• Le manticore
    Lectures

    Le manticore, Robertson Davies.

    Traduit de l’anglais par Lisa Rosenbaum.Editions Rivages “Nous créons tous un moi extérieur avec lequel nous affrontons le monde et certains individus en arrivent à croire que c’est ce qu’ils sont en réalité.“ Ce deuxième volet de la trilogie dite de Deptford se concentre sur le fils de Boy Staunton.Après la mort suspecte de son père, cet avocat rigoureux et austère mais porté sur la boisson perd peu à peu pied et décide de se ressaisir en allant suivre une psychanalyse en Suisse.Le roman suit les courbes sinueuses de son analyse, entre déconvenues, luttes intérieures et révélations progressives… Quel plaisir de lire à nouveau cet auteur et d’être emportée sa…

  • L'objet du scandale
    Lectures

    L’objet du scandale, Robertson Davies.

    Traduit de l’anglais par Arlette Francière.Editions Rivages “Adolescent, ç’avait été une brute, un vantard et un mauvais perdant. En grandissant il avait appris à isoler ces traits de caractère, et quelqu’un le connaissant moins bien que moi aurait pu croire qu’il s’était amélioré. Mais je n’ai jamais été de ceux qui croient que les caractéristiques dominantes d’un enfant soient appelées à disparaître avec la maturité ; elles peuvent être immergées ou bien se transformer, mais elles ne s’évaporent pas ; fréquemment elles remontent vigoureusement à la surface à l’approche de la vieillesse.“ A l’heure de la retraite, un professeur d’histoire perçu comme singulier car passionné par la vie des Saints…

  • Cat's eye
    Lectures

    Cat’s eye, Margaret Atwood.

    Virago Press “This is the middle of my life, I think of it as a place, like the middle of a river, the middle of a bridge, halfway across, halfway over. I’m supposed to have accumulated things by now: possessions, responsibilities, achievements, experience and wisdom. I’m supposed to be a person of substance.” Lorsqu’une galerie de Toronto lui propose de faire une exposition rétrospective de son travail, une peintre renommée y revient pour quelques jours. Ce sera l’occasion pour elle de se remémorer son enfance jusqu’à son entrée dans l’âge adulte. Des souvenirs intenses et parfois douloureux qui ont nourri son œuvre et sa façon d’être au monde. Au moment…

  • Dearly New Poems
    Lectures

    Dearly, new poems, Margaret Atwood.

    Un #lundipoésie avec le fantastique bookclub d’@palir_au_soleil que j’ai la joie d’animer ce mois-ci autour de Margaret Atwood !J’ai lu le dernier recueil de poème de cette auteure prolifique : Dearly : New poems publié @eccobooks Gravitant autour de la fuite des jours, de la perte de ceux qu’on aime, de la vieillesse et des souvenirs de l’enfance, on y retrouve certains des thèmes favoris de l’auteure. Le recueil est dédié à son mari et compagnon de plus de 40 ans.J’ai aimé y retrouver son franc-parler parfois brutal, sa bizarrerie et son imagination fertile, ses inquiétudes politiques et environnementales. Ce ne sont pas des textes gais et ils sont assez inégaux mais dans l’ensemble,…

  • Bookclub Atwood
    Lectures

    Ce mois ci on lit Margaret Atwood c’est parti !

    Ça y est c’est le grand jour ! Sous les yeux de notre bonne fée @palir_au_soleil et piloté par votre servante non-écarlate #cemoiscionlitmargaretatwood ! Pour cette expédition en terre féministe, écologique, dystopique, farfelue ou glaçante nous partons en cordée :• @lesvoyagesheures @armoirealire et @monpetitbookan liront “C’est le cœur qui lâche en dernier”• @unlivrechacune @toutcequejaimais @lectriceindenhaag @silence_on_lit @papiercrepon @luz.et.moi liront “Faire Surface”• @timesdontchange et @margot.et.ses.livres liront “The Penelopiad”/”L’odyssée de Pénélope”• @readreadbird @poissondunord et @silence_on_lit liront “Graine de sorcière”• @uneviedevantsoi @la_bibli_des_1001_livres et @schryve liront “La servante écarlate”• @palir_au_soleil lira “Le dernier homme”• @silence_on_lit et @juneeatsbook liront “Captive”• @le.casque.et.l.enclume lira “9 contes”• @margot_montreal lira “Le Tueur aveugle”• @eleonora_dans_sa_bulle et @grandeourse liront “La voleuse d’homme”• @tincfiriel lira “Mort en lisière”• @alinemariep et @mathildecotton liront “Les Testaments”• @eli.iscpa lira “La vie d’avant l’homme” De mon côté, je lirai un de ces recueils de poèmes “Dearly, New Poems” et un roman que je pense n’avoir jamais encore lu d’elle : “Cat’s Eye” !

  • Lorsque le dernier arbre
    Lectures

    Lorsque le dernier arbre, Michaël Christie.

    Traduit de l’anglais par Sarah Gurcel. @sarahgurcelvermandeEditions Albin Michel “Que sont les familles, sinon des fictions ? Des histoires qu’on raconte sur certaines personnes pour certaines raisons ? Comme toutes les histoires, les familles ne naissent pas, elles sont inventées, bricolées avec de l’amour et des mensonges et rien d’autre.“ De 1908 à 2038, venez découvrir l’histoire intime de la famille Greenwood dont les membres entretiennent des rapports décisifs aux arbres. Au cœur du Canada, entre attachement aux forêts et errance, trahisons et filiations, germination et abattage, les hommes et les femmes construisent des familles comme autant de fragiles écosystèmes susceptibles de disparaître.Que ce soit durant la Grande Dépression et sa…

  • Book Club Margaret Atwood
    Lectures

    Book Club Margaret Atwood

    Hello ami(e)s lecteurices ! J’ai la très grande joie de vous annoncer que j’aurai l’honneur d’entamer 2022 en animant le fameux bookclub #cemoiscionlit créé par @palir_au_soleil.Elle a construit un programme du tonnerre et accueille des camarades pour animer certains mois. En janvier, je vous embarque donc découvrir ou re-découvrir Margaret Atwood !Cette auteure canadienne de 82 ans aujourd’hui est connue pour son œuvre prolixe : plus de 50 livres entre romans, essais, poésies et livres jeunesse. D’elle, vous connaissez sans doute son titre le plus médiatisé : La Servante écarlate, publié en 1985.Entre humour noir, féminisme, imagination fertile et une certaine tendance à la dystopie ses textes sont toujours stimulants 😊 Le principe…

  • Les fous de Bassan
    Lectures

    Les fous de Bassan, Anne Hébert.

    Les fous de Bassan, Anne Hébert.Editions Points “Dans toute cette histoire il faudrait tenir compte du vent, de la présence du vent, de sa voix lancinante dans nos oreilles, de son haleine salée sur nos lèvres. Pas un geste d’homme ou de femme, dans ce pays, qui ne soit accompagné par le vent. Le souffle marin pénètre nos vêtements, découvre nos poitrines givrées de sel. Nos âmes poreuses sont traversées de part en part. Le vent a toujours soufflé trop fort ici et ce qui est arrivé n’a été possible qu’à cause du vent qui entête et rend fou.“ Dans un petit village isolée de Gaspésie où une communauté protestante…

  • Lectures

    La souplesse des os, D. W. Wilson.

    Traduit de l’anglais par Madeleine Nasalik.@editionsdelolivier “On s’accroche et on s’accroche encore – il connaissait cela par cœur. On s’accroche et les choses tournent bien, ou mal, mais on ne lâche rien, on tente encore le coup parce qu’on n’a pas le choix. Mitch ne sortit pas tout de suite du Ranger, il resta assis là à écouter les chansons rock de sa jeunesse, les yeux fixés sur ces deux fenêtres obscures.“ Dans une petite ville isolée de la Colombie Britannique, les hommes bossent dur ou boivent des bières, observent la vie ou se coltinent avec elle, construisent des maisons, aiment des femmes, élèvent des fils tant bien que mal……

  • Lectures

    Les poèmes de Leonard Cohen

    Un #lundipoésie sous la pluie c’est un retour aux sources qui s’impose avec un poème de Leonard Cohen. Je crois qu’à chaque situation un de ses poèmes me sert de boussole comme seuls peuvent le faire les textes aux sens multiples qu’on apprend, avec le temps, à déchiffrer et à charger de ses propres symboles.Je pourrais piocher à l’infini dans son œuvre mais je vous partage aujourd’hui “True love leaves no traces” écrit en 1977. “As the mist leaves no scarOn the dark green hillSo my body leaves no scarOn you and never willThrough windows in the darkThe children come, the children goLike arrows with no targetsLike shackles made of snowTrue love…