• Lectures

    Le jardin arc-en-ciel, Ito Ogawa.

    Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako.  “La famille Takashima a décidé de continuer à vivre sereinement, tournée vers l’avenir. Sans rien revendiquer, comme une petite plante qui prendrait discrètement racine dans le sol. Puisque nous ne faisions rien de répréhensible, nous pouvions suivre la voie qui était la nôtre.”  Une jeune femme fraîchement quittée par son mari et élevant seule son fils découvre l’amour avec une lycéenne. Elles quittent la ville pour la campagne et ses ciels étoilés et vont peu à peu construire leur famille arc-en-ciel tout en tenant une chambre d’hôte ouverte à tous. Comme dans Le Ruban de la même auteure, les débuts peuvent sembler un peu mièvres mais…

  • Lectures

    Les poèmes de Lucie Delarue-Mardrus.

    Pour un #lundipoésie qui entame ce beau #juindesfiertés proposé par @ledevorateur et @la_tortue_qui_lit je vous propose de découvrir la poésie de Lucie Delarue-Mardrus dont vous avez peut-être appris le poème “L’automne” à l’école primaire. Impossible de trouver ses recueils de poésie aujourd’hui tellement on l’a oubliée… d’où cette photo de l’absence. 😊 J’ai choisi de partager avec vous son poème, d’un tout autre effet, “Tes Cheveux” qu’elle écrit à sa Muse. “Voici déjà le jour qui tombeTandis que ton visage est penché sur le mien;Et dans l’ombre douce qui vient,Tes cheveux d’argent blond paraissent d’outre-tombe…Voici déjà le jour qui tombe. Le premier fantôme du soirVa sourire à travers la coiffure spectrale,Et tu seras ma Muse pâle,Ma désillusion,…

  • Lectures

    Paradigma, Pia Petersen.

    “Malcolm (X) dit qu’il faut s’accrocher à son nom, que c’est plus qu’un nom, plus qu’un concept, c’est un logo. Il est la représentation de lui-même. Si Bronx n’était pas convaincu, il n’avait qu’à voir les esclaves qui avaient perdu leur nom en même temps que leur liberté et les prisonniers qui devenaient des numéros. Les pauvres n’ont quasiment plus de noms, on dit juste les pauvres. Il faut toujours revendiquer son nom.” Laline est aussi Luna, hacktiviste indignée par le nombre croissant de pauvres aux États-Unis. Par le biais de son blog qui lui sert de plateforme pour parler aux foules, elle va lancer un projet fou : une…

  • Lectures

    Qaanaaq, Mo Malø.

    “Qu’on l’accepte ou non, résoudre une affaire criminelle revenait toujours à faire son deuil. Deuil de ce suspect devenu coupable, dont on avait fini par faire un acteur familier de sa vie. Deuil de toutes les pistes qu’on avait suivies avant de les abandonner. Deuil de ces détails qui, en dépit de l’image d’ensemble qui avait fini par se dessiner, resteraient inévitablement dans l’ombre. ”  D’origine Inuit, adopté à ses trois ans et élevé au Danemark, Qaanaaq revient dans son Groënland natal pour prêter main-forte aux équipes de police locale dans le cadre d’une enquête sanglante. Des ouvriers d’une plateforme pétrolière ont été retrouvé morts, comme déchiquetés par un ours…

  • Photographie

    Les photos de Martin Parr.

    Un #jeudiphotographie avec le plus British des observateurs, le célèbre Martin Parr. J’ai choisi de partager avec vous un livre paru en 2010 mettant en relation une sélection de ses photos avec ses propos tenus lors d’une interview avec Quentin Bajac.  J’aime beaucoup ce livre car il raconte le parcours volontaire d’un photographe qu’on prend parfois à tort soit pour un rigolo soit pour un cynique. Passage du noir et blanc classique à la couleur saturée libératrice, propos humaniste et enquête sur ses propres préjugés, le photographe argumente avec légèreté mais beaucoup d’engagement sur ses choix et ses convictions.   ” Il y a un tas de facteurs qui foutent en…

  • Lectures

    Les étoiles s’éteignent à l’aube, Richard Wagamese.

