• Lectures

    Disappearing earth, Julia Phillips.

    Au beau milieu du Kamchatka, terre isolée aux confins de la Russie, deux petites filles disparaissent. C’est le point de départ dramatique d’une investigation structurée en 12 mois autour de 12 personnages féminins tous liés – même d’une façon lointaine – à cet événement. J’ai mis du temps à rentrer dans ce roman parce que chaque mois semble d’abord fonctionner comme une nouvelle autour d’un personnage féminin saisi à un moment critique de sa vie. Je n’arrivais pas à comprendre la vision d’ensemble, là où l’histoire s’en allait. Ces portraits sont extrêmement vivaces, souvent poignants. Ce qui m’a le plus frappé c’est finalement la solitude de toutes ces femmes et…

  • Photographie

    Que faites-vous de vos morts ? Sophie Calle.

    Un #jeudiphotographie à nouveau en compagnie de Sophie Calle qui a le chic pour creuser profond avec impertinence et sensibilité ! Lors d’une de ses expositions au Musée de la Chasse et de la Nature elle a, dans le livre d’or, posé cette question surprenante et essentielle aux visiteurs : “Que faites-vous de vos morts?” Et une fois de plus, les réponses sont un élixir d’humanité, entre humour, sincérité et émotions.Elle a ensuite conçu son livre en mêlant photos de tombes prises à l’étranger et les mots manuscrits laissés par des inconnus. Le résultat est poignant. Un vrai livre sur le deuil, qui réussit à être à la fois pudique et sans…

  • Pensées

    Lecture et marche à pieds

    Habitant en région parisienne, j’ai été amenée comme presque tout le monde depuis début Décembre à changer ma façon d’aller au travail.Deux versions : levée à l’aurore pour prendre les premiers RER bondés ou bien 50 minutes de marche à pied et un peu de métro. La même pour le retour avec des temps de transport presque multipliés par deux. Du coup, soit je suis exténuée car mes journées sont très longues soit parce que j’ai marché au minimum 1h30 en me dépêchant entre le boulot et la vie de famille (oui parce que du coup les enfants n’ont pas école ou pas cantine histoire de donner un twist à…

  • Lectures

    Jouir, en quête de l’orgasme féminin, Sarah Barmak.

    Traduit de l’anglais par Aude Sécheret. Ce livre est le fruit du travail d’investigation personnelle d’une journaliste canadienne. Elle y compile les résultats de différentes études cliniques sur la sexualité et l’orgasme féminin et les met en relation avec sa propre réflexion sur le sujet, ses conversations avec ses ami(e)s et différentes pratiques thérapeutiques visant à développer une sexualité satisfaisante pour les femmes. Cette lecture ne m’a pas vraiment convaincue même si elle a été plaisante : je l’ai trouvée joyeusement bordélique et assez incohérente. Mais bon, l’auteure dit rechercher avant tout à provoquer une réflexion/des conversations sur ce sujet et non pas à convaincre… Son but est louable, parler…

  • Lectures

    Les poèmes de Primo Levi

    Un #lundipoésie très fort avec les mots de Primo Levi dont j’aime énormément la poésie.Ce recueil, “A une heure incertaine”, rassemble ses textes poétiques de début 1943 juste avant son arrestation et sa déportation à Auschwitz à 24 ans jusqu’à la fin janvier 1987 peu de temps avant sa mort.Vous y retrouverez le fameux “Si c’est un homme” qui donne son nom au texte le plus connu de l’auteur mais également beaucoup de poèmes tournés vers la vie. J’ai choisi de vous partager le poème “Au commencement” (écrit le 13 août 1970 et traduit ici par Louis Bonalumi) dont j’ai retrouvé toute la force vitale en le relisant dernièrement. “Frères humains pour…

  • Les doux mots du dimanche

    A califourchon !

    Aujourd’hui pour #lesdouxmotsdudimanche je vous propose une locution dont j’adore la sonorité : “à califourchon”! Être à califourchon sur quelque chose c’est d’abord s’y tenir dans la position de quelqu’un qui monte à cheval, les jambes écartées. Ainsi, les sorcières montent à califourchon sur leur balai…😊Mais être à califourchon sur quelque chose c’est aussi tenir obstinément à quelque chose – être très à cheval sur les bonnes manières par exemple.La locution apparaît dès le XIIIème siècle dans sa première acceptation. Enfin – et c’est le plus charmant, califourchon pouvait également être un substantif décrivant la passion, le hobby de quelqu’un. Même si cette tournure de langue est tout à fait désuète elle…

  • Lectures

    L’été des charognes, Simon Johannin.

    “On avait encore quelques étés pour que les visages soient rouges, pour que le sang nous frappe les tempes et fasse battre en nous le temps qu’il nous reste. On avait encore de quoi vivre un peu. C’était comme quelques carcasses qui nous tournaient autour, avec chacune ses petites mouches et leur baluchon de tristesse. Il suffisait d’avancer dans l’existence pour ne plus voir qu’au travers de la nuée, et d’avoir toujours des insectes entre les yeux et le reste.” Bon. Ben ça va être difficile d’en parler. Ce bouquin est une vraie baffe. Peut-être qu’elle est salvatrice mais ça ne la rend pas plus agréable. Grosso modo ça parle…

  • Lectures

    Par le vent pleuré, Ron Rash.

    Traduit de l’anglais par Isabelle Reinharez. “C’est là que les romans se trompent si souvent, se trompent sciemment, a-t-elle remarqué lorsqu’elle a rouvert les yeux. On fait certains choix et l’on s’éteint sans avoir jamais pu vérifier s’ils étaient bons ou mauvais.” C’est le Sumer of love mais il n’a pas encore atteint la bourgade des Appalaches où vivent deux frères adolescents. Une jeune fille débarque alors de Floride, envoyée au vert par sa famille pour quitter ses mauvaises fréquentations.Elle va offrir au plus jeune des deux frères un nouveau monde à explorer… Entre désir, rivalité, alcool, musique, drogues et nature cet été aura pourtant des conséquences dévastatrices que l’on…

  • Photographie

    La nouvelle histoire de la photographie

    Pour ce #jeudiphotographie un classique qui pèse une tonne et résiste très bien au temps : La nouvelle histoire de la photographie, sous la direction de Michel Frizot paru en 2001 chez Larousse. Autant voire plus de texte et d’analyse que d’image pour cette somme sur la photographie contenant des essais de théoriciens de la photographie. Alors bien sûr il n’y a quasiment que de la photographie occidentale (à part une section sur le Japon), les femmes sont peu représentées et les genres les plus extrêmes de photo ne sont pas débattus… mais c’est un socle d’analyse très intéressant dans lequel piocher. Je me l’étais acheté d’occasion il y a un moment…

  • Pensées

    Les petits feux

    Le début de l’année et le temps passé avec les miens m’amène, comme à chaque fois, à réinterroger ce qui compte vraiment pour moi et la place que je lui offre dans mon quotidien.Se retrouver emportée par le tourbillon de la vie qui court, entre le travail et les responsabilités familiales, sans garder une place de choix pour ce qui me fait vibrer c’est très vite arrivé finalement… Alors, pour les jours à venir, je me souhaite de réussir à entretenir en moi les petits feux qui me font me sentir vivante ! Je vais les nourrir avec du temps, les aviver avec du désir et des idées, les faire…