• Lectures

    Les poèmes de Carl Norac

    Un #lundipoésie tendre et qui donne des ailes avec un recueil de poésie destiné aux enfants… et tout aussi délicieux pour les adultes ! J’ai découvert “Poèmes pour mieux rêver ensemble” au rayon poésie jeunesse de ma médiathèque (qui est vraiment la caverne d’Ali Baba). Les textes sont de Carl Norac, écrivain belge, auteur de plein de livres jeunesse qui s’associe toujours avec des dessinateurs incroyables. Ici, ce sont les illustrations de @geraldinealbeu qui accompagnent ses textes tendres, impertinents, profonds et légers à la fois. J’aimerais vous les faire connaitre tous mais j’ai choisi le poème “Nous partout”… filez découvrir le recueil entier, c’est un délice! “J’aime quand nous allons un peu plus loinQuand…

  • Les doux mots du dimanche

    Croquignolet

    Un petit mot rigolo pour #lesdouxmotsdudimanche histoire de pétiller sous le gris…. croquignolet. Cet adjectif (ce qui donne donc croquignolette au féminin 😊) décrit quelque chose de charmant, mignon. C’est l’équivalent argotique du “kawai” japonais ou du “cute” anglophone.La croquignole était au départ un petit gâteau sec présenté sous forme de bouchée. On peut aussi l’utiliser de façon ironique pour décrire une situation bizarre, absurde, ridicule… un peu comme l’adjectif approchant : croquignolesque qui est plus péjoratif et moqueur. De mon côté, je préfère trouver ma fille croquignolette dans son costume de super-héroïne que de recenser les situations croquignolesques dans lesquelles je me retrouve parfois au travail 😉 Et vous, quel élément…

  • Portrait de femme/ Mon héroïne

    Portrait de femme : Modesta

    Quatrième portrait de femmes de fiction qui m’ont nourrie : un personnage énergique et insubmersible dont le destin m’a fait perdre le fil du temps pour mon plus grand plaisir, Modesta l’héroïne L’art de la Joie de Goliarda Sapienza. Modesta est une toute jeune fille sicilienne dont pauvreté et le fait d’être née femme l’oriente vers une vie de soumission. Mais dès les premières pages il est évident qu’elle est surtout née pour transgresser! Entre famille, couvent, noblesse sa volonté la mènera loin, au cœur d’une vie trépidante et singulière. En quoi Modesta est-elle un personnage féminin marquant ?Modesta c’est la vie ! La vie qui remue, s’éparpille, se transforme……

  • Lectures

    Lune captive dans un œil mort, Pascal Garnier.

    “Chacun de son côté avait fait le tour de sa propre vie et constaté qu’arrivé à un certain âge, l’indépendance devient une sorte d’esclavage.“ Martial et Odette, retraités avec un peu d’argent, s’installent aux Conviviales – nouvelle résidence sensément paradisiaque du Sud de la France. Ici, on vous promet sécurité et divertissement.Enfin, pour l’instant il n’y a qu’eux et le gardien-jardinier donc forcément ce n’est pas trépidant… Mais passé les premiers moments et avec l’arrivée de quelques voisins tout cela pourrait aisément tourner à la fête ou bien au désespoir le plus dramatique ! J’ai été surprise par ce livre sans façon qui vous embarque dans une atmosphère de plus…

  • Lectures

    Debout payé, Gauz.

    “Entrés chômeurs dans ces bureaux, tous ressortiront vigiles. Ceux qui ont déjà une expérience du métier savent ce qui les attend les prochains jours : rester debout toute la journée dans un magasin, répéter cet ennuyeux exploit de l’ennui, tous les jours, jusqu’à être payé à la fin du mois. Debout-payé.“ Récit au vitriol et plein d’humour sans pincette d’une vie de vigile – noir, il va sans dire.Ici, le vigile observe, pense, persifle et s’émeut, enrage et philosophe. Il est le témoin d’un monde incohérent, mené par la consommation, et l’héritier de rêves et de combats de générations d’africains ayant rejoint la France pour changer leur avenir. J’ai aimé…

  • Lectures

    Shuni, Naomi Fontaine.

