• Les doux mots du dimanche

    Suivez-moi-jeune-homme

    Pour #lesdouxmotsdudimanche, un mot composé, désuet et charmant, qui ne laisse pas indifférent : suivez-moi-jeune-homme. Un suivez-moi-jeune-homme c’est un ruban composé d’un nœud et de deux bandes flottant au vent que les femmes mettaient sur leurs chapeaux au XIXème. Un mouvement de ruban guilleret et potentiellement fripon pour mettre les messieurs dans tous leurs états on dirait bien… Ce que j’aime c’est qu’il existait au moins deux expressions approchantes tout aussi enlevées !Ainsi, un suivez-moi-gendarme était un type de casquette porté particulièrement par les proxénètes.Enfin, un suivez-moi-mademoiselle c’était tout simplement un veston! Voir ces messieurs en bras de chemise suscitait donc l’émoi mais le veston aussi. D’ailleurs en argot du XIXème…

  • Les doux mots du dimanche

    Incandescence

    Pour #lesdouxmotsdudimanche un mot comme une flamme : incandescence.J’ai pensé à ce mot en lisant le post d’@alexandriane de vendredi dernier, dédié à son partenaire entre feu et jeu (si vous ne la lisez pas déjà filez-y vite, ses mots sont des pépites). L’incandescence c’est l’état ou la propriété d’un corps qui, soumis à une forte chaleur, se met à émettre un rayonnement lumineux. Une lampe peut être à incandescence par exemple.De façon figurée, c’est aussi une vive excitation, une exaltation ardente et le rougeoiement du visage qui la révèle.Le mot vient du latin incandescere signifiant “être en feu, s’embraser”. En pensée, je mêlais déjà spontanément incandescence et indécence dans une sorte de…

  • Les doux mots du dimanche

    Commotion

    Pour #lesdouxmotsdudimanche un terme aux effets sismique : commotion. Une commotion c’est “une secousse qui perturbe un système organisé”. Cette définition générique permet d’aborder tout à la fois les commotions physiques – ces ébranlements produits dans l’organisme ou dans le système nerveux par un choc violent, direct ou indirect, et entraînant des troubles – ou psychiques – vives émotions positives ou négatives entraînant des changement de comportements.Une commotion peut également être ressentie par un groupe humain, une société et s’apparente alors à un soulèvement ou une révolution. Le terme vient directement du latin “commotio” signifiant « ébranlement, secousse » et au figuré « agitation de l’âme, émotion, perturbation”.Un petit tour dans le…

  • Les doux mots du dimanche

    Virulent

    Pour #lesdouxmotsdudimanche j’ai choisi un mot dont j’ai récemment découvert le sens véritable : virulent. Cet adjectif est en tout premier lieu un terme médical : il qualifie une maladie causée par un virus. Celle-ci contient un élément pathogène et a un effet nocif. L’adjectif qualifie donc à la fois la dimension active et nuisible d’une maladie.Au figuré, quelque chose de virulent c’est quelque chose de violent, d’agressif, qui mobilise son énergie pour nuire. Le mot vient du latin “virulentus” qui voulait dire venimeux – en parlant d’un serpent – et corrosif – en parlant d’un discours. Le tout venant du latin “virus” voulant lui-même dire à la fois suc, jus, humeur,…

  • Les doux mots du dimanche

    Martingale

    Un mot au ton très décidé pour #lesdouxmotsdudimanche : martingale. Une martingale c’est en premier lieu un élément du harnachement d’un cheval relié à la sangle et qui vise à limiter ses mouvements de tête intempestifs. Ensuite, sur un vêtement, c’est une patte placée dans le dos comme une demie-ceinture qui vise à marquer la taille.Si, si vous savez, la ceinture “repliée” sur un trench-coat qui lui donne ce petit côté cintré assez flatteur ?Enfin, dans les jeux de hasard, la martingale c’est une méthode sensée vous permettre de “prévoir” ce qu’il va se passer et donc d’assurer vos gains… autant vous dire que c’est le graal ou l’arlésienne selon vos références…

  • Les doux mots du dimanche

    Tituber

    C’est reparti pour #lesdouxmotsdudimanche avec un mot avec une patte en l’air : tituber. Tituber c’est d’abord vaciller, chanceler sur ses jambes ou pattes (selon si on est humain ou animal 😉). Le mot vient directement du latin titubare : chanceler. On peut tituber car le vent est fort, car on est affaibli par la maladie ou la fatigue…De façon figurée, tituber c’est hésiter, être incertain, être empêtré(e) dans des doutes.La pensée peut donc aussi tituber, tout comme le langage. J’aime ce mot car il me semble entendre son sens dans ses sonorités : “ti” un pas à gauche – “tu”- un pas à droite – “ber” une halte pour reprendre son…

  • Les doux mots du dimanche

    Lumignon

    Allez : #lesdouxmotsdudimanche s’attarde aujourd’hui ce qui pourrait être un joli mot-valise (qui je le rappelle est un mot formé par la fusion d’au moins deux mots comme vélorution ou alicament par exemple) : lumignon. Un lumignon c’est d’abord le bout allumé de la mèche d’une bougie puis par extension une lampe de faible rayonnement. On peut ainsi déposer un lumignon sur un meuble pour créer une ambiance tamisée ou regarder fasciné(e) le lumignon de la bougie qui vacille…Le mot apparaît tel quel au XIIème siècle et vient du latin populaire lucinium lui-même altération mot latin pour lumière : lux. On peut néanmoins si on le souhaite, et pour revenir aux mots…

  • Les doux mots du dimanche

    Connivence

    Je crois que j’ai un problèmes avec #lesdouxmotsdudimanche… la plupart des mots qui me viennent à l’esprit et que j’ai envie de discuter commencent par un “c” : est-ce grave docteur ? Celui d’aujourd’hui ne déroge pas à cette tendance, il s’agit du mot connivence. La connivence c’est une “entente secrète ou tacite entre des personnes, notamment pour préparer une action commune”. Initialement il s’agissait juste d’une convergence d’opinion, d’intention ou d’action puis c’est devenu le fait d’apporter de l’aide à quelqu’un en faisant semblant d’ignorer que son action était coupable. Une sorte d’indulgence coupable, comme l’explique l’origine latine du mot.Le mot vient en effet de coniventia qui veut dire indulgence…

  • Les doux mots du dimanche

    Pulluler

    Pour #lesdouxmotsdudimanche un mot qui semble faire des bulles au bord des lèvres : pulluler. Pulluler, c’est être présent en grand nombre ou bien se multiplier en abondance, rapidement (dans un espace donné) et de manière incontrôlée. C’est foisonner et proliférer de façon anarchique.Les moustiques peuvent ainsi pulluler aux bords des mares comme les idées nauséabondes chez les intolérants… Cette idée de reproduction non maîtrisée fait que le mot contient la plupart du temps une notion péjorative. Le verbe a été substantivé en pullulence ou bien pullulation : vous la voyez la pullulence de lièvres dans les fourrés ? 😂 Le mot vient du verbe latin pullulare, avoir des rejetons, se répandre.…