• Lectures

    La Biblio des Confins #4

    Nouvelle contribution à la #bibliodesconfins (sur une idée décidément fertile d’@alremacle 😊) avec la lecture d’un poème d’Andrée Chedid, une poétesse dont j’aime la clarté, l’intransigeance et la douceur.  J’ai choisi un poème sur la Poésie, un genre que je déteste habituellement tellement il me semble vain et nombriliste. Et puis, une fois de plus, le charme d’Andrée Chédid a fait son chemin en moi et j’ai été emportée par la justesse de ses mots.  C’est comme si, en ce printemps particulier, la Poésie était l’air et l’eau dont j’avais besoin pour pousser.  Et vous ? Quelles lectures vous font grandir ou résister en ce moment ? 

  • Lectures

    Dear Edward, Ann Napolitano.

    ““Why is it,” an old news anchor growls, “that out of all the terrible news in this terrible world, we care so much about this one downed plane and this one little boy?” Edward a 11 ans quand l’avion qui l’emmenait avec sa famille en Californie se crashe.Il y a 191 morts; il est l’unique survivant.Le roman raconte de façon intercalée les petites histoires de ce vol, les individus et leurs singularités et la vie d’Edward après cette catastrophe. Bien sûr avec une telle amorce, le livre est poignant mais – et c’est important – il n’est jamais tire-larmes ni sensationnaliste. Il s’agit somme toute d’un roman d’apprentissage avec un…

  • Photographie

    Andrew Wyeth

    Une fois encore, un #jeudiphotographie qui prend la tangente et parle plutôt de peinture mais une peinture qui est selon moi très photographique 😉Il s’agit de la peinture d’Andrew Wyeth, un peintre du XXème siècle qui fait partie du mouvement des “réalistes américains” et qui est connu pour ses portraits et ses paysages. Son œuvre a fait l’objet de débats vigoureux dans le monde de la critique artistique qui jugeait pour une partie que son œuvre était essentielle et pour une autre partie tout juste basique et quelconque. Son trait est en effet classique, sa façon de peindre est restée sensiblement la même dans le temps et son œuvre semble insensible à…

  • Lectures

    La Biblio des Confins #3

    Allez hop, ma dernière lecture à voix haute ayant eu l’air de trouver des oreilles,  je persiste donc et je m’attaque à du lourd!  Pour cette troisième contribution à #labibliodesconfins (une idée généreuse @alremacle ) j’ai choisi de lire un extrait d’un de mes livres fétiches : les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar.  Ce livre est pour moi une source d’inspiration et de réconfort depuis plus de vingt ans, à la fois une sorte d’oracle et de pilier qui ne cesse de me nourrir.  J’aurais pu en lire des pages et des pages à voix haute tant la langue est belle et le propos profond mais, pour ne pas vous…

  • Lectures

    Les îles, Anne Brouillard. (Le pays des Chintiens T2)

    J’avais tellement aimé le premier volume – La Grande Forêt – de ce récit au pays onirique des Chintiens que j’avais acheté dès sa sortie le volume 2 tout en me le gardant pour un jour où j’aurais besoin de doux et de rêverie…Je n’ai pas été déçue !Killiok le chien noir, Véronica son amie, Vari Tchesou le magicien, Suzy le Cheval, les chats Mystère et Miroir, les corneilles Kwé et Kwè, les bébés Mousse partent du Pays du Lac Tranquille dans une aventure à destination du Pays des Iles et c’est délicieux !Ils n’arriveront pas à destination, ce serait trop simple, mais aurons eu le plaisir de découvrir la…

  • Lectures

    La poésie de Paul Fort

    Un #lundipoésie avec un poète que je connais peu et que je découvre en farfouillant dans nos étagères : Paul Fort et ses ballades françaises. Vous connaissez peut-être sans le savoir (comme moi) pour ses textes chantés par Georges Brassens tels que la Complainte du petit cheval blanc ou bien La Marine.C’est aussi lui qui a écrit “Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite. Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite. Il va filer.” que vous avez peut-être appris à l’école. Le recueil mêle prose, chronique, échanges théâtraux et courtes canzones. Le tout est surprenant, parfois daté et inégal mais la découverte est plaisante. J’ai choisi pour vous…

  • Les doux mots du dimanche

    Carafe

    Allez, une fois n’est pas coutume, une spéciale dédicace @amelievrg pour #lesdouxmotsdudimanche… sur sa forte insistance j’ai choisi pour aujourd’hui le mot carafe. Le mot est importé en français des langues méditerranéennes : il viendrait de l’italien caraffa, de l’espagnol et du portugais garrafa et de l’arabe garafa qui signifie puiser. Il apparaît au XVIème siècle dans notre langue pour décrire une bouteille en verre ou en cristal à base large et col étroit que l’on remplit d’eau, de vin ou de liqueurs. Par métonymie on peut donc boire une carafe, comme on dirait boire un verre. En argot, la carafe peut être la bouche ou la tête mais aussi une personne pas…

  • Lectures

    Etat de nature, Jean-Baptiste de Froment.

    “C’est donc cela, un fils, songea Claude : quelqu’un qui nous contredit?” La France ronronne et s’emmerde. Sa Présidente, dite La Vieille, s’éteint peu à peu et Claude – haut responsable administratif du pays se voit pousser des ailes tardives et se prépare à lui succéder.Le renouveau (ou pas) viendra peut-être d’un coin de France oublié de tous – la Douvre. Ce département quasi-désert devient de façon improbable une arène politique où s’affrontent ancienne garde, jeune préfète ambitieuse et sincère et groupuscule gauchiste à tendance radicale… J’ai beaucoup aimé ce roman (que je viens juste de finir au soleil) qui mêle dans une langue ironique et maitrisée une clairvoyance politique,…

  • Lectures

    Dans la course, Ann Patchett.

    “Il avait l’intonation parfait, jusqu’aux inflexions lyriques des fins de phrases. On se retournait pour regarder ce jeune Noir réciter à un homme blanc plus âgé le discours de Jackson à la Convention. Jackson, au premier rang, le regarda par-dessus ses lunettes, curieux de voir qui contrefaisait sa voix. Il fit un signe de tête à Teddy qui sourit et lui répondit d’un geste discret, mais enthousiaste. Le public se demanda si le jeune homme se moquait de Jackson ou s’il était fou. Après tout, il y avait, en général, au moins un cinglé dans ce genre de conférence ! Ce jeune homme mettait-il mal à l’aise l’homme plus âgé…

  • Photographie

    Les photographies de Franck Kunert

    Un #jeudiphotographie à l’intérieur avec les scènes miniatures de Frank Kunert et son livre LifeStyle. Ce photographe allemand construit de petites scènes d’apparence ordinaire qui se révèlent surprenantes, oniriques ou carrément angoissantes lorsqu’on y regarde de plus près… Inspiré par les surréalistes, il fabrique lui-même ses miniatures en soignant les détails pendant parfois plusieurs mois avant de les photographier à la chambre. Des scènes sans présence humaine mais où tous les travers de notre monde moderne sont révélés sans pitié et avec un humour noir que j’adore. Je vous laisse découvrir ces images; prenez le temps de bien les regarder : elles sont parfois tellement anodines que l’incongru s’y dissimule très efficacement…