• Lectures

    Why indigenous literatures matter, Daniel Heath Justice.

    WLU Press “This is a book about stories, and how and why they matter. It’s about the stories we tell, and the stories others tell about us. It’s about how stories can either strengthen, wound or seemingly erase our humanity and shared connections, and how our stories are expressed or repressed, shared or hidden, recognized or dissmissed. Stories are bigger than the texts or the bodies that carry them.” Cet essai propose en quatre grandes questions et de nombreuses propositions une vision passionnante sur les littératures autochtones des Amériques.Comment apprendre à être humain ? Comment se comporter en bons membres de la famille ? Comment devenir de bons ancêtres ?…

  • Lectures

    Annie Muktuk et autres histoires, Norma Dunning.

    Traduit de l’anglais par Daniel Grenier.Mémoires d’encrier “On s’approche de la sortie du fond. Les rayons du soleil nous réchauffent à travers les fenêtres. C’est à ce moment-là que je le sens. C’est à ce moment-là que je sens le vertige de la liberté qui fait battre mon coeur et qui martèle jusque dans ma tête. La liberté, elle est partout en dedans de moi. Elle est dans mes yeux. Elle me chatouille le bout des doigts et je sens le rire qui cherche à surgir de ma gorge.“ Annie Muktuk fait briller les yeux de tous les hommes et joue de sa sexualité, Elipsee est aimée par son mari…

  • Lectures

    Je suis une maudite sauvagesse, An Antane Kapesh.

    Version bilingue, traduction de l’innu par José Mailhot.@memoiredencrier “Je sais bien qu’aujourd’hui il est très difficile de me montrer ma vie d’Indienne parce que ma culture n’existe plus. Quand je réfléchis à cela, il n’y a que dans ma tête que je conserve la manière dont moi je vivais.” An Antane Kapesh, auteure innue, écrit ce livre dans les années 70. Elle y décrit l’œuvre de dépossession persistante menée par les Blancs pour arracher son identité à son peuple.Ayant vécu en nomade selon sa culture jusqu’à ses 27 ans puis ayant élevé ses huit enfants dans le cadre imposé par le gouvernement canadien, elle rapporte son expérience et la théorise…

  • Lectures

    The History of Fire, Linda Hogan

    Un #lundipoésie auprès de la poétesse chickasaw Linda Hogan qui invoque la vie du feu pour parler de famille et de nature, d’énergie et de résistance, de transformation et d’espoir. Je vous présente son poème “The History of Fire” (non traduit en français malheureusement) que j’ai découvert dans l’excellente anthologie de poésie des Premières Nations “When the Light of the World Was Subdued, Our Songs Came Through: A Norton Anthology of Native Nations Poetry.”Je vous en avais parlé durant un autre #lundipoésie. “My mother is a fire beneath stone.My father, lava.My grandmother is a match,my sister straw.Grandfather is kindling like trees of the world.My brothers are gunpowder,and I am smoke with gray hair,ash…

  • Lectures

    La poésie des Premières Nations

    Un #lundipoésie fabuleux avec une anthologie qui est un trésor infini : l’anthologie de poésie des Premières Nations d’Amérique publié aux éditions @w.w.norton  “When the Light of the World Was Subdued, Our Songs Came through , A Norton Anthology of Native Nations Poetry” rassemble les poèmes de plus de 160 poètes de 100 nations amérindiennes différentes. Je me l’étais commandée depuis plusieurs semaines et son arrivée m’a mise en joie !  Le livre est une source incroyable de découvertes : il présente des poèmes du XVIIème siècle au XXIème structuré en cinq grandes zones géographiques, un voyage temporal et spatial dans des cultures d’une richesse longtemps sous-estimée. Textes transmis à l’oral, poèmes rédigés dans les codes européens, vers libres, chants, textes bilingues anglais et…

  • Lectures

    Duo Poétique : Joy Harjo et Raymond Carver

    Un #lundipoésie “in english” ce matin (et sans traduction en plus !) avec un #duopoétique amérindien et américain : Joy Harjo, poétesse Muscogee et Raymond Carver poète américain.Les élans du cœur et ceux de la nature se croisent et s’ignorent parfois superbement… Cricket Song, Joy Harjo (2013) “Tonight I catch a cricket song,Sung by a cricket who wants the attention of another–My thinking slides in the wake of the cricket’s sweetLonging. It’s lit by the full moon as it makes a pathOver the slick grass of the whitest dark,I doubt the cricket cares his singing is swinging starlightTo the worry that has darkened my mind.It is mating season.They will find their way to each…

  • Lectures

    Danseur d’herbe, Susan Power

    Traduit de l’américain par Danièle et Pierre Bondil. ” Au lieu de cela, je lui dis :– Nous refusons de nous laisser avilir.Il demeura bouche bée, sa langue pointant puis se retirant comme celle d’un crapaud aux aguets. Il ravala les mots qu’il s’apprêtait à prononcer. J’en appréhendai rapidement la raison. Dans la vision du monde qui était sienne, nous étions déjà un peuple avili qu’il avait l’intention d’élever, à lui tout seul, jusqu’au royaume radieux de la civilisation.” L’histoire d’une famille d’indiens sioux du Dakota à travers les âges racontée par les liens entre ses femmes, les savoirs, les légendes et les dons transmis. Comment être digne de ses…

  • Lectures

    Jonny Appleseed, Joshua Whiteman.

    // EN VACANCES// “Yeah, an NDN home is like a dandelion : pretty but disposable, and imbued with a million little seeds that dissolves into wishes for little white hands that pluck.“ Jeune bispirituel dans le désordre de Winnipeg, Jonny se prépare à revenir dans sa réserve natale pour enterrer son beau-père. Les 7 jours qui le séparent de ce retour symbolique sont l’occasion pour lui, tout en intensifiant ses shows érotiques tarifés pour rassembler l’argent du voyage, de se remémorer les éléments essentiels de son enfance. De ce cheminement se dégagent l’affection décisive de sa grand-mère et de sa mère, son amour pour son ami d’enfance et la conviction…

  • Photographie

    Les photographies de Patricia Lefebvre

    // EN VACANCES//  Ce #jeudiphotographie poursuit donc le #lundipoésie du début de semaine pour vous faire découvrir les images de Patricia Lefebvre, photographe ariégeoise partie en immersion au cœur des terres Innues durant 6 mois.  Elle nous donne à voir de façon sobre et sans cliché la puissance vitale d’une communauté qui s’attache à faire perdurer sa culture en dépit de l’enfermement de la colonisation et des dérives d’une modernité qui l’éloigne de la nature.  Des images intemporelles et réconfortantes tant elles sont pour moi synonymes d’espoir. 

  • Lectures

    Les poèmes de Rita Mestokosho

    //EN VACANCES//  Aujourd’hui un #lundipoésie qui se poursuivra dans la semaine pour le #jeudiphotographie avec, encore, un excellent ouvrage paru @editions.bruno.doucey : Née de la pluie et de la terre.  Ce recueil mêle poésie et photographie et célèbre la rencontre de Rita Mestokosho, poétesse innue et Patricia Lefebvre, photographe ariégeoise.  Certains des poèmes sont présentés en version bilingue innu et français avec une traduction assurée par l’auteure elle-même, certains sont écrits directement en français. Les thèmes en sont universels, preuve une fois de plus qu’il n’y a pas de langue “anecdotique” et que chaque mot, dans chaque langage, résonne avec le vivant.   Dans la vie d’un Innu.  “Dans la vie…