Lectures

  • On beauty
    Lectures

    On beauty, Zadie Smith.

    Penguin books “He was bookish, she was not; he was theoretical, she political. She called a rose a rose. He called it an accumulation of cultural and biological constructions circulating around the mutually attracting binary poles of nature/artifice.“ Un universitaire quinquagénaire blanc, britannique, de gauche et spécialiste de Rembrandt s’endort intellectuellement dans son université de Boston. Son épouse afro-américaine, infirmière, énergique et coriace, s’active pour dépasser l’infidélité de son mari. Lorsque “l’ennemi juré” de celui-ci, un universitaire anglo-antillais tout à fait de droite débarque avec femme et enfants comme professeur invité… ce n’est que la première étape d’un enchaînement ravageur qui va interroger les convictions et préjugés de chacun. J’apprécie…

  • Tomates de septembre
    Lectures

    Tomates de septembre, Karina Borowicz.

    Un #lundipoésie avec une découverte faite dans les rayons @librairie_la_flibuste : Tomates de septembre de Karina Borowicz, une édition bilingue traduite de l’anglais par Juliette Mouïren et publié Cheyne Editeur. Je découvre cette poétesse totalement par hasard et je suis heureuse de voir qu’une fois de plus, il y a dans le monde des personnes que je ne connais pas et qui, pourtant, me parlent intimement.Je vous partage un poème dans sa version bilingue et je vous encourage à aller en lire d’autres 😊 (notamment celui qui donne son titre au recueil) A small notebook“Everyone is still asleepExcept the women of the houseWriting pages no one will readAbout how falling snowVeiled the scarred faceOf a…

  • Et tournent les chevaux de bois
    Lectures

    Et tournent les chevaux de bois, Dorothy B. Hugues.

    Traduit de l’anglais par Claude Gilbert.@editionsrivages “Et là, debout, le malaise revint l’assaillir. Le malaise d’une terre étrangère, de l’obscurité et du silence, des langues étrangères et des gens encore plus étrangers, des odeurs inhabituelles, même la fraîcheur de la nuit inhabituelle. Ce qui pénétrait en lui par tout ses pores en cet instant, c’était une peur panique, bien qu’il eût été incapable de mettre un nom dessus. Peur de la solitude; de lui-même l’étranger, bien qu’il fut inchangé, de la perte menaçante de son identité.” Un tueur américain se retrouve perdu au cœur d’un carnaval mexicain. Dans la ville possédée: sa cible, son poursuivant (un flic qu’il connaît depuis…

  • Baba Yaga a pondu un œuf
    Lectures

    Baba Yaga a pondu un oeuf, Dubravka Ugrešić.

    Traduit du croate par Chloé Billon.Editions Bourgois “Et nous ? Nous allons de l’avant. Tandis que la vie souvent nous gratte et nous blesse, l’histoire à elle seule s’intéresse.“ Une fille regarde sa mère vieillir entre agacement, affection et questionnements. Alzheimer, sa folie et ses routines rythment leurs relations.Trois vieilles dames un peu loufoques partent en goguette dans un hôtel tchèque pour profiter de la vie, du spa et des massages.Une spécialiste du folklore slave partage ses connaissances sur le mythe de Baba Yaga et analyse les deux séquences précédentes.En trois parties qui n’ont rien à voir dans la forme ou le ton et tout à voir dans le fond…

  • Héritage et milieu
    Lectures

    Héritage et milieu, Vigdis Hjorth.

    Traduit du norvégien par Hélène Hervieu.Actes Sud “Elle ne semblait pas comprendre ou ne voulait pas reconnaître que certains conflits ne se résolvaient pas de la manière qui lui aurait plu, qu’il est des contradictions qu’on ne peut pas lever, recouvrir de belles paroles, contourner, où il faut choisir son camp.“ Lorsque les parents d’une fratrie de quatre annoncent que seules les deux filles les plus jeunes hériteront des chalets familiaux, toutes les tensions familiales refont jour.Pour Bergljot, qui a fait le choix de couper les ponts avec ses parents depuis près de vingt ans, les chalets n’ont qu’une importance relative. Ce que cette scission raconte est tout autre :…

  • Ma sœur serial killeuse
    Lectures

    Ma sœur, serial killeuse, Oyinkan Braithwaite.

    Traduit de l’anglais par Christine Barnaste.Editions La Croisée Deux sœurs dans le Nigeria d’aujourd’hui : l’une est terriblement séduisante mais a comme mauvaise habitude de tuer ses amants, l’autre est infirmière et mène une vie plutôt rangée si ce n’est qu’elle nettoie régulièrement les scènes de crime de sa soeur.Lorsque la séductrice s’approche du docteur dont l’infirmière est secrètement éprise la situation se complique… Je ne sais pas vraiment pourquoi je me suis lancée dans cette lecture. Elle a été rapide, pas désagréable mais sans véritable surprise et je l’ai déjà presque oubliée.

  • Les mortes
    Lectures

    Les mortes, Jorge Ibargüengoitia.

    Traduit de l’espagnol par Dominique Fischer.Editions Cambourakis Trois sœurs dans une ville mexicaine : deux tenancières de bordel et la troisième qui les observe de plus loin, les juge ou les soutient.Une période faste puis le déclin, des relations improbables, de la violence jusqu’aux meurtres … le tout présenté avec une ironie qui fait pouffer et glace le sang dans le même paragraphe. J’ai pioché ce livre un peu au hasard dans ma librairie et je suis contente de cette lecture étrange. C’est un roman noir, fondé sur un fait-divers, qui permet à l’auteur de croquer les travers d’une société mexicaine de province avec une plume trempée dans l’acide.Le récit…

  • La juge de trente ans
    Lectures

    La juge de trente ans, Céline Goux.

    @editionsduseuil Ce texte bref est un témoignage à grands traits de ce que c’est qu’être une jeune juge en France aujourd’hui.Premier dossier, place du métier dans la vie personnelle, interrogation sur la légitimité et la crainte de l’erreur, description du travail au quotidien … en quelques pages c’est tout un univers qui s’ouvre au lecteur. Ce titre fait partie d’une collection intitulée “Raconter la vie” et que je vais continuer de découvrir au gré des ressources de ma médiathèque.La connaissez-vous ? Me conseillez-vous un titre en particulier ?

  • Memorial Drive
    Lectures

    Relecture de Memorial Drive, Natasha Trethewey.

    Et c’est une relecture pour le @prixbookstagram qui me permet de découvrir d’autres fils dans la trame profonde de ce récit… Memorial Drive, Natasha Trethewey.Traduit de l’anglais par Céline Leroy. @celine2405Editions de l’Olivier Un texte brillant qui noue le ventre et nous encourage à interroger la violence systémique et à user de la puissance du langage pour la combattre. Pour lire ma première chronique c’est ici

  • Le manticore
    Lectures

    Le manticore, Robertson Davies.

    Traduit de l’anglais par Lisa Rosenbaum.Editions Rivages “Nous créons tous un moi extérieur avec lequel nous affrontons le monde et certains individus en arrivent à croire que c’est ce qu’ils sont en réalité.“ Ce deuxième volet de la trilogie dite de Deptford se concentre sur le fils de Boy Staunton.Après la mort suspecte de son père, cet avocat rigoureux et austère mais porté sur la boisson perd peu à peu pied et décide de se ressaisir en allant suivre une psychanalyse en Suisse.Le roman suit les courbes sinueuses de son analyse, entre déconvenues, luttes intérieures et révélations progressives… Quel plaisir de lire à nouveau cet auteur et d’être emportée sa…