• Lectures

    Dites à l’avenir que nous arrivons, Mathieu Baudin.

    Une combinaison de convictions personnelles et d’intérêts professionnels m’amène à réfléchir depuis un certain temps aux moyens de faire évoluer les comportements collectifs autour des questions environnementales.La menace, la culpabilité et l’anxiété ne m’ayant jamais semblé être des moteurs durables ou fertiles je cherche donc (au gré des rencontres et des lectures) des moyens drôles, ingénieux et joyeux. J’ai lu ce bouquin pour y trouver synthétisés et vulgarisés le cadre de réflexion et la méthode d’action de l’Institut des Futurs Souhaitables, organisme qui s’attache à imaginer et rendre possibles des futurs désirables. Et bien, j’ai trouvé ce bouquin simple et motivant : une bonne introduction pour changer de point de…

  • Lectures

    La montagne, Manuel Marsol et Carmen Chica.

    Un album jeunesse qui émerveille ! Un conducteur de poids lourd traverse tous les jours la montagne pour effectuer des livraisons.Un beau matin, pris d’une envie pressante, il s’arrête et s’enfonce dans les bois. Au moment de repartir, il ne retrouve plus son chemin et va peu à peu se laisser gagner par la magie de la nature qui l’entoure… Des dessins qui font rêver et le récit d’une échappée au cœur des sensations que la montagne éveille en nous, je vous le conseille vivement.

  • Lectures

    Over the Rainbow, Constance Joly.

    Une fille raconte son père, tâche d’attraper par les mots l’enchanteur insaisissable de son enfance, père divisé et homosexuel mort du SIDA. Avec un mélange de pudeur respectueuse et de sincérité déchirante, elle marche sur le fil du témoignage sans jamais chuter ni dans l’anecdotique ni dans le larmoyant. J’ai beaucoup apprécié ce texte émouvant sans être envahissant (alors que j’avais parfois eu du mal avec le lyrisme dans “Le matin est un tigre”). Il m’a aussi fait repenser avec plaisir au témoignage d’Alysia Abbott dans son livre FairyLand qui m’avait beaucoup apporté. Merci beaucoup @jolyconstance69 pour cet envoi inattendu et très apprécié !

  • Lectures

    Ethnologie du bureau, Pascal Dibie.

    “La feuille de présence souvent appelée “la sournoise” ou “la discrète épouse”, comme l’écrit Poisle Desgranges, “épiant les pas et démarches de son bureaucrate de mari in situ” fut sans doute le meilleur symbole de cette discipline restaurée. L’idée est déjà la rationalisation du travail.” (La citation évoque l’année 1805) Des scribes aux “cadres sup'” en passant par les fonctionnaires, du papyrus ou la tablette de cire à la tablette électronique en passant par la plume et la feuille, la machine à écrire puis l’ordinateur, les outils de l’écriture ont structuré les espaces de travail ainsi que nos postures physiques.La vie dans les bureaux a aussi évolué selon l’estime ou…

  • Lectures

    Les poèmes de Marie Uguay

    Un #lundipoésie avec une poétesse québécoise dont je découvre le talent grâce @editionsboreal : Marie Uguay. Je veux retenir d’elle l’incandescence et la justesse de ses mots au-delà du “mythe” que sa mort précoce a pu construire. Je vous présente un poème extrait du recueil “L’Outre-vie”, puisse sa beauté réchauffer votre début de semaine. “maintenant nous sommes assis à la grande terrasseoù paraît le soir et les voix parlent un langage inconnude plus en plus s’efface la limite entre le ciel et la terreet surgissent du miroir de vigoureuses étoilescalmes et filantes plus loin un long mur blancet sa corolle de fenêtres noires ton visage a la douceur de qui pense à autre choseton…

  • Lectures,  Pensées

    2020, ce que je “retiens”

    Faire un #bestnine2020 d’accord mais que si c’est à ma sauce et que si je peux en faire 18 au lieu de 9 ! J’ai bien aimé me promener dans cette année et dans mes lectures pour en retenir le meilleur. C’est un moyen simple et sans mélancolie de songer à l’année écoulée…et de constater tout ce qu’elle a pu m’apporter.Cela a été difficile de ne “retenir” que 18 livres et je suis sûre que si je refaisais l’exercice dans quelques semaines cette liste changerait peut-être 😊 Merci pour tous nos échanges livresques, pour les découvertes possibles grâce à vous, pour les discussions toniques et argumentées au gré des #bookclub, MP ou #vleel, pour…

  • Lectures

    Peindre, pêcher et laisser mourir, Peter Heller.

    Traduit de l’anglais par Céline Leroy. @celine2405 “Un bon tableau devrait faire ça. Inviter le regardeur à entrer en lui d’où qu’il se tienne, l’entraîner dans un voyage différent de celui qu’expérimentera son voisin. J’adorais ça, observer plusieurs personnes regarder un tableau au même moment. Parce que c’était la transformation qu’il provoquait : devant une œuvre de qualité un spectateur cesse de voir pour commencer à regarder, une action plus précise, une prise en chasse, une quête, comme on recherche le bateau d’un être aimé sur la ligne d’horizon, ou un élan entre les arbres. Devant un bon tableau, il cherche les indices de sa propre existence.“ Un peintre américain renommé…

  • Lectures

    Les poèmes de Silvia Baron

    Un #lundipoésie en excellente compagnie avec les poèmes de Silvia Baron Supervielle, poétesse argentine écrivant en français. Je la connaissais en tant que traductrice notamment d’Alejandra Pizarnic et je viens de la découvrir dans ses propres mots. Je vous propose deux extraits qui m’ont particulièrement touchée de son recueil “Un autre loin” que je vous encourage à feuilleter avec attention.Bonne semaine ! “(…) Je voudrais partir plus au fondPour que nul éclair ne m’aperçoiveEt que je sois sauvée de l’assautSauvage du passé La brume du rivage qui avanceEnveloppe mes épaulesPénètre dans le vêtementQui me retient Est-ce ainsi que l’on partAvec la mémoire qui cesseLes pas qui passent sans s’arrêterLes heures effacées (…)“…

  • Lectures

    New York, les recettes culte

    Pour Noël, j’ai offert plein de livres bien sûr ! On m’en a offert deux… mon entourage est un peu tétanisé : il craint de m’offrir un livre que j’aurais déjà lu ou que je n’apprécierais pas. Mon père continue à braver ces difficultés en m’offrant soit de la poésie soit … de la cuisine ! Et c’est toujours bien vu. Je suis donc parée pour un éventuel troisième confinement : j’ai des recettes délicieuses pour prendre les kilos réglementaires 😂 Et vous ? Équipés en livres en tout genres ou bien vous terrorisez trop votre entourage ?

  • Lectures

    Spin, Nina Allan.

    Traduit de l’anglais par Bernard Sigaud. “C’était ce qui définissait son ouvrage, après tout : des détails, des moments lumineux qui servaient de doublures à des univers entiers de mémoire.“ Une jeune femme grecque, orpheline d’une mère assassinée pour ses dons de voyance, est reconnue pour ces extraordinaires capacités de tisserande. Elle semble également avoir hérité de la singularité de sa mère quoiqu’elle s’en défende.Elle part à la grand ville pour s’émanciper et faire connaître son art. Celui-ci lui permettra-t-il de sauver un jeune homme rongé par la maladie ? J’ai à nouveau beaucoup aimé ce texte de Nina Allan. Très différents des précédents, il a une grande force d’évocation…