    Traduit de l’anglais par Christine Raguet.  “Les étoiles dessinaient des figures et se chargeaient de significations; il sentait leur attraction comme une convocation et il pénétra plus profondément dans la coupe perlée de la nuit, il y vit une multitude de mondes potentiels, suspendus hors du temps, et il ferma les yeux pour essayer de les ressentir au fond de lui-même, mais il ne sentit rien d’autre que du vide.”  Un jeune homme a été élevé dans la solitude relative des montagnes par un homme qui lui a transmis le plaisir du travail et le goût des échanges francs. Il se retrouve face à face avec son père, un presque inconnu qui…

  • Lectures

    Les poèmes de W. H. Auden

    Un #lundipoésie avec les poèmes de WH Auden : un recueil de ses textes les plus “classiques” dans leur forme et donc les plus facilement lisibles … venant d’un auteur qui cherchait à évoquer des émotions appropriables par tous sans que la forme poétique ne soit une barrière.   Pour aller dans ce même sens, j’ai choisi de partager avec vous un texte que j’ai découvert – comme un grand nombre de personnes – grâce au film “Quatre mariages et un enterrement” (il est lu lors de l’enterrement).  Il s’agit du poème “Funeral Blues” écrit en 1936. “Stop all the clocks, cut off the telephone, Prevent the dog from barking with a…

  • Lectures

    Il fallait que je vous le dise, Aude Mermilliod.

    J’avais hâte de lire la nouvelle bande dessinée d’Aude Mermilliod dont j’avais beaucoup apprécié “Les reflets changeants”.  On retrouve ici sa sensibilité et la douceur de son dessin pour évoquer des sujets poignants et subtils. Elle fait le choix de partager son expérience personnelle de l’avortement dans une première partie du livre puis d’évoquer sa rencontre avec Martin Winckler, médecin-auteur qui œuvre activement pour que le corps des femmes soit écouté et respecté notamment dans la pratique des avortements.  J’ai un sentiment mitigé à l’issue de cette lecture : la partie sur l’expérience personnelle de l’auteure m’a touchée et fait réfléchir; la partie sur Martin Winckler dont je connais bien le travail…

  • Pensées

    Miam !

    J’ai choisi de vous offrir ces quelques fraises de mon jardin en tant qu’introduction à un sujet crucial : la nourriture en littérature !  Depuis ma tendre enfance avec le délicieux Charlie et la Chocolaterie, j’apprécie ce que la nourriture confère comme pouvoir d’évocation à la littérature.   Entre le festin de Babette, les gâteaux dévorés par Max Liebermann dans la Vienne du début de siècle, le cuisinier tantrique imaginé par Martin Suter, les beignets de tomates vertes de Fannie Flagg voire même la très classique madeleine de Proust j’ai voyagé et trouvé un foyer nourricier dans certaines de mes lectures.  Aujourd’hui, j’ai deux questions pour vous :  Si vous ne reteniez…

  • Lectures

    Surtout rester éveillé, Dan Chaon.

    Traduit de l’anglais par Hélène Fournier.  “Ce genre de choses va peut-être s’accumuler de plus en plus, me dis-je. De plus en plus, il y aura des choses que je ne pourrai jamais expliquer à personne. De plus en plus, je me retrouverai perdu sur un parking à quatre heures du matin, en train de traverser des rangées et des rangées de véhicules, une longue mer s’étendant sous la voûte de lampadaires halogènes, et je n’aurai aucune idée de l’endroit où se trouve ma voiture.”  Je continue mon #maiennouvelles avec un recueil bien sombre et torturé (en total désaccord avec la lumière chaleureuse de ces derniers jours) et les textes de…