la culture des Balkans. Aujourd’hui, je vous partage son livre Associated Nostalgia qui investigue l’esthétique du kitsch, stimulée par les années de pénurie. Chaque possession, même quelconque, était mise en valeur de façon spontanée comme une source de fierté familiale.Des mises en scène ultra-colorées, parfois jusqu’à la fatigue visuelle 😉, où chaque objet compte et sert de révélateur des personnalités et de la culture… Je trouve que c’est une ambiance…

  • Lectures

    La Maison, L’Île, Le Monde (Trilogie Meto), Yves Grevet.

    “Un souvenir me revient à propos de tous ces mystères autour de notre avenir. Il y a plusieurs mois, après le sport du matin, une rumeur avait circulé. Il y avait quelque chose dans les toilettes. Une inscription à la craie derrière une porte. J’ai réussi à la lire juste avant qu’on ne l’efface : ‘Je veux savoir d’où je viens et ce qu’on devient après. S’il vous plaît.’ “ 64 enfants vivent coupés du monde sur une île. Leur vie est structurée par des règles multiples et brutales, aucun écart n’est toléré. Dans cet univers clos et oppressant, le jeune Meto se pose peu à peu un certain nombre…

  • Lectures

    Je transporte des explosifs on les appelle des mots, poésie et féminismes aux États-Unis.

    Un #lundipoésie combatif et féminin avec une anthologie remarquable : “Je transporte des explosifs on les appelle des mots, poésie et féminismes aux États-Unis.” Je suis passionnée depuis plus de 15 ans par les luttes des femmes amérindiennes et afro-américaines aux États-Unis. Mes lectures m’ont fait découvrir de nombreuses poétesses et m’ouvrent peu à peu à d’autres écrits féminins. Ce livre me faisait donc de l’oeil depuis sa sortie! Il est impeccable et assemble de façon exigeante et pédagogique l’analyse du rôle de la poésie dans le militantisme féministe américain et les textes poétiques de plus de vingt auteures. Comme toujours c’est dur de sélectionner un seul poème ou de devoir les…

  • Les doux mots du dimanche

    Capharnaüm

    Allez, on change de registre pour #lesdouxmotsdudimanche et on s’en va découvrir un mot à l’écriture et à la prononciation étranges : capharnaüm. Le capharnaüm, nom masculin, est un lieu de désordre voire de débauche puis – par analogie – un lieu où s’entasse un bric-à-brac d’objets. Un peu comme un bordel ou un foutoir en somme (tous autant lieux de débauche que bazars d’objets en vrac). L’origine de ce mot est très instructive et ouvre des lectures plus riches 😉 … Capharnaüm est en effet le nom d’une ville située près du lac de Tibériade où, selon les Évangiles, Jésus se serait réfugié lorsqu’il avait été chassé de Nazareth. Il s’y…

  • Lectures

    Roman noir, Agnès Michaux.

    “Célia Black avait créé l’illusion suprême : un visage que tous croyaient avoir vu bien qu’elle ne l’eût jamais montré, masque flamboyant toujours renouvelé d’un carnaval qui tenait lieu de réalité. Le vide encore, partout reconnu et aimé.” Une jeune auteure ayant perdu son élan créatif saute sur l’occasion d’être invitée sur la presqu’île de Pondara pour prendre du temps pour elle et relancer son écriture. Sur un coup de tête, elle profite d’une méprise à son arrivée à l’aéroport pour se faire passer pour une auteure de renom – la fameuse Célia Black – dont personne ne connaît le visage.Ce jeu d’un instant aura de nombreuses répercussions… Entre enquête…

  • Lectures

    La fille sans peau, Mads Peder Nordbo.

    Traduit du danois par Terje Sinding. “Ce qu’il était venu chercher à Nuuk entre les fantômes de son père, de Tine et d’Emily, c’était peut-être ça. Une façon de rompre avec tout, de se frayer un chemin à travers les débris de sa vie… Quelque chose de nouveau. Une lueur de vie. Une énergie retrouvée.“ Au cœur du Groenland on découvre un corps pris dans la glace et en parfait état. Le lendemain le corps a disparu et l’agent de police qui le gardait est retrouvé mort éviscéré à l’aide d’un couteau traditionnel. Ce crime résonne particulièrement car, 40 ans plutôt, des hommes suspectés d’abuser de leurs filles ont été…

  • Photographie

    Les photos de Delphine Beaumont

    Un #jeudiphotographie rêveur et amical avec les images en boîte de Delphine Beaumont. Des photographies comme autant de souvenirs et d’imaginaires nichés dans des boîtes d’allumettes. J’aime énormément cette idée d’images à la fois cachées et révélées, qui tiennent dans la main. Delphine travaille sur les histoires familiales, les souvenirs et la transmission. Elle est également art-thérapeute et met son énergie et son savoir-faire au service des autres.Elle n’est pas présente sur les réseaux sociaux mais vous pouvez découvrir une partie de son travail sur son site https://www.delphinebeaumont.com/ Bonne journée !