• Lectures

    Le plaisir de vivre, Anne Ancelin-Schützenberger.

    “Pour la plupart des médecins psychosomaticiens français, le mauvais moral pourrait entraîner la maladie, mais ils hésitent à accepter l’inverse, qui est qu’en rétablissant l’amour de la vie et l’espoir, le fonctionnement du corps peut s’améliorer, pour arriver éventuellement même jusqu’à la guérison.“ L’auteure est une psychologue et psychothérapeute connue pour avoir développé la pyschogénéalogie en France. La psychogénéalogie interroge les effets sur un individu des secrets ou traumatismes vécus par ses parents, grands-parents ou aïeux. Elle s’appuie notamment sur la notion d’inconscient collectif élaborée par Jung et sur une vision de l’individu comme partie d’un tout familial et sociétal.Dans ce livre, Anne Ancelin-Schützenberger partage surtout sa conviction qu’il y…

  • Lectures

    L’empreinte, Alexandria Marzano Lesnevich.

    Traduit de l’anglais par Héloïse Esquié. “Quelle que soit la nature des événements passés, le récit s’est chargé de les réécrire sans vergogne. Le récit est devenu vérité.“ L’auteure, alors étudiante en droit à Harvard et guidée par ses convictions contre la peine de mort, découvre à l’occasion d’un stage l’affaire Langley. Un homme a assassiné un petit garçon de 6 ans et explique, dans son interrogatoire filmé, sa pédophilie et le plaisir qu’il a pris à tuer cet enfant. Ce témoignage terrifiant ébranle toutes les convictions de la jeune femme et la confronte aussi à son passé d’enfant victime d’inceste.Elle entame alors un processus de plus de 10 ans…

  • Lectures

    Comment supporter sa liberté, Chantal Thomas.

    “Il y avait la chambre des jours de pluie. Elle se confondait avec l’espace de lecture où j’étais plongée, vibrait du même rythme, était suspendue à la même impatience. Seule la faim pouvait m’en arracher. Jours de pluie, jours splendidement gris – jours pliés aux dimensions de la page, attrapés au piège de son invisible profondeur, de son impalpable intériorité. J’avais traversé des continents, des siècles, ou n’avais pas bougé d’une divagation circulaire, et soudain le soir était là. J’allumais la lampe sans lever les yeux de mon livre. C’était à lui que s’évaluait ma vie, c’était lui qui donnait la mesure de toute chose. Et la chambre, hypnotisée à…

  • Lectures

    Over the Rainbow, Constance Joly.

    Une fille raconte son père, tâche d’attraper par les mots l’enchanteur insaisissable de son enfance, père divisé et homosexuel mort du SIDA. Avec un mélange de pudeur respectueuse et de sincérité déchirante, elle marche sur le fil du témoignage sans jamais chuter ni dans l’anecdotique ni dans le larmoyant. J’ai beaucoup apprécié ce texte émouvant sans être envahissant (alors que j’avais parfois eu du mal avec le lyrisme dans “Le matin est un tigre”). Il m’a aussi fait repenser avec plaisir au témoignage d’Alysia Abbott dans son livre FairyLand qui m’avait beaucoup apporté. Merci beaucoup @jolyconstance69 pour cet envoi inattendu et très apprécié !

  • Lectures

    J’aimerais bien être autiste, Héloïse Breuil.

    “A présent je t’aime mieux, plus profondément, sans plus me juger à travers le regard que je porte sur toi. “ Un court texte écrit à deux voix par une mère et son fils autiste Asperger. Elle se souvient de son cheminement pour faire le deuil de son fils imaginaire et découvrir la riche complexité de son fils réel. Il raconte comment les réactions de certains adultes lui semblent insensées et comment le juste diagnostic lui a ouvert des portes pour mieux se faire entendre. Ce témoignage tout simple et sans pathos fait beaucoup, avec finesse, pour donner à voir de l’intérieur une singularité et donner envie d’écouter mieux les…

  • Lectures

    Vigile, Hyam Zaytoun.

    ” – Si tu reviens, mon amour, qu´est-ce qui en toi aura changé ? Et si je me prépare au pire, parce qu’on me l’a demandé, parce que c’est toujours comme cela que je fais, depuis toute petite, et sans pouvoir faire mieux, je sens, en même temps, tellement présent cet entêtement fou, cette énergie d’amour et de colère, que ces mots tant de fois chuchotés me donnaient à connaître, il y a presque vingt ans. En mon corps le même souffle, le même battement du cœur. Je vais me lever, longer le couloir, pousser la porte de la chambre. Je poserai la main sur ta poitrine et peut-être tu frémiras : – Je suis ta…

  • Lectures

    Retour à Birkenau, Ginette Kolinka avec Marion Ruggieri.

    “La dernière fois que je suis retournée à Birkenau, c’était au printemps. Les champs se couvraient de fleurs, l’herbe était verte, le ciel limpide, on pouvait entendre les oiseaux chanter C’était beau. Comment puis-je employer un mot pareil ? Et pourtant, je l’ai dit ce mot, je l’ai pensé : “C’est beau”.”  Le court témoignage d’une rescapée des camps de 94 ans. Après s’être tue pendant 50 ans elle est progressivement intervenue auprès des écoles pour partager son histoire avant de la coucher sur le papier avec l’aide de Marion Ruggieri.  Son long silence est celui d’une grand partie des rescapés. Un silence lié à la fois à la pudeur,…

  • Lectures

    Sœurs volées, enquête sur un féminicide au Canada, Emmanuelle Walter.

    “Élever des ados dans une communauté autochtone, même la moins dévastée d’entre elles, où les traumatismes du passé ( l’annihilation culturelle, les migrations forcées, les enfants enlevés, les familles détruites) et du présent ( l’absence de travail, l’absence d’avenir, l’absence de sens) se conjuguent pour générer la déscolarisation, les problèmes mentaux, la violence, l’autodestruction. Élever des ados qui voient tous les jours l’alcoolisme, l’abandon, la défaite.”  Cet essai personnel et engagé tente de rapporter, en suivant le cas de deux jeunes filles disparues et les innombrables obstacles affrontés par leurs familles pour connaître leur sort, la façon dont les femmes autochtones sont malmenées, détruites et déconsidérées au Canada. Violences familiales, sociales,…

  • Lectures

    The girl who smiled beads, a story of war and what comes after, Clemantine Wamariya.

    “I did not understand the point of the word genocide then. I resent and revile it now. The word is tidy and efficient. It holds no true emotion. It is impersonal when it needs to be intimate, cool and sterile when it needs to be gruesome. The word is hollow, true but disingenuous, a performance, the worst kind of lie. It cannot do justice – it is not meant to do justice – to the thing it describes.”  Ce livre est le témoignage volontaire et poignant de celle qui fut une enfant survivante du génocide au Rwanda et de l’exil et qui est devenue une porte-parole énergique pour la défense des Droits Humains.  Des horreurs de la guerre et des camps de réfugiés aux succès scolaires et médiatiques en Amérique, l’auteure garde en elle l’enfant de 6 ans qui a fui à travers 7 pays avec l’aide de sa sœur. Elle raconte la difficulté à “partager” cette expérience même avec les plus proches, toutes…

  • Lectures

    L’homme sans argent, Mark Boyle

    “Je ne me considère pas comme quelqu’un de spirituellement très engagé dans le sens où on l’entend traditionnellement. J’essaye de pratiquer ce que j’appelle une spiritualité appliquée, c’est-à-dire d’insuffler mes croyances dans ma vie, plutôt que d’en faire quelque chose  d’abstrait dont je parlerais sans le faire. Plus il y a de cohérence entre la tête, le cœur et les mains, plus on s’approche d’une vie honnête. C’est ma conviction. Le monde physique et le monde spirituel sont pour moi les deux faces d’une même médaille.”  A presque 30 ans, l’auteur – irlandais installé près de Bristol – décide après plusieurs mois de préparation de vivre une année sans argent.…