    “On m’a demandé quel était le plus beau mot de la langue française. Le voici. Liberté. C’est un mot qui n’existe pourtant pas dans ma langue. La liberté est un concept intrinsèque à tout ce qui existe dans notre vision du monde. Nous sommes issus d’un espace sans clôtures, sans frontières. Des êtres libres dès l’enfance, dès que le petit devient autonome. Même les animaux, on ne les capturait pas pour en faire un élevage. C’est un état qui n’a jamais eu besoin d’être nommé. La seule manière de dire la liberté en innu-aimun c’est nommant la fin d’un enfermement. Apikunakanu.“ Naomi Fontaine écrit à son amie Julie, jeune québécoise…

  • Lectures

    La poésie de Kenneth White

    Un #lundipoésie voyageur aux pages grand ouvertes avec les textes de Kenneth White, poète d’origine écossaise. J’ai beaucoup tourné autour de cet auteur et mes premières rencontres avec ses poèmes ont été difficiles. Je ne sais plus pourquoi maintenant tellement je les aime, mais les mots me semblaient pédants, compliqués. Le recueil “Un monde ouvert, anthologie personnelle” publié chez Gallimard m’a permis de plonger avec simplicité dans son univers. J’espère que vous l’apprécierez, vous aussi.Je vous partage le poème “Après-midi d’Automne” traduit de l’anglais par sa femme Marie-Claude White. “Grand silenceici sur la côteà quelques milles au nordde la Rivière-au-Tonnerre je bois ce qui reste de whiskyen regardant les feuilles d’érablebrûler dans…

  • Les doux mots du dimanche

    Ennui

    Ce vendredi Ali Rebeihi s’interrogeait sur France Inter “Dimanche rime-t-il forcément avec ennui ?”. La question ne fut pas tranchée mais m’aura au moins fait songer au mot ennui pour #lesdouxmotsdudimanche … L’ennui au départ, et de façon vieillie aujourd’hui, c’est la tristesse, l’abattement dans lequel nous plonge une grande douleur. C’est aussi la nostalgie, le regret de quelqu’un ou quelque chose. Une sorte de mélancolie profonde.Aujourd’hui, l’ennui c’est plutôt la lassitude, le sentiment de vide ou d’inutilité, de découragement que suscite l’inaction ou l’absence d’intérêt d’une situation.Au contraire et curieusement, avoir des ennuis c’est se trouver dans une situation “intéressante” où l’action est généralement urgente 😉 Le mot vient de du…

  • Portrait de femme/ Mon héroïne

    Portrait de femme : Ifemelu

    Troisième portrait de femme de fiction qui m’ont nourrie : un personnage entre deux continents dans un roman d’apprentissage, Ifemelu l’héroïne d’Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie Jeune femme de la classe moyenne Nigériane, Ifemelu quitte Lagos et son amoureux Obinze pour poursuivre ses études et découvrir le monde. Arrivée chez une tante aux Etats-Unis, elle se découvre soudainement Noire dans un pays marqué par un racisme historique.Le roman se construit autour des vies parallèles d’Ifemelu et d’Obinze, par des flashbacks navigant entre Lagos et les Etats-Unis : les souvenirs d’enfances nigérianes, la vie aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni pour Obinze, le retour à Lagos…Roman de l’émigration et du racisme mais…

  • Photographie

    Les photographies de Gordon Parks

    Un #jeudiphotographie remarquable avec Gordon Parks, photographe afro-américain aux talents multiples, à la reconnaissance internationale mais dont on ne se souvient pas toujours… Gordon Parks nait au début du siècle dans un milieu rural pauvre, il est le dernier de quinze enfants et fait peu d’études. Il enchaîne les petits jobs variés pour survivre tout en s’éduquant de façon autodidacte. A 25 ans, impressionné par les reportages sur les travailleurs pauvres dans les journaux, il achète un appareil photo d’occasion et se forme peu à peu. Ses premières photos sont remarquées par le laborantin qui les développe qui le met en contact avec un magasin de mode. Il commence ainsi une carrière…