• Pensées

    La reprise

    Parfois, le retour au travail peut donner l’impression de revenir s’enfouir sous le quotidien, la routine et les obligations… métro, boulot, dodo quand tu nous terrorises. 😊  A cela viennent parfois s’ajouter des contraintes mentales qu’on s’impose insidieusement comme à tout “nouveau départ” : reprendre le sport, perdre un peu de poids, se lever plus tôt, être plus zen et j’en passe.  J’aime mon travail (et il me le rend bien) et les 6 prochains mois vont être l’occasion de nouvelles découvertes et de nouveaux défis. Un peu de crainte, beaucoup d’envie et la certitude que je vais mobiliser mon énergie pour rendre ce semestre fertile.  Du coup, je me demande bien…

  • Lectures

    A widow’s story, Joyce Carol Oates.

    “For the widow inhabits a tale not of her own telling.”   JCO aura vécu plus de 40 ans auprès de son mari. Une vie commune fondée sur des centres d’intérêt partagés, de grandes discussions, des amitiés mêlées et les gestes domestiques du quotidiens.  Lorsqu’il meurt soudainement à 77 ans d’une complication liée à une hospitalisation, l’auteure est éperdue de peine et perd tous ses repères.   Elle rédige alors ce texte qui raconte son “chemin de croix” dans le veuvage.  J’ai trouvé ce livre passionnant : l’auteure décortique sa douleur et ce que la société américaine attend des veuves, célèbre la force de l’amitié et de l’écriture. Elle conserve son ton froid et distancié comme dans ses romans…

  • Lectures

    La poésie de Saint John Perse

    Allez hop, c’est reparti pour les #lundipoésie ! On reprend avec un grand classique que j’aime énormément bien qu’il soit complexe à lire (et puisse sembler un peu pompeux)… les poèmes de Saint John Perse. J’ai choisi de partager avec vous le recueil Amers que je vous conseille de lire à voix haute par petites doses… vous verrez c’est un grand souffle poétique. “Tourment des hommes, feu du soir! Cent dieux muets sur leurs tables de pierre ! Mais la mer à jamais derrière vos tables de famille, et tout ce parfum d’algue de la femme, moins fade que le pain des prêtres… Ton cœur d’homme, ô passant, campera ce soir avec…

  • Lectures

    #défidafrique

    // EN VACANCES // @riendetelque a encore eu une riche idée! Elle lance le #défidafrique pour lire plus de littérature africaine et d’auteur(e)s afrodescendants. Je lis déjà régulièrement ces auteur(e)s mais je vais suivre le # pour en découvrir de nouveaux, tout ça me met en appétit ! Je partage avec vous des bouquins correspondants au #défidafrique qui peuplent ma bibliothèque et que j’ai beaucoup aimés (en français ou en anglais). Bonnes lectures / découvertes à tous!

  • Lectures

    Dans la bibliothèque de ma mère

    // EN VACANCES // Je furète dans la bibliothèque maternelle ce coup-ci et je retombe sur cet ouvrage charmant, drôle et touchant d’Hervé le Tellier. Mille propositions de réponses à la question “À quoi tu penses ?”… Un délice à lire en piochant au hasard :“Je pense qu’en fait je ne pardonne jamais vraiment, c’est juste que j’oublie que j’en veux à certaines personnes.”“Je pense qu’en réalité le monde est vraiment flou, et que mes lunettes me masquent la vérité.”“Je pense que j’étais certain, mais alors certain, que tu allais me poser cette question là.““Je pense que pas mal de ceux qui sont fiers de s’être fait tout seul auraient…

  • Lectures

    Un poème d’Erri de Luca

    // EN VACANCES // Aujourd’hui j’ai envie de partager avec vous un poème d’Erri de Luca que j’ai découvert, encore une fois, lors mon initiation à la bibliothérapie (une formation nourrissante de bien des façons 😊). Il s’agit du poème qui ouvre le recueil de nouvelles “Le contraire de un”. “En toi j’ai été albumen, œuf, poisson,les ères sans limites de la terrej’ai traversé dans ton placenta,hors de toi je suis compté en jours.En toi je suis passé de cellule à squeletteun million de fois je me suis agrandi,hors de toi l’accroissement a été immensément mineur.Je suis éclos de ta plénitudesans te laisser vide parce que le videje l’ai emporté…

  • Lectures

    L’apprenti assassin (L’assassin royal 1), Robin Hobb.

    // EN VACANCES // Traduit de l’anglais par A. Mousnier-Lempré. “Est-il dans la nature du monde que toute chose aspire à un rythme, et dans ce rythme à une sorte de paix ? C’est en tout cas ce qu’il m’a toujours semblé. Tous les événements, aussi cataclysmiques ou bizarres soient-ils, se diluent au bout de quelques instants dans les habitudes de la vie quotidienne.“ Lorsque l’on apprend l’existence du jeune Fitz, bâtard du Prince Chevalerie, un grand jeu tactique se met en place pour en faire un artisan de la défense des Six Duchés.Haï par certains, utilisé par d’autres, le jeune enfant est séparé de sa mère et placé en…

  • Lectures

    Le nœud de vipères, François Mauriac.

    // EN VACANCES // “Je sentais, je voyais, je touchais mon crime. Il ne tenait pas tout entier dans ce hideux nid de vipères : haine de mes enfants, désir de vengeance, amour de l’argent; mais dans mon refus de chercher au-delà de ces vipères emmêlées.” Un vieil homme sur le point de mourir confesse par écrit la haine éprouvée pour sa femme et ses enfants, toujours perçus comme indifférent à sa personne et seulement intéressés par son argent. Il met à nu ses plans pour les priver de cet argent et les quelques éclairs d’affection et de douceur qui ont éclairé sa vie tout en s’interrogeant sur son absence…