• Lectures

    La montagne, Manuel Marsol et Carmen Chica.

    Un album jeunesse qui émerveille ! Un conducteur de poids lourd traverse tous les jours la montagne pour effectuer des livraisons.Un beau matin, pris d’une envie pressante, il s’arrête et s’enfonce dans les bois. Au moment de repartir, il ne retrouve plus son chemin et va peu à peu se laisser gagner par la magie de la nature qui l’entoure… Des dessins qui font rêver et le récit d’une échappée au cœur des sensations que la montagne éveille en nous, je vous le conseille vivement.

  • Lectures

    Le grand voyage, texte de Karen Hottois et illustrations de Delphine Renon.

    Cambouy a très envie de partir au loin en vacances et convainc son ami Emmett, plus réticent à sortir de ses habitudes quotidiennes. Une fois le départ pris, Cambouy – finalement moins aventurier qu’il ne le croyait – y met fin de façon soudaine car sa maison lui manque. Et c’est Emmett, que cette courte aventure a éveillé aux plaisirs du voyage qui devient mélancolique tant il a envie de voir la mer.Chacun va dépasser ses appréhensions pour un grand voyage dont ils se souviendront longtemps… Un très chouette livre aux illustrations chaleureuses qui fait rêver et repenser à l’été ! J’ai découvert Emmett et Cambouy avec cet ouvrage mais…

  • Lectures

    Cornebidouilles en série

    Cornepitrouflette ! C’est mercredi et ici on lit, on relit et on re-relit la série des Cornebidouille. L’intrigue est somme toute limitée 😉 (“Pierre, mange ta soupe !” “Nan, j’veux pas”) où Pierre refuse de manger sa soupe, se fâche avec son père et doit affronter Cornebidouille, la sorcière qui poursuit les enfants récalcitrants…Le plaisir de ces albums réside à la fois dans le ping-pong verbal entre Pierre et la sorcière de la soupière (un vrai délice d’insultes gratinées) et dans la victoire systématique de l’enfant contre ce monde d’adultes qui semblent obsédés par les vertus de la soupe 😊 Et vous, team #grossepatateàchapeau ou #margouletteenjupette ?

  • Lectures

    Rendez-vous à quatre heure et demie, Claire Franek.

    Un livre jeunesse tout simple et familier pour ce mercredi férié, brumeux et confiné 😊 Rendez-vous à quatre heure et demie de Claire Franek. On y suit les activités de différents adultes dans leur quartier, en famille, au travail, discutant, s’agaçant et vaquant à leurs routines. Au fur et à mesure que la journée avancent les adultes se déplacent pour finir par tous se retrouver à 16h30 devant l’école où ils vont chercher leurs enfants.Le livre présente chaque adulte au début du livre et les enfants à la fin : l’occasion de faire un va et vient pour reconstituer les paires et les retrouver dans les pages. J’adore ce bouquin…

  • Lectures

    Le dégât des eaux, Pauline Delabroy-Allard et Camille Jourdy.

    Je n’ai pas voulu résister et, apprenant sur le compte de @camillejourdy qu’il sortait hier, je me suis aussitôt précipitée chez mon libraire avant que le confinement ne complexifie les choses. Quand on a besoin de douceur et de rêverie sans niaiserie, les dessins de Camille Jourdy sont un baume pour le cœur. Une fois de plus l’alliance entre l’histoire simple et belle et les dessins fonctionne à merveille ! Un petit enfant se réveille en pleine nuit et trouve ses parents dans la cuisine en train d’éponger de l’eau. Son père le remet au lit où il plonge dans des rêves océaniques et part pour un grand et beau voyage depuis…

  • Portraits de femmes

    Portrait de femme : Matilda

    Sixième portrait de femmes de fiction qui m’ont nourrie, une fillette pour être plus juste : une enfant assoiffée de connaissances et de lectures, Matilda Verdebois l’héroïne du roman de Roal Dahl. Matilda est une enfant extraordinaire. Dotée de parents mous ou malhonnêtes et d’un grand frère aimable mais assez quelconque, elle s’apprend à lire à 3 ans puis entreprend de dévorer le contenu de la bibliothèque locale. Ses parents ne comprennent rien à cette enfant désespérément intellectuelle qu’ils perçoivent donc comme pédante et trop gâtée. C’est auprès de la bibliothécaire puis de Mlle Candy son institutrice que Matilda trouve la paix et de quoi nourrir son cerveau. Une paix…

  • Lectures

    Sauveur & Fils, saison 5, Marie-Aude Murail.

    “– J’aime bien cette phrase de Malraux, dit-il : « Pour l’essentiel, l’homme est ce qu’il cache : un misérable petit tas de secrets. » Mais si je l’affichais dans mon cabinet, je crois que ça vexerait les gens.” Petite lecture doudou, je retrouve sans effort Sauveur et sa bande, un plaisir léger et facile à lire… même si je suis un peu déçue par celui-ci qui me semble (pour la première fois) un peu trop simpliste. Je trouve que l’aspect “éducatif” est trop perceptible.

  • Lectures

    After the fire, Will Hill.

    “I take a sheet of paper from the stack and run my fingers over its surface. It’s smooth, because it’s never been used. It’s brand new. It has no history.“ Moonbeam est une jeune fille tout juste rescapée de la secte de la Légion du Seigneur. Avec quelques-uns des survivants du grand incendie provoqué par sa communauté en réponse à l’intervention de la police elle est accueillie dans un hôpital pour mineurs et suivie un par un psychiatre spécialisé dans ce genre de traumatisme. Le récit est construit dans un mouvement de balancier. Il présente la “vie d’avant” avec la description de la vie à l’intérieur de la secte, les…

  • Lectures

    Vango T2, Timothée de Fombelle.

    “Le trouble ressenti par Vango prouvait que sa vie entière tenait dans sa vengeance. Ce désir le faisait avancer. Il continuer à vivre pour cela. Certaines très vieilles maisons tiennent encore grâce au lierre qui les détruit.”  La quête de Vango se poursuit et l’emmène dans les Etats-Unis des années 30 où il recroisera la route de ses alliés et celle de ses ennemis avant qu’ils ne soient tous de nouveau emportés dans la tourmente de la guerre. Le jeune héros devra se poser de grandes questions sur les souvenirs, la vengeance, l’amour et les liens qui comptent.  J’ai autant adoré que le premier tome, ce roman est pour moi un vrai plaisir de…

  • Lectures

    Zarbie les yeux verts, Joyce Carol Oates.

    Traduit de l’anglais par Diane Ménard.  “Plus tard j’y repenserai comme à un passage. C’est peut-être ce que faisait ma mère aussi. Passer. D’un territoire connu à un territoire inconnu. D’un endroit où les gens vous connaissent à un endroit où les gens pensent seulement vous connaître. Comme si l’on traversait à la nage un vrai fleuve, un fleuve traitre et dangeureux, et que, réussissant à atteindre la rive opposée, on devienne une personne différente de celle qu’on était.“ Francesca préfère qu’on l’appelle Frankie et devient parfois Zarbie mes yeux verts lorsqu’elle se sent devenir indépendante et puissante. En pleine adolescence elle grandit entre un père commentateur sportif adulé des…