• Pensées

    Musique !

    Je continue à jouer avec les propositions hebdomadaires de @devenez_qui_vous_etes, cette semaine autour des musiques qui nous accompagnent. “Toutes les chansons que j’aime sont en anglais. En chacune d’elles je me retrouve, en chacune d’elles je me perds un peu. L’anglais me donne cet interstice précieux, cet entre-deux où je suis pleinement moi et déjà une autre. Qui sait le trouble fertile du changement de langue ? La mienne, je la maîtrise, j’en joue, je la travaille, je m’en barricade, je m’en enveloppe.Et puis, par la voix d’un autre ou d’une autre, l’anglais comme une deuxième maison, un peu plus mystérieuse, un peu plus risquée. Je m’y surprends, je m’y déforme,…

  • Pensées

    Ce que je retiens

    Suite à la proposition de @devenez_qui_vous_etes de recenser ce qui nous a manqué durant le confinement puis ce qui nous manquera une fois la vie dite “normale” revenue. Ensuite, on pouvait écrire et représenter visuellement ce que cela nous inspirait. J’ai du mal avec le manque alors j’ai détourné la consigne 😅 J’ai songé à ce que j’ai apprécié dans cette période difficile, ce que je veux emporter d’elle. “Dans cette période étrange, j’ai aimé comment elle nous a épluché, comment elle nous a fragilisé, chacun de façon personnelle. J’ai aimé cela, malgré la tristesse ou la violence de certaines situations, car j’ai trouvé que cela nous avait donné d’autres façons de…

  • Pensées

    Les lieux où j’ai dormi

    Suite à la proposition de @devenez_qui_vous_etes de se remémorer les lieux où on a dormi puis d’en choisir un plaisant ou déplaisant pour l’illustrer et l’écrire, j’ajoute ici ma contribution de la semaine. “La chambre de Castelnau. Mon grand-père et son frère y ont dormi. J’y dors tous les étés, enfant, avec ma sœur. Les lits sont hauts et sombres. Il y fait frais en été, d’une fraîcheur qui repose. Le papier peint est doux à l’œil, la poussière volette dans le rayon de soleil. Le matin, quand on ouvre les volets pour aérer avant la grande chaleur, le vert éclatant du maïs en haut du talus et le ciel bleu intense…

  • Pensées

    Poésie découpée (3)

    Un troisième essai, plutôt concis, en découpant des mots dans un livre abandonné.J’aime ce mélange de liberté et de contrainte : il est inutile de chercher à “écrire” un texte en cherchant des mots qu’on ne trouvera pas forcément dans le livre en question; il s’agit plutôt de laisser surgir les phrases en découpant à l’intuition et en associant les idées et images qui apparaissent… “J’ai scrutéla nuit profondeA travers les feuillages“

  • Pensées

    Poésie découpée

    J’avais beaucoup aimé l’idée de @lillyandbooks d’écrire #unpoèmesurlajoue en découpant des mots dans un bouquin abandonné… Je me lance prudemment sans montrer ma joue mais avec des mots qui brûlent pourtant. “A l’insondable noirceurJe foutrais le feuMa bouche Un hurlementDéfiant le ciel et ses nuées.”