• Bookclub Atwood
    Lectures

    Ce mois ci on lit Margaret Atwood c’est parti !

    Ça y est c’est le grand jour ! Sous les yeux de notre bonne fée @palir_au_soleil et piloté par votre servante non-écarlate #cemoiscionlitmargaretatwood ! Pour cette expédition en terre féministe, écologique, dystopique, farfelue ou glaçante nous partons en cordée :• @lesvoyagesheures @armoirealire et @monpetitbookan liront “C’est le cœur qui lâche en dernier”• @unlivrechacune @toutcequejaimais @lectriceindenhaag @silence_on_lit @papiercrepon @luz.et.moi liront “Faire Surface”• @timesdontchange et @margot.et.ses.livres liront “The Penelopiad”/”L’odyssée de Pénélope”• @readreadbird @poissondunord et @silence_on_lit liront “Graine de sorcière”• @uneviedevantsoi @la_bibli_des_1001_livres et @schryve liront “La servante écarlate”• @palir_au_soleil lira “Le dernier homme”• @silence_on_lit et @juneeatsbook liront “Captive”• @le.casque.et.l.enclume lira “9 contes”• @margot_montreal lira “Le Tueur aveugle”• @eleonora_dans_sa_bulle et @grandeourse liront “La voleuse d’homme”• @tincfiriel lira “Mort en lisière”• @alinemariep et @mathildecotton liront “Les Testaments”• @eli.iscpa lira “La vie d’avant l’homme” De mon côté, je lirai un de ces recueils de poèmes “Dearly, New Poems” et un roman que je pense n’avoir jamais encore lu d’elle : “Cat’s Eye” !

  • Lorsque le dernier arbre
    Lectures

    Lorsque le dernier arbre, Michaël Christie.

    Traduit de l’anglais par Sarah Gurcel. @sarahgurcelvermandeEditions Albin Michel “Que sont les familles, sinon des fictions ? Des histoires qu’on raconte sur certaines personnes pour certaines raisons ? Comme toutes les histoires, les familles ne naissent pas, elles sont inventées, bricolées avec de l’amour et des mensonges et rien d’autre.“ De 1908 à 2038, venez découvrir l’histoire intime de la famille Greenwood dont les membres entretiennent des rapports décisifs aux arbres. Au cœur du Canada, entre attachement aux forêts et errance, trahisons et filiations, germination et abattage, les hommes et les femmes construisent des familles comme autant de fragiles écosystèmes susceptibles de disparaître.Que ce soit durant la Grande Dépression et sa…

  • Book Club Margaret Atwood
    Lectures

    Book Club Margaret Atwood

    Hello ami(e)s lecteurices ! J’ai la très grande joie de vous annoncer que j’aurai l’honneur d’entamer 2022 en animant le fameux bookclub #cemoiscionlit créé par @palir_au_soleil.Elle a construit un programme du tonnerre et accueille des camarades pour animer certains mois. En janvier, je vous embarque donc découvrir ou re-découvrir Margaret Atwood !Cette auteure canadienne de 82 ans aujourd’hui est connue pour son œuvre prolixe : plus de 50 livres entre romans, essais, poésies et livres jeunesse. D’elle, vous connaissez sans doute son titre le plus médiatisé : La Servante écarlate, publié en 1985.Entre humour noir, féminisme, imagination fertile et une certaine tendance à la dystopie ses textes sont toujours stimulants 😊 Le principe…

  • Les fous de Bassan
    Lectures

    Les fous de Bassan, Anne Hébert.

    Les fous de Bassan, Anne Hébert.Editions Points “Dans toute cette histoire il faudrait tenir compte du vent, de la présence du vent, de sa voix lancinante dans nos oreilles, de son haleine salée sur nos lèvres. Pas un geste d’homme ou de femme, dans ce pays, qui ne soit accompagné par le vent. Le souffle marin pénètre nos vêtements, découvre nos poitrines givrées de sel. Nos âmes poreuses sont traversées de part en part. Le vent a toujours soufflé trop fort ici et ce qui est arrivé n’a été possible qu’à cause du vent qui entête et rend fou.“ Dans un petit village isolée de Gaspésie où une communauté protestante…

  • Lectures

    La souplesse des os, D. W. Wilson.

    Traduit de l’anglais par Madeleine Nasalik.@editionsdelolivier “On s’accroche et on s’accroche encore – il connaissait cela par cœur. On s’accroche et les choses tournent bien, ou mal, mais on ne lâche rien, on tente encore le coup parce qu’on n’a pas le choix. Mitch ne sortit pas tout de suite du Ranger, il resta assis là à écouter les chansons rock de sa jeunesse, les yeux fixés sur ces deux fenêtres obscures.“ Dans une petite ville isolée de la Colombie Britannique, les hommes bossent dur ou boivent des bières, observent la vie ou se coltinent avec elle, construisent des maisons, aiment des femmes, élèvent des fils tant bien que mal……

  • Lectures

    Les poèmes de Leonard Cohen

    Un #lundipoésie sous la pluie c’est un retour aux sources qui s’impose avec un poème de Leonard Cohen. Je crois qu’à chaque situation un de ses poèmes me sert de boussole comme seuls peuvent le faire les textes aux sens multiples qu’on apprend, avec le temps, à déchiffrer et à charger de ses propres symboles.Je pourrais piocher à l’infini dans son œuvre mais je vous partage aujourd’hui “True love leaves no traces” écrit en 1977. “As the mist leaves no scarOn the dark green hillSo my body leaves no scarOn you and never willThrough windows in the darkThe children come, the children goLike arrows with no targetsLike shackles made of snowTrue love…

  • Lectures

    Les poèmes de Marie Uguay

    Un #lundipoésie avec une poétesse québécoise dont je découvre le talent grâce @editionsboreal : Marie Uguay. Je veux retenir d’elle l’incandescence et la justesse de ses mots au-delà du “mythe” que sa mort précoce a pu construire. Je vous présente un poème extrait du recueil “L’Outre-vie”, puisse sa beauté réchauffer votre début de semaine. “maintenant nous sommes assis à la grande terrasseoù paraît le soir et les voix parlent un langage inconnude plus en plus s’efface la limite entre le ciel et la terreet surgissent du miroir de vigoureuses étoilescalmes et filantes plus loin un long mur blancet sa corolle de fenêtres noires ton visage a la douceur de qui pense à autre choseton…

  • Lectures

    Shuni, Naomi Fontaine.

    “On m’a demandé quel était le plus beau mot de la langue française. Le voici. Liberté. C’est un mot qui n’existe pourtant pas dans ma langue. La liberté est un concept intrinsèque à tout ce qui existe dans notre vision du monde. Nous sommes issus d’un espace sans clôtures, sans frontières. Des êtres libres dès l’enfance, dès que le petit devient autonome. Même les animaux, on ne les capturait pas pour en faire un élevage. C’est un état qui n’a jamais eu besoin d’être nommé. La seule manière de dire la liberté en innu-aimun c’est nommant la fin d’un enfermement. Apikunakanu.“ Naomi Fontaine écrit à son amie Julie, jeune québécoise…

  • Lectures

    3ème voyage de juillet…

    C’est parti pour le #juilletjevoyageenlivres ! Je suis ravie d’apporter ma contribution pour la troisième année consécutive à cette belle idée @riendetelque 😊  Et, pour changer un peu, au lieu de vous présenter un pays je vais plutôt vous présenter un lieu, une atmosphère spécifique : des livres se passant sur une île !  J’ai choisi pour vous Plus haut que la mer de Francesca Melandri, Faire surface de Margaret Atwood et Une ile trop loin d’Annika Thor. Trois îles très différentes mais qui ont en commun d’être racontées par des femmes…  Je vous détaille un peu plus les trois titres ci-dessous pour vous mettre l’eau à la bouche et j’attends vos idées…

  • Lectures

    Les falaises, Virginie De Champlain.

    “Des fois j’aimerais ça me rappeler des choses que je me rappelle pas. Comme ma naissance. La première chose que j’ai vue. La première chose qui m’a fait rire. Qui m’a fait pleurer pour vrai. La première fois que j’ai eu mal. J’aimerais aussi avoir pris une photo mentale de moi pendant des moments importants pour pouvoir me les rappeler quand je vais être vieille. Je prends pas la peine de me souvenir de moi. De quoi j’avais l’air en dedans quand je suis tombée en amour. À quel âge j’ai eu peur de mourir pour la première fois. Et toutes les autres. Les fois où je me suis perdue